« Quantifield Self »

REVUE RÉSEAUX

L’expression « Quantified Self » accède à la visibilité médiatique entre 2008 et le milieu des années 2010, charriant un lot de promesses et d’attentes aussi hétérogènes que saisissantes. La perspective de sujets construisant une connaissance enrichie d’eux-mêmes par la confrontation à des chiffres peut surprendre, dès lors que la réflexivité et la mise en signes de soi ont majoritairement été saisies à travers les pratiques d’écriture et la production du journal intime. Contrairement à ces formes d’introspection valorisant la singularité des individus, la mise en chiffres de soi est rapidement soupçonnée de trahir une appétence, sinon une incitation, à se rendre comparable aux autres, qu’il s’agisse de mettre en œuvre une visée de performance ou de conformité. S’ajoutant à la perspective de connaissance intime, les puissants ressorts de la comparaison et de l’émulation sociales s’immisceraient, à travers la mesure de soi, au cœur des pratiques réflexives.
La proposition de ce numéro consiste à poser un regard distancié sur le développement des quantifications de soi, à en explorer les origines et la variété en prenant au sérieux l’importance du tournant numérique. Pour une partie des observateurs, l’intérêt émergent pour la « quantification du soi » ou le « Soi quantifié » doit en premier lieu être rapporté à la diffusion croissante d’objets connectés (capteurs, bracelets, montres et applications mobiles, etc.) résolument attachés aux personnes (portés sur soi de façon particulièrement continue). Pour d’autres analystes, le « Quantified Self » désigne un prolongement et un renouvellement des façons de mesurer les corps, les états mentaux et les activités humaines. Ainsi figure-t-il un nouveau registre d’extension de la mise en données du monde et des individus à l’ère numérique et qui intéresse plusieurs disciplines.

Version papier : 25 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Revue Réseaux n°216
Parution : juillet 2019
ISBN : 9782348055300
Nb de pages : 274
Dimensions : 160 * 240 mm

REVUE RÉSEAUX

La revue Réseaux.Communication - Technologie - Société, créée en 1982 par Patrice Flichy et Paul Beaud, s'intéresse à l'ensemble du champ de la communication en s'axant tout particulièrement sur les télécommunications. Les mass-médias et l'informatique sont également abordés. La télévision a notamment constitué le thème d'un nombre important de numéros. La réflexion sur la communication étant à l'origine de nombreux débats au sein des sciences sociales, des numéros sont aussi consacrés à des questions d'ordre théorique ou méthodologique. Bien qu'orienté plutôt vers la sociologie, Réseaux souhaite traiter les problèmes de la communication de façon pluridisciplinaire.

Extraits presse

Manger cinq fruits et légumes par jour : cette fameuse injonction a depuis peu été complétée par un nouvel objectif, «faire » ses 10000 pas quotidiens. Ce seuil s’est imposé à mesure que les smartphones et les bracelets capables de mesurer la marche à pied se sont multipliés. Cette tendance à mesurer ses activités (et son poids, son sommeil, son alimentation, son cycle menstruel…) à l’aide d’un smartphone ou d’un appareil connecté a un nom : le quantified self. Nouvel avatar de la surveillance ou moyen d’améliorer sa vie conçu par les gourous californiens ? C’est cette question que pose la dernière livraison de la revue Réseaux.

07/09/2019 - Martin Utersinger - Le Monde

 

Table des matières

Les auteurs
Présentation
• Présentation, par Éric Dagiral, Christian Licoppe et Anne-Sylvie Pharabod
Dossier : «Quantified Self»
• Le Quantified Self en question(s)
Un état des lieux des travaux de sciences sociales consacrés à l’automesure des individus, par Éric Dagiral, Christian Licoppe, Olivier Martin et Anne-Sylvie Pharabod
• Par-delà le Quantified Self
Exploration thématique d’un paradigme dataïste, par Mina Ruckenstein et Mika Pantzar
• Théories et principes de conception des systèmes d’automesure numériques
De la quantification à la régulation distribuée de soi, par Moustafa Zouinar
• Faire place aux chiffres dans l’attention à soi
Une sociologie des pratiques de quantification et d’enregistrement aux différents âges de la vie, par Éric Dagiral, Séverine Dessajan, Tomas Legon, Olivier Martin, Anne-Sylvie Pharabod et Serge Proulx
• « Faire ses 10 000 pas », vraiment ?
Une enquête sur les pratiques de self-tracking ordinaires, par Anne-Sylvie Pharabod
Varia
• Tensions épistémiques dans les écrits d’ingénieurs
Le cas d’un Institut technique agricole, par Claude Compagnone
• Les scandales Vanessa Tchatchou et Monique Koumateke
La constitution d’un espace public oppositionnel en ligne au Cameroun, par Frank Afom
Notes de lecture
• Jenny Andersson, The Future of the World. Futurology, Futurists and the Struggle for the Post-Cold War Imagination, Oxford, Oxford University Press, 2018, par Sylvain Le Berre
• Alex Rosenblat, Uberland: how algorithms are rewriting the rules of work, Oakland, California University Press, 2018, par Luca Perrig
• Romain Badouard, Le désenchantement de l’internet. Désinformation, rumeur et propagande, Limoges, FYP Éditions, 2017, par Cécile Dolbeau-Bandin et Elsa Jaubert
Résumés/Abstracts.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites