Sociologie de l'automobile - Yoann DEMOLI, Pierre LANNOY

Sociologie de l'automobile

Yoann DEMOLI, Pierre LANNOY

L’automobile ne cesse d’exciter les passions et de susciter les controverses. Choisie et utilisée avec soin, présentée comme un symbole de réussite et d’autonomie, elle est aussi fustigée comme la cause de nombreux fléaux environnementaux, urbanistiques et sanitaires du monde contemporain. Si la voiture est l’objet de jugements si paradoxaux, c’est parce qu’elle n’est pas seulement un objet matériel, mais un fait social à part entière.
Sur la base d’une synthèse inédite de travaux tant français qu’étrangers, cet ouvrage montre que le phénomène automobile peut se comprendre à partir des divisions et des enjeux de domination entre les groupes sociaux. Il examine, dans cette perspective, la diffusion historique de l’automobile, la massification de son usage – autant que son timide reflux –, la diversité des cultures et des identités dont elle est le véhicule, sans oublier ses externalités négatives, qui suivent les lignes de structuration du monde social.
Le regard sociologique offre ainsi des clés de décryptage du monde automobile, à la fois originales et éclairantes dans les débats sur son avenir.

Version papier : 10,00 €
Version numérique : 7,49 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Repères n°718
Parution : janvier 2019
ISBN papier : 9782707197955 ISBN numérique: 9782348042430

Yoann DEMOLI

Yoann Demoli, sociologue au laboratoire PRINTEMPS (CNRS-UVSQ), maître de conférences à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, a consacré sa thèse de doctorat à la place contemporaine de l’automobile dans la stratification sociale en France.

Pierre LANNOY

Pierre Lannoy est, à l’Université libre de Bruxelles, membre du centre de recherche METICES de l’Institut de sociologie et chargé de cours à la Faculté de philosophie et sciences sociales. Ses recherches portent sur le phénomène automobile et les circulations qui façonnent le monde contemporain.

Table des matières

Introduction
I/ Décrire la diffusion de l’automobile

Européenne de naissance, américaine par adoption
Les conditions sociales de la naissance d’une technologie européenne – L’adoption américaine
La diffusion verticale de l’automobile
Un bien d’abord et longtemps élitiste – L’émergence d’un bien de consommation de masse : des calendriers variés – Vers une banalisation complète ?

La diffusion horizontale de l’automobile
La diffusion de l’automobile auprès des femmes – La diffusion de l’automobile selon les générations
II/ Expliquer la diffusion de l’automobile
L’automobile se diffuse parce qu’elle procure des gains à ses acquéreurs
Profits de distinction – Ne pas avoir de voiture en France (1984‑2006) – Profits d’accomplissement – Automobile et changement social chez William F. Ogburn – Profits d’accessibilité
L’automobile se diffuse parce qu’elle procure des gains à ses promoteurs
Transformer le produit et la production – Transformer l’environnement : le « tout-à-l’automobile » comme exclusion des techniques (et des politiques) alternatives de transport – L’automobile et la concurrence des modes : du monopole radical à l’opprobre urbain ? – Transformer les représentations collectives : fabrication de l’information, colonisation de l’imaginaire et naturalisation de l’automobilisme – La « bagnole » comme véhicule critique de la société de consommation
III/ Déplacements quotidiens et usages de l’automobile
Panorama des usages contemporains de l’automobile au quotidien
La place de l’automobile dans la mobilité des Français – Un usage de plus en plus intense – Des usages socialement différenciés – Tous les mêmes, les automobilistes ?
Du mode de transport au(x) mode(s) de vie
L’automobile comme paramètre et solution d’une équation socio-spatio-temporelle – La vi(ll)e motorisée : l’automobile comme mode de spatialisation du social contemporain – Des modes de vie aux car divides
L’automobile comme potentiel de mobilité
Les représentations sociales de l’automobile
Les innovateurs ordinaires : l’automobilisme quotidien entre continuité et rupture
Les usages du véhicule électrique – Les usages partagés de l’automobile : un phénomène limité
IV/ Marques, classes et cultures
Classes d’automobiles et automobiles de classes
L’automobile : un objet propice à la manipulation des frontières de classes ? – L’automobile : un bien de moins en moins clivé et clivant ? – Du 4×4 au SUV : généalogie d’une diffusion – Classes de couleurs et couleurs de classes
La culture automobile contemporaine : entre individualité et attributions identitaires
L’expérience automobile de l’individualité – Les bumper stickers ou le trafic des affiliations sociales – La force des attribut(ion)s identitaires – Quand rouler en voiture devient une épreuve politique
V/ Les coûts de l’automobile
Dépenses automobiles
Des efforts budgétaires socialement différenciés – L’approche sociologique des externalités négatives du système automobile – Des investissements dans les équipements – L’autoroute : un équipement national
(Dé)pressions temporelles
Stabilité du budget-temps de transport et accroissement de la vitesse automobile – Désagrégations de la conjecture de Zahavi – La vitesse généralisée, ou comment mesurer tout autrement le coût temporel de l’automobile
Violences routières
Ce que rouler veut dire : l’économie des échanges symboliques routiers – L’économie de la sensibilité dans la « société linéaire de la circulation », ou comment la capacité des automobilistes est évaluée en situation – La mortalité routière dans le temps et dans l’espace – L’enracinement social et genré de la mortalité routière – La violence routière est-elle un problème ?
Inégalités environnementales
Véhicules propres et opprobres sociaux – Les politiques à incidences spatiales… et sociales
Conclusion
Repères bibliographiques

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites