Le plaisir et la loi - Florence DUPONT

Le plaisir et la loi
Du de Platon au

Florence DUPONT

Le banquet grec, lié à la cité, associe, sous le patronage de Dionysos, le plaisir et la loi. On voit se constituer, dans ce lieu pourtant privé, des discours publics : l’élégie, le dialogue philosophique et, notamment, le banquet socratique. Dans la Rome impériale, les banquets sont des dénominations trompeuses pour ces festins et ces spectacles que le pouvoir et la richesse offrent au peuple. Plaisir de consommation d’un côté, plaisir de domination de l’autre : telle est la part du festin. Mais seul le Banquet, légué par les Grecs, paraît honorable aux Romains. Le Festin quant à lui est toujours représenté comme parodie ou échec du Banquet. Ainsi de Pétrone : mais le Festin de Trimalchion est sans doute le seul texte où Rome passe aux aveux. Affranchi monstrueux, Trimalchion est un fantasme culturel représentant la non-citoyenneté absolue, le corps réduit à lui-même face à la richesse, dans une impossibilité de jouissance conviviale. Le Festin de Trimalchion est lu par Florence Dupont dans son rapport avec le Banquet de Platon. De Rome à la Grèce, quelle est la fonction et la signification de ce que l’on appelle l’imitation ? Le tourment de Rome fut d’avoir hérité de représentations inadéquates, mais de vouloir fonder sa légitimité sur cet héritage.

Version papier : 20 €
Version numérique : 13,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : [Re]découverte
Parution : février 2002
ISBN : 9782707136879
Nb de pages : 208
Dimensions : 135 * 220 mm
Façonnage : Broché
ISBN numérique : 9782707172273
Format : EPUB

Florence DUPONT

Florence Dupont, professeur à l’université Paris-VII et membre du Centre Louis-Gernet, spécialiste de l’histoire romaine antique, a notamment publié Homère et Dallas (Hachette, 1991), L’Invention de la littérature (La Découverte, 1994), et L’Insignifiance tragique (Gallimard, 2001).

Table des matières

Introduction - 1. « Logos sympotikos » - I. Figure politique du banquet - II. Figure hédonique du banquet - III. Le monde du banquet et l'ordre du doux-amer - IV. La philosophie dans le banquet - 2. Le banquet perdu - I. Du « logos sympotikos » au banquet-texte - II. Le Banquet socratique - III. Le Banquet et les autres dialogues - IV. Socrate et le refus d'étonner - V. Le Banquet des Banquets - 3. Le banquet d'Agathon et le Festin de Trimalchion - I. Le Festin comme genre littéraire - II. Le Festin comme lieu du discours - III. Le Festin et le Banquet comme corps et âme - IV. Ambivalence de la Cena Trimalchionis - V. Les retards de Socrate et de Trimalchion - VI. Les ivrognes et les pompiers - VII. Habinnas et Alcibiade - VIII. Les Athéniens et les affranchis - IX. Latrine et philosophie - X. Le Banquet platonique - 4. Trimalchion entre les mots et les choses - I. Une parole de festin ? - II. Trimalchion invente un nouveau langage - III. Cuisine et rhétorique - IV. Dionysos et le sanglier - V. Trimalchion et les performatifs - 5. Culture et cuisine dans la Cena Trimalchionis - I. « Ut culina poiesis » - II. Légendes et mythologies - III. Mythes et modèles - IV. L'arlequin - V. Les coutumes de table - VI. Les recettes de Saturnales - VII. Le cosmos et le labyrinthe - 6. L'amour et la jouissance - I. Histoires d'amour... - II. ... et amours sans histoire - III. « Sans famille » - IV. La société des « petits frères » - V. Le corps érotique et l'institution dans le Festin et le Banquet - VI. La jouissance du maître - VII. La répétition - VIII. L'opéra - IX. Les machines - X. La Matrone d'Ephèse - Conclusion - Orientations bibliographiques.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites