Les raisons de la ruse - Serge LATOUCHE, Michael SINGLETON

Les raisons de la ruse
Une perspective anthropologique et psychanalytique

Serge LATOUCHE, Michael SINGLETON

Alors même qu’ils croient poursuivre seulement leurs propres intérêts et leur vouloir singulier, les hommes concourent, selon Hegel, à l’édification d’une société rationnelle. Telle est la fameuse « ruse de la Raison », qui utiliserait la déraison pour se produire dans le monde. Nous ne pouvons plus être aussi optimistes, mais nous croyons encore que si une société rationnelle et juste pouvait advenir, seules devraient y régner la loi, la raison, la vérité et donc la sincérité. La ruse, le mensonge, la tromperie, la séduction, tout cela devrait disparaître ou, à la rigueur, ne subsister, à titre provisoire, que comme arme des faibles. Une arme pas trop digne… Cette vision rationaliste et moralisatrice a sa grandeur. Est-elle bien réaliste ? Pouvons-nous, devons-nous réellement sortir de ce qui a constitué la perspective anthropologique de la majeure partie de l’humanité, habituée à vivre depuis toujours dans le registre de l’ambivalence, de l’incertitude et du malentendu ? Vis-à-vis de nos proches, et d’abord de nous-mêmes, demandent ici les psychanalystes, une certaine duperie de soi, une part d’illusion, la ruse avec soi-même ne sont-elles pas les conditions indispensables à l’édification d’un monde humain vivable ? Ou en-core, s’interrogent les philosophes, Mètis, déesse de la ruse, n’est-elle pas la pourvoyeuse première de la phronésis, la sagesse pratique ? C’est ce gigantesque continent enfoui de la ruse que font ici ressortir et renaître les anthropologues, psychanalystes et philosophes réunis dans un colloque organisé par le Laboratoire d’anthropologie prospective de l’université de Louvain-la-Neuve, qui, après échanges et discussions, nous font bénéficier du fruit de leurs réflexions.

Version papier : 35 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Recherches / M.A.U.S.S.
Coédition : La Découverte/M.A.U.S.S.
Parution : décembre 2004
ISBN : 9782707144614
Nb de pages : 352
Dimensions : 155 * 240 mm
Façonnage : Broché

Serge LATOUCHE

Serge Latouche est un économiste et philosophe français. Professeur émérite à la faculté de Droit, économie et gestion Jean Monnet (Sceaux) de l’université Paris-XI, il est Objecteur de croissance et président de l’association des amis d’Entropia (Revue d’étude théorique et politique de la décroissance). Il est aussi l’un des « contributeurs historiques » de La Revue du MAUSS.
Il est notamment l’auteur de L’Occidentalisation du monde : Essai sur la signification, la portée et les limites de l’uniformisation planétaire (La Découverte, 1989), L’Autre Afrique, entre don et marché (Albin Michel, 1998), Justice sans limites (Fayard, 2003), L'invention de l'économie (Albin Michel, 2004), Survivre au développement : De la décolonisation de l’imaginaire économique à la construction d’une société alternative (Mille et une nuits, 2004), Décoloniser l'imaginaire. La pensée créative contre l'économie de l’absurde (Parangon, 2004), Le pari de la décroissance (Fayard, 2006), Petit traité de la décroissance sereine (Mille et une nuits, 2007).

Michael SINGLETON

Table des matières

Introduction. Au commencement était la ruse... De la ruse de la raison à la raison de la ruse, par Serge Latouche - I. / Approches transversales - 1. La ruse et la prudence : l'enjeu démocratique, par Serge Latouche - 2. Ruser avec soi-même. La place de la ruse dans la gestion relationnelle de soi, par Guy Bajoit - 3. Plus de ruse que de raison. Du point de vue de l'anthropologie clinique, par Robert Steichen - 4. De la ruse de la raison, par André Berten - 5. Ruser sans mentir : de la casuistique aux sciences sociales. Le recours à l’équivocité entre efficacité pragmatique et souci éthique, par Jean-Pierre Cavaillé - II. / Les ruses de l’Afrique - 6. Indicible, la ruse ?, par Michael Singleton - 7. Communication rusée et échanges monétaires sans marché. Transactions foncières ambiguës dans l’ouest du Burkina Faso, par Paul Mathieu - 8. De la ruse à l’État. Ce qu’usurper le pouvoir signifie chez les Saman du pays dogon, par Gilles Holder - 9. Lieux et non-lieux de la ruse dans la société mossi, par Pierre-Joseph Laurent - 10. La chasse aux voleurs. Une association de chasseurs et l’administration de l’État dans l’ouest du Burkina Faso, par Sten Hagberg - 11. Le Trickster zande à la source du savoir des européens ? Une ruse plurielle d’Afrique centrale, par Jan-Lodewijk Grootaers - 12. L’Armée céleste en Haïti : une stratégie de marronnage ?, par André Corten - III. / La ruse asiatique - 13. Le voleur kazakh. Du héros traditionnel aux pratiques mafieuses contemporaines, par Anne-Marie Vuillemenot - 14. La ruse et ses cousins de Chine, par Susan D. Blum - 15. Le monde d’Ostap Bender. Escrocs en Union soviétique des années vingt et trente, par Sheila Fitzpatrick - IV. / Last but not the least - 16. Le discours comme ruse. Stratégies de résistance des Anishinaabeg face aux velléités des missions chrétiennes. (Le cas de la réserve indienne de l’île Walpole, 1844-1850), par Olivier Servais - 17. Ruses bibliques, par André Wénin - 18. La ruse, une réponse au désarroi populaire. Analyse de certaines modalités d’action citoyenne en situation de pluralité de valeurs, par Frédéric Moens .

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites