Pas un mot à l'ambassadeur

Nancy MITFORD

La narratrice discrète de La Poursuite de l’amour retrouve les héros du Cher Ange à Paris où son mari a été nommé ambassadeur. L’une de ses premières difficultés consistera à essayer de faire quitter les lieux à la femme du précédent ambassadeur, celle-ci étant peu désireuse d'abandonner sa magnifique résidence dont les sous-sols deviennent en quelques jours le lieu le plus recherché de la capitale française. Heureusement, l’oncle Davey est là pour l'aider à se sortir de ce mauvais pas ! Mais c’est compter sans Mockbar, le correspondant du Daily Post, car ce dernier a une façon bien à lui de rendre compte des activités du nouveau diplomate. On lira et relira avec nostalgie ce dernier roman de Nancy Mitford : brillante chronique d’un monde qu'elle a bien connu et où l’auteur de Voltaire amoureux retrouvait les charmes, délices et sottises vaines de son cher XVIIIe siècle.

Version papier : 13,70 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Traduit de l'Anglais par Jacques BROUSSE
Collection : Culte Fictions
Parution : juin 2005
ISBN : 9782707146175
Nb de pages : 280
Dimensions : 125 * 190 mm
Façonnage : Broché

Nancy MITFORD

Nancy Mitford (1904-1973) connut le succès littéraire grâce à La Poursuite de l'amour qui fut publié en 1945, et se vendit à plus d’un million d’exemplaires. Il précède de quatre ans son autre grand succès, L’Amour dans un climat froid. Elle préférait la France à l’Angleterre et s’installa définitivement en France en 1946, à Paris d’abord, à Versailles ensuite. Son ironie, sa désinvolture, son humour aigu, en font l’héritière de Swift, de Sterne, de Wilde.

Extraits presse

« Très chère Nancy Mitford ! Ainsi, il existe encore des auteurs qui nous parlent d'étiquette et de bonnes manières, dans une langue parfaite, avec un humour brillant et caustique, esprit et intelligence. »
POINT DE VUE

« Un couple britannique débarque à Paris dans les années 1950 : le roman de Nancy Mitford est un modèle de cet humour so british. Sous les traits de Mrs Wincham [...] la romancière anglaise dépeint les modes et coquetteries des années 50 dans la plus pure tradition romanesque du XVIIIème siècle. Mais à la bonne humeur affichée se mêle un humour mordant et le ton faussement naïf cache l'ironie, parfois acerbe, avec laquelle Nancy Mitford épingle les vanités et les arrogances de l'époque. Un nuage de vitriol dans une tasse d'Earl Grey ! »
MARIANNE

PRESSE

 

Table des matières

xxxxxx

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites