Philémon, Vieux de la Vieille
Roman de la Commune, de l’exil et du retour

Lucien DESCAVES

Publié pour la première fois en 1913, Philémon, Vieux de la Vieille est un livre aussi insolite que précieux. Et résolument hybride, conformément à la volonté de son auteur, Lucien Descaves. Se parant d’atours romanesques, Philémon se révèle en effet un authentique livre d’histoire, dans l’acception la plus exigeante du terme. Durant une décennie, Descaves a minutieusement compulsé les documents de toutes natures (archives, manuscrits, correspondances, journaux) mais, surtout, interrogé patiemment les survivants de la Commune, préférant à la froideur du papier la chaleur du témoignage oral.
Sensible et loyal, Descaves a tenu à rendre hommage à ces hommes et femmes qui ont vu et fait la dernière des révolutions françaises et dans l’intimité desquels il a vécu. Il en résulte une œuvre vivante sur leurs années d’exil et leur difficile retour, où percent la tendresse et l’affection de l’auteur, où affleure en maints endroits une émotion à la fois sobre et juste. Nul mieux que lui n’a su restituer plus fidèlement ce que fut un communard, figure éminemment attachante et bien différente de la caricature anachronique peuplant notre imaginaire collectif.
Rares sont les ouvrages qui allient l’exactitude historique à l’agrément que procure la lecture d’un bon roman. Assurément, Philémon est de ceux-là.

Version papier : 22 €
Version numérique : 12,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Préface de Maxime JOURDAN
Collection : Cahiers libres
Parution : novembre 2019
ISBN : 9782348045387
Nb de pages : 348
Dimensions : 154 * 240 mm
ISBN numérique : 9782348055119
Format : EPUB

Lucien DESCAVES

Lucien DESCAVES
Romancier, dramaturge et historien, Lucien Descaves est né en 1861. C’est en faisant paraître Sous-Offs en 1889, brûlot antimilitariste, qu’il accède à une renommée nationale. Il se rapproche alors des libertaires et prend la défense du capitaine Dreyfus. En 1900, il est l’un des membres fondateurs de l’Académie Goncourt. Passionné par la Commune, il publie deux romans traitant de son histoire et de son souvenir : La Colonne en 1901, puis Philémon, Vieux de la Vieille en 1913. Il décède en 1949.

Extraits presse

À l’aube du XXe siècle, les anciens communards sont «des vieux de la vieille sans uniforme, sans galons sur la manche ni croix sur la poitrine ». Lucien Descaves, qui n’avait que 10 ans en 1871, rencontre sur le tard ces anciens combattants de la « République des travailleurs » et récolte leurs récits de vie. Fervent dreyfusard qui s’était fait connaître pour avoir publié un brûlot antimilitariste en 1889, il se passionne pour l’expérience communaliste, sur laquelle il collectionne écrits divers et images variées. De cette abondante documentation et des amitiés qu’il a pu tisser avec ces hommes et ces femmes de la Commune, il tire en 1913 un livre qui, sous des atours romanesques, n’en reste pas moins un merveilleux ouvrage d’histoire, dans l’acception scientifique du terme, sur la Commune, l’exil et le retour. «Les vaincus n’ont pas d’histoire. Brisons cette iniquité», disait Benoît Malon. Cette republication de Philémon, vieux de la vieille y contribue pleinement.

14/11/2019 - Laurence de Cock et Mathilde Larrère - Politis

 

Table des matières

Présentation, par Maxime Jourdan
Avertissement au lecteur
Avertissement
1. Où l’on fait connaissance avec Philémon, Phonsine et leurs entours
2. La lune de miel d’une proscription
3. Nuages sur Genève et sur Paris
4. L’anniversaire du 18 mars en famille
5. Feuilles mortes
6. Quels soins eut Philémon pour Baucis paralytique
7. Campagnes et actions sans éclat des proscrits
8. Quand Baucis ne fut plus là
9. Leurs invalides
10. Ils meurent, eux aussi, plutôt que de se rendre…
Repères chronologiques
Index des noms propres.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites