Le pire ami de l'homme - Catherine MOUGENOT, Lucienne STRIVAY

Le pire ami de l'homme
Du lapin de garenne aux guerres biologiques

Catherine MOUGENOT, Lucienne STRIVAY

Mais pourquoi donc écrire une histoire des lapins ? Longtemps on a considéré que l'Histoire relevait des seuls humains : on voulait croire que la « nature » restait extérieure et indifférente à nos affaires. Mais nous découvrons peu à peu, grâce à l'écologie, que nos vies sont depuis longtemps imbriquées à celles des animaux et qu'elles seraient impossibles sans eux. Tant qu'on les considère comme des matériaux indifférents, façonnables à notre gré, on s'expose à de sérieux retours de flamme. Les lapins en sont un exemple fameux : ils ne font jamais ce qu'on attend d'eux. Ils sont récalcitrants, rebelles, résistants...
Dans ce livre qui propose une nouvelle manière de faire de l'histoire avec les animaux, les auteures sont engagées dans une folle course-poursuite avec des lapins qui toujours inventent, changent les règles du jeu, colonisent, se retirent... Ils sont toujours actifs, là où on aurait juré qu'ils seraient passivement soumis à nos projets et ambitions. Les auteures elles-mêmes ont été prises au piège ! Et s'il fallait en passer par les lapins pour mieux comprendre les humains ? Et si, mieux qu'une histoire des lapins, il s'agissait de commencer à écrire du point de vue des lapins ? Si on ne peut plus penser les humains sans les animaux, alors l'histoire, la sociologie, la philosophie doivent apprendre à bien les traiter...

Version numérique : 9,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Les Empêcheurs de penser en rond
Parution : août 2014
Format : EPub
ISBN numérique: 9782359250893

Catherine MOUGENOT

Catherine Mougenot est sociologue, docteur en sciences de l’environnement.

Lucienne STRIVAY

Lucienne Strivay est anthropologue, docteur en philosophie.

Table des matières

Passeport pour le monde
Le lapin est un empêcheur de penser en rond.
Le héros de fables post-modernes
Qu’avons-nous fait à cet animal et, qu’est-ce qu’il nous fait faire ?
C’est l’histoire de la mondialisation, façon lapin. Du monde, comme un terrier.
1. Être de garenne, ça vous pose un lapin !
Passeport de Jeannot. Son origine : Espagne et France.
Son assignation à résidence dans les garennes en France et en Europe Occidentale.
Début des tribulations de cet animal casanier.
Le pouvoir des seigneurs et des moines sur les petites gens et les conflits de voisinage.
2. Rabbitting : faire du lapin
L’introduction de Jeannot en Angleterre et dans les îles britanniques, with the help of his friends !
Les garennes en Angleterre, une activité préindustrielle : les marchés de la fourrure, le début des teintures et de la sélection des peaux de lapins, le braconnage en gangs organisés, tout un business !
3. La liberté, c’est la peste
Suite à la chute du marché de la fourrure, Jeannot est libre, il profite des transformations du paysage, prolifère et fait des dégâts partout.
Dégâts bien difficiles à quantifier cependant.
Et le paysage social évolue lui aussi.
4. Modifications, diversifications, spécialisations
La cuniculture ou, quand la modernité saisit la vie du lapin d’élevage : médecine vétérinaire, mise en place de « filières », abattoirs, récolte de « données ».
Spécialisation, diversification. Viande. Fourrure, Spécimens de laboratoires y compris génétiquement modifiés, animaux de concours, pets.
5. Les vagues de la colonisation. Animal d’élevage dans le monde
Le lapin est introduit comme animal d’élevage dans les différentes régions du monde.
Colons, missionnaires, marins, migrants, tout le monde s’y met.
L’Afrique et ses missionnaires, le Japon, la route de la soie, le paradoxe chinois, et l’Amérique du sud : au Chili, la colonisation est « interne ». Mais le lapin s’échappe et redevient sauvage. Les contradictions de la politique chilienne.
6. Les vagues de la colonisation. Jamais sans mon gibier
L’Océanie : un continent qui ne connaissait que des mammifères marsupiaux.
Après plusieurs tentatives infructueuses, le lapin est introduit comme gibier en Australie et en Nouvelle-Zélande. Sans égard pour les populations locales et leur environnement.
La catastrophe est presque immédiate. Les grandes barrières.
7. Comme un incendie : la myxomatose
Origine du virus, aussitôt découvert, aussitôt converti en « outil ».
Introduit clandestinement en France, en Grande Bretagne et en Australie. La lutte devient « scientifique », mais le débat social ne s’arrête pas pour autant.
8. Quand un virus cache l’autre
Une origine incertaine et une trajectoire bien différente de celle du virus de la Myxomatose, Le VHD en Europe, aux États-Unis. En Nouvelle-Zélande, les fermiers sont tentés par le bioterrorisme.
9. Lutter contre une nature ennemie
Les différents moyens de lutte. Ils ont chacun leur histoire et leur trajectoire.
Aucun n’est parfait. Aujourd’hui la lutte biologique est investie de promesses, mais comporte aussi bien des silences.
10. Recréer la nature
En France et en Espagne, Jeannot se fait rare. On le réintroduit à grands frais…
Et ça ne marche pas…
Chacun rêve d’une nature « à sa manière »…
11. Les animaux dans leurs HLM
L’élevage industriel selon ses différents objectifs : production de viande, de fourrure, d’animaux de laboratoire et de compagnie. Un monde très différencié malgré les apparences. Chaque filière a ses questions et ses hésitations que nous suivons à partir d’une réflexion sur la cage du lapin.
12. Vous avez dit élevage : petit ou mini ?
Élevages paternalistes ou élevages débrouilles ? Nouvelles bifurcations.
Et nouvelles surprises : le lapin en Afrique, côtoie de nouvelles espèces.
13. Entre folie et tendresse, les inattendus
Du mur de Berlin à la porte Maillot. D’un laboratoire de génie génétique au terrain d’action d’une ONG., dans le fin fond du Kasaï. Le lapin résiste. Toujours là pour nous parler d’un monde tiraillé entre folie et tendresse. Vision du futur ?
Notes.

Droits étrangers

MAN'S WORST FRIEND


Rabbits may be kept as pets or hunted as game, used as laboratory animals or considered an invasive species. The fascinating history of their encounters with humans, show how they have stirred up conflicts and changed alliances. Mr Rabbit has adapted to new climates, new landscapes and different species with which he would never naturally have come into contact.


Catherine Mougenot is a sociologist with a Phd in Environment Science. She is a lecturer and researcher at the university of Liège. She has published Prendre soin de lanature ordinaire (éditions de la MSH, 2003) and Raconter le paysage de la recherche (Quae, 2011). Lucienne Strivay, an anthropologist, lectures at the University of Liège. Amongst her books : Enfants sauvages. Approches anthropologiques (Gallimard, 2006).


Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites