Sociologie de Jérusalem

Sylvaine BULLE, Yann SCIOLDO-ZÜRCHER

Alors que Jérusalem, proclamée capitale éternelle par l’État d’Israël, est au cœur d’un conflit religieux, politique et médiatique, ses transformations contemporaines montrent une image contrastée. Singulière au plan géo politique, elle fait cependant l’objet, comme d’autres villes, d’un processus de reconquête et de spéculation. Celui-ci s’opère principalement à des fins religieuses et conforte la séparation entre Israéliens juifs et Palestiniens de Jérusalem ou d’Israël, au détriment de la mixité urbaine et sociale. En inscrivant l’analyse des transformations de la ville dans une perspective historique, l’ouvrage aborde tour à tour la sociologie et la démographie de Jérusalem-Ouest depuis 1948, sa gouvernance de plus en plus religieuse et son orientation croissante vers le tourisme et les classes aisées. Jérusalem-Est, quant à elle, apparaît de plus en plus isolée et périphérique. Le livre montre de façon réaliste les récentes mutations sociologiques, économiques et urbaines de la ville trois fois sainte, marquée par une inexorable tendance au repli, malgré la volonté politique d’en faire une capitale internationale.

Version papier : 10 €
Version numérique : 7,49 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Repères n°743
Parution : juillet 2020
ISBN : 9782348055607
Nb de pages : 128
Dimensions : 120 * 190 mm
ISBN numérique : 9782348055713
Format : EPUB

Sylvaine BULLE

Sylvaine Bulle est professeure de sociologie à l’ENSA Paris-Val de Seine (université de Paris).

Yann SCIOLDO-ZÜRCHER

Yann Scioldo-Zürcher, chargé de recherche au CNRS et membre du Centre de recherches historiques (CNRS-EHESS), a réalisé les modélisations quantitatives de cet ouvrage.

Table des matières

Introduction / Trois Jérusalem
Quelques repères historiques
I/ L’histoire et la mémoire en héritage
Les sites reconnus comme lieux saints et le rôle de la France
Jérusalem terrestre : la fabrique de la ville au XXe siècle
L’âge d’or du modernisme : Jérusalem, laboratoire urbain international
1948 et la création de l’État d’Israël : division ou substitution ?
Les trois étapes de la réunification : de la reconquête à la seconde Intifada – La « Ligne verte » : de multiples transformations en vue d’un conformisme urbain – L’excroissance de la ville : le Grand Jérusalem aux limites de la Cisjordanie – L’architecture israélienne : de l’orientalisme à l’indigénisme et au style néorégional
Ville divisée ou ville disputée ?
II/ Jérusalem contemporaine : une morphologie sociale unique ou un laboratoire intercommunautaire ?
Ségrégation ou différenciation ?
Un aperçu de la mixité au cours du XXe siècle – Coprésence : une histoire ou une fable ?
La démographie de Jérusalem : populations, répartition
Communautés ou populations ? La migration des olim, au cœur de la constitution des quartiers – Jérusalem : une ville au solde migratoire négatif – Pauvreté et frontières – Religion et habitat : un état des lieux de la « haredisation » des quartiers –Haredim : une classe religieuse ? – Du séparatisme urbain au séparatisme religieux – Migrations palestiniennes vers des localités juives : un cadre partagé ?
Cohabiter par raison : coprésence, frontières, passages et évitement
Parcs et promenades le long de la « Ligne verte » : une mise en scène de la ville quotidienne – Lieux investis par les migrants et par les travailleurs
Du séparatisme dans les transports et les espaces urbains ?
Le tramway : séparation ou coprésence ? – Le commerce, les services et l’atténuation de la séparation – Les centres commerciaux Rami Lévi – L’université et l’hôpital : des lieux interculturels
Différenciation ou fragmentation ?
III/ Jérusalem au prisme de ses transformations : du sacré au néolibéralisme
Traditionnelle ? Nationale ? Quelle catégorie opérante pour Jérusalem ?
Du magnétisme spirituel à la marchandisation de Jérusalem
Une verticalité à l’opposé de la ville traditionnelle – Les logements fantômes, produits des investissements dans la ville
Le patrimoine transformé : la gentrification de Jérusalem
Branding Jérusalem : les grands projets
Le patrimoine et le droit à la ville – Le musée de la Tolérance et les sites antiques controversés
IV/ De la religion dans les affaires : la gouvernance de Jérusalem aux prises avec la religion
La bataille pour la conquête de la mairie
Les élections municipales de 2018
Mixité, normes, contrôle de la sphère publique : la religion comme arme politique
Moraliser la vie urbaine et l’image de Jérusalem – La bataille pour la fermeture des rues du centre-ville
L’archéologie et les lieux bibliques au service de la politique
Qui gouverne le Mur occidental ? – L’archéologie au cœur du projet politique et religieux – Le mouvement des femmes pour l’égalité d’accès au Mur : lutte des places au Mur des Lamentations – Genre et religion : le conflit au Mur
Une ville en conflit peut-elle donner lieu à une ville alternative ? Le poids du nationalisme et de la sécurité
Politiques sécuritaires et vigilantisme à l’ère de la privatisation – Le poids des symboles nationalistes : défilés et souveraineté religieuse – Les minorités dans la ville religieuse – La Gay Pride de Jérusalem, un rituel pluraliste – Une contre-hégémonie ? Des mouvements sporadiques et la production d’espaces périphériques
Une sociologie de l’évitement
V/ Jérusalem-Est : une tiers-ville
La périphérisation de Jérusalem : processus et dispositifs
La ville à deux vitesses – La « barrière de sécurité » et la séparation des trois Jérusalem
Le magma juridique de Jérusalem-Est : l’envers de la ville-monde
Une citoyenneté sans cesse mise à l’épreuve – Une citoyenneté grise dans les zones intermédiaires du mur – La ville-mur et les dispositifs de contrôle
Vers la « judaïsation » de Jérusalem-Est ?
Des promoteurs religieux – L’« hébronisation » des quartiers ? Archéologie, sécurité et résistance
La question de la normalisation et du boycott municipal
« Notre chère Intifada » – La Maison de l’Orient : de sa grandeur à sa fermeture – 2018, un tournant électoral ?
Scènes alternatives et espaces oppositionnels à Jérusalem-Est
Ramallah est-elle la capitale des Palestiniens ?
Conclusion / L’horizon de la littérature et le syndrome de Jérusalem
Repères bibliographiques

Droits étrangers

SOCIOLOGY OF JERUSALEM


At first, Jerusalem seems to be the place where there is a concentration of multiple conflicts, loaded with symbols and inherited from a very long history. But it is also a city with its sociology, demography and government, whose singularity does not preclude its being made a subject of analysis.


Sylvaine Bulle is a professor of sociology at the ENSA (National School of Architecture) Paris Val de Seine (Université de Paris).
With the participation of Yann Scioldo-Zürcher, Research Fellow at the CNRS and member of the Centre de recherches historiques (Historical research center) (CNRS-EHESS).


Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites