« Quantifield Self »

REVUE RÉSEAUX

L’expression « Quantified Self » accède à la visibilité médiatique entre 2008 et le milieu des années 2010, charriant un lot de promesses et d’attentes aussi hétérogènes que saisissantes. La perspective de sujets construisant une connaissance enrichie d’eux-mêmes par la confrontation à des chiffres peut surprendre, dès lors que la réflexivité et la mise en signes de soi ont majoritairement été saisies à travers les pratiques d’écriture et la production du journal intime. Contrairement à ces formes d’introspection valorisant la singularité des individus, la mise en chiffres de soi est rapidement soupçonnée de trahir une appétence, sinon une incitation, à se rendre comparable aux autres, qu’il s’agisse de mettre en œuvre une visée de performance ou de conformité. S’ajoutant à la perspective de connaissance intime, les puissants ressorts de la comparaison et de l’émulation sociales s’immisceraient, à travers la mesure de soi, au cœur des pratiques réflexives.
La proposition de ce numéro consiste à poser un regard distancié sur le développement des quantifications de soi, à en explorer les origines et la variété en prenant au sérieux l’importance du tournant numérique. Pour une partie des observateurs, l’intérêt émergent pour la « quantification du soi » ou le « Soi quantifié » doit en premier lieu être rapporté à la diffusion croissante d’objets connectés (capteurs, bracelets, montres et applications mobiles, etc.) résolument attachés aux personnes (portés sur soi de façon particulièrement continue). Pour d’autres analystes, le « Quantified Self » désigne un prolongement et un renouvellement des façons de mesurer les corps, les états mentaux et les activités humaines. Ainsi figure-t-il un nouveau registre d’extension de la mise en données du monde et des individus à l’ère numérique et qui intéresse plusieurs disciplines.

Version papier : 25 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Revue Réseaux n°216
Parution : juillet 2019
ISBN : 9782348055300
Nb de pages : 274
Dimensions : 160 * 240 mm

REVUE RÉSEAUX

La revue Réseaux.Communication - Technologie - Société, créée en 1982 par Patrice Flichy et Paul Beaud, s'intéresse à l'ensemble du champ de la communication en s'axant tout particulièrement sur les télécommunications. Les mass-médias et l'informatique sont également abordés. La télévision a notamment constitué le thème d'un nombre important de numéros. La réflexion sur la communication étant à l'origine de nombreux débats au sein des sciences sociales, des numéros sont aussi consacrés à des questions d'ordre théorique ou méthodologique. Bien qu'orienté plutôt vers la sociologie, Réseaux souhaite traiter les problèmes de la communication de façon pluridisciplinaire.

Table des matières

Les auteurs
Présentation
• Présentation, par Éric Dagiral, Christian Licoppe et Anne-Sylvie Pharabod
Dossier : «Quantified Self»
• Le Quantified Self en question(s)
Un état des lieux des travaux de sciences sociales consacrés à l’automesure des individus, par Éric Dagiral, Christian Licoppe, Olivier Martin et Anne-Sylvie Pharabod
• Par-delà le Quantified Self
Exploration thématique d’un paradigme dataïste, par Mina Ruckenstein et Mika Pantzar
• Théories et principes de conception des systèmes d’automesure numériques
De la quantification à la régulation distribuée de soi, par Moustafa Zouinar
• Faire place aux chiffres dans l’attention à soi
Une sociologie des pratiques de quantification et d’enregistrement aux différents âges de la vie, par Éric Dagiral, Séverine Dessajan, Tomas Legon, Olivier Martin, Anne-Sylvie Pharabod et Serge Proulx
• « Faire ses 10 000 pas », vraiment ?
Une enquête sur les pratiques de self-tracking ordinaires, par Anne-Sylvie Pharabod
Varia
• Tensions épistémiques dans les écrits d’ingénieurs
Le cas d’un Institut technique agricole, par Claude Compagnone
• Les scandales Vanessa Tchatchou et Monique Koumateke
La constitution d’un espace public oppositionnel en ligne au Cameroun, par Frank Afom
Notes de lecture
• Jenny Andersson, The Future of the World. Futurology, Futurists and the Struggle for the Post-Cold War Imagination, Oxford, Oxford University Press, 2018, par Sylvain Le Berre
• Alex Rosenblat, Uberland: how algorithms are rewriting the rules of work, Oakland, California University Press, 2018, par Luca Perrig
• Romain Badouard, Le désenchantement de l’internet. Désinformation, rumeur et propagande, Limoges, FYP Éditions, 2017, par Cécile Dolbeau-Bandin et Elsa Jaubert
Résumés/Abstracts.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites