Vers une nouvelle guerre scolaire
Quand les technocrates et les neuroscientifiques mettent la main sur l'Éducation nationale

Philippe CHAMPY

Sous la Ve République, l’unification de l’École, de la maternelle au bac, n’a pas mis fin à la ségrégation sociale et aux énormes écarts de réussite scolaire. Face à cette situation, les hauts responsables de droite et de gauche ont alterné des mesures contradictoires, rendant aléatoire la perspective d’une démocratisation de l’École. D’autant que, depuis les années 2000, une partie croissante des hauts technocrates de l’Éducation nationale s’est ralliée à l’agenda néolibéral. Ils mobilisent dans ce cadre le numérique et les neurosciences, présentés comme sources de modernisation, pour accentuer en réalité la pression sur les enseignants, rogner leurs autonomies professionnelles et leurs pouvoirs d’action.
C’est ce que démontre avec rigueur, dans cet essai remarquablement documenté, Philippe Champy, fin connaisseur du système scolaire. Il y analyse les origines de ce grand reformatage de l’École et, surtout, sa mise en œuvre par Jean-Michel Blanquer : les attaques contre la liberté pédagogique et les manuels scolaires, la mise sous tutelle du « numérique éducatif », les tentatives de marginalisation des auteurs et éditeurs scolaires, la prise de pouvoir larvée d’un pool de neurochercheurs prétendant dicter leurs méthodes pédagogiques aux enseignants, etc. Ce grand reformatage, qui maintient les privilèges élitaires en l’état, voire les renforce, s’accompagne d’une reprise en mains dirigiste et centralisatrice sans précédent. Il impose à tous les acteurs de l’École une prise de conscience et une réaction d’ampleur, face au risque avéré d’une nouvelle guerre scolaire.

Version papier : 20 €
Version numérique : 13,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Cahiers libres
Parution : août 2019
ISBN : 9782348040627
Nb de pages : 320
Dimensions : 154 * 240 mm
ISBN numérique : 9782348046339
Format : EPUB

Philippe CHAMPY

Philippe CHAMPY
Philippe Champy a été ingénieur à l’Institut national de recherche pédagogique durant quinze ans avant de devenir éditeur et de diriger les Éditions Retz durant plus de vingt ans. Il a co-dirigé le Dictionnaire encyclopédique de l’éducation et de la formation (Retz, 2005), un ouvrage de référence.

Extraits presse

Philippe Champy, spécialiste des sciences de l’éducation, s’attaque à la controversée réforme Blanquer.

23/08/2019 - Marine Durand - Livres Hebdo

 

La nouvelle guerre scolaire mise en œuvre par les profondes réformes, dirigistes, de Jean-Michel Blanquer va-t-elle finir par achever l’école de la République ? Une école qui se veut égalitaire mais qui depuis des décennies est ébranlée dans ses fondements par une série de réformes sélectives et élitistes. L’ouvrage, très documenté, de Philippe Champy identifie les principaux acteurs et les grands enjeux de cette nouvelle bataille. Décisive.Il décrypte comment technocrates, neuroscientifiques, firmes numériques, ralliés à l’agenda néolibéral du quinquennat Macron, sont en train de prendre le contrôle de notre système éducatif en imposant leurs méthodes et leurs outils. Ce grand reformatage à l’œuvre marginalise enseignants, éditeurs, pédagogues, et ouvre grand les portes de l’école au marché et au privé.

28/08/2019 - L'Humanité Dimanche

 

Pour sa troisième rentrée en tant que ministre de l’éducation, Jean-Michel Blanquer dispose toujours, malgré quelques turbulences durant l’année écoulée, d’un confortable capital d’image. Un discours critique envers sa politique s’est néanmoins affirmé, dont plusieurs livres qui viennent de paraître sont l’illustration. À cet égard, un des plus consistants est signé par Philippe Champy, qui évoque rien de moins qu’une « nouvelle guerre scolaire ».

31/08/2019 - Luc Cédelle - Le Monde

 

Ancien ingénieur à l'INRP et ancien éditeur (Retz), Philippe Champy publie un ouvrage qui marque la rentrée. D'abord par la qualité des recherches qu'il a menées pour écrire son livre. Il faut lire par exemple ce que P. Champy écrit sur la genèse politique de J-M. Blanquer. Il montre comment ses premiers textes comme professeur de droit expliquent sa gestion ministérielle et font de J-M. Blanquer un macronien bien avant l'heure. Ensuite par la qualité de la démonstration. On a tous compris que les réformes menées par J-M. Blanquer font système. Philippe Champy montre la mécanique, ses rouages, ses acteurs. Il explique la curieuse association en France du libéralisme et du centralisme étatique. Le détricotage mené depuis 2017 mène au formatage. Pour la première fois, une action cohérente idéologique, technocratique et technologique s'en prend aux corps enseignants et à leurs libertés.

30/08/2019 - François Jarraud - Le Café Pédagogique

 

Vidéos






 

Table des matières

Introduction. Où va l’École de la République ?
« Pédagogues » contre « républicains », la fausse querelle
Un observateur engagé
Des rapports de force éminemment politiques
Le manuel scolaire, révélateur et symptôme
I. La querelle des manuels scolaires et la liberté pédagogique
1. « Au feu les manuels ! »

Des manuels scolaires critiqués, contestés, admonestés…
La pression des lobbys en tous genres
Les « réacs » à l’offensive
L’activisme des mouvements antidiscrimination
Des patrons fort mécontents
La demande de contrôle par l’État
2. Les manuels scolaires sont-ils « hors de contrôle » ?
Quelle est la doctrine officielle ?
Un ministère qui n’aime plus la liberté pédagogique
Acte 1 : le rapport Borne (1998)
Acte 2 : le manuel à l’heure du numérique (2010)
Acte 3 : les appels d’offres comme leviers de contrôle (2012)
3. À qui et pourquoi la liberté pédagogique fait-elle peur ?
Une notion chargée d’histoire
Les débuts liberticides de la IIIe République
Un exemple de censure technocratique sous le Second Empire
La liberté pédagogique au temps de Jules Ferry :
1) la liberté de produire
2) La liberté de choisir (collectivement)
3) La liberté d’utiliser
Pourquoi la politique « libérale-républicaine » de la IIIe République gêne-t-elle aujourd’hui ?
La liberté pédagogique hérisse les pétainistes
4. Qui conçoit et produit les manuels aujourd’hui ?
Programmes, méthodes, manuels : éviter la confusion
Faire cours, est-ce concevoir un manuel ? Et inversement ?
Chaque professeur est-il un « auteur potentiel » ?
Auteur scolaire n’est pas une profession, mais c’est un vrai métier
Qui sont les éditeurs scolaires français ?
Vers une édition scolaire d’État ?
Les auteurs de manuels scolaires sont-ils de mauvais fonctionnaires ?
II. Une « révolution numérique » à l’École ?
5. Le « numérique éducatif » va-t-il remplacer l’édition scolaire ?

Les TICE sous le haut patronage de la « société de la connaissance »
Quand le support fait disparaître l’œuvre
Les granules numériques sont-ils le must des ressources pédagogiques ?
Pourquoi le e-learning devrait-il s’appeler e-teaching ?
Un cœur de métier impossible à informatiser
Le vieux rêve du processeur comme substitut du professeur
6. Que signifie le marketing alternatif du « gratuit » et du « collaboratif » ?
Les contes de fées du marketing du gratuit
L’arnaque du coût marginal proche de zéro
Le « collaboratif », alternative aux « pouvoirs établis » ?
L’intelligence collective (encadrée) est-elle une garantie de pluralisme ?
Derrière les data, du travail humain surexploité
7. Un ministère technocratique sous hypnose numérique
Le défi du « numérique éducatif » pour l’État
La « révolution numérique » va-t-elle reformater l’École ?
Fumeuse futurologie ou arme politique ?
L’enseignement primaire dans la ligne de mire
Un exemple d’hypnose marketing : les tablettes
8. Quel « service public » pour le numérique éducatif ?
Les rêves de contrôle des experts TICE de la rue de Grenelle
Une toile d’araignée qui prétend tout capter
Les seigneurs numériques en embuscade
III. Les neurosciences au service du « grand reformatage »
9. Vers une neuro-éducation technocratie-compatible ?

Un conseil scientifique inédit dans l’histoire française de l’École
L’euphorie « neuro » : surpromesses et prise de pouvoir
Sciences cognitives et neurosciences : pourquoi des dérives sont-elles possibles ?
Qui apprend ? Le cerveau ou les êtres humains ? Ou les deux ?
Quand le « neuro » cherche ses cobayes avec méthode
10. Quand le « neuro » veut imposer son imperium
L’effet boomerang de l’attitude impériale
« Enseigner est une science », ou comment nier l’expertise professorale
Les méthodes de lecture au CP dans le collimateur
11. Les « bonnes pratiques » sous l’emprise « neuro »
La recherche médicale appliquée, modèle pour l’École ?
« Agir pour l’école », l’expérimentateur agréé de Blanquer
Derrière les injonctions ministérielles, quels enjeux ?
Avec Singapour, Blanquer brouille ses repères mais dévoile ses cartes
12. Qui tient la barre du grand reformatage ?
L’affirmation décomplexée d’une haute technocratie élitaire antiprofs
Quand Blanquer dénonçait le pouvoir monarchique de la Ve République
Jean-Michel Blanquer à l’école des puissants
L’Institut Montaigne, expert-consultant en grand reformatage
Bercy, le vrai évaluateur de l’efficience « pédagogique »
13. Les enseignants sont-ils piégés ?
Le piège du dénigrement professionnel
Le piège de l’antipédagogisme
La neuro-éducation peut-elle relégitimer la pédagogie ?
La liberté pédagogique peut-elle être le bien commun des enseignants ?
Conclusion. Vers une nouvelle « guerre scolaire » ?
Néolibéraux, neuroscientifiques et géants du numérique : une nouvelle triple alliance pour contrôler l’École
Le mépris institutionnel de l’inventivité et des compétences des agents de l’Éducation nationale
Remerciements
Notes.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites