Le gouvernement des riches

Michaël MOREAU

Suppression des contrats-jeunes, baisse des impôts sur le revenu et la fortune, diminution de l’aide aux personnes âgées, réduction du nombre et du pouvoir d’achat des fonctionnaires, limitation de la hausse du SMIC, réforme brutale du statut des intermittents du spectacle, champ libre aux licenciements de masse… Depuis qu’il est arrivé aux affaires, le gouvernement de Jean-Pierre Raffarin a multiplié les mesures pénalisant les plus démunis et favorisant les plus riches. Et le plus extraordinaire est qu’il l’a fait en prétendant répondre aux attentes de la « France d’en bas » ! C’est de cet étonnant tour de passe-passe dont ce livre entend rendre compte. En proposant pour la première fois un bilan sans complaisance de ces mesures antisociales. Et surtout, en révélant, enquête à l’appui auprès de ministres, parlementaires et leaders patronaux, les dessous de ces décisions. La clé de cette stratégie réside en effet dans la puissance méconnue du lobbying patronal auprès du « gouvernement des riches » et dans une communication mobilisant toutes les ficelles du double discours. On découvrira ainsi comment de nouveaux clubs libéraux et de « défense des entrepreneurs » fleurissent au sein même de l’Assemblée dès l’automne 2002, pour « harceler » l’exécutif. Comment les lobbyistes les plus hargneux envers les syndicats, les salariés et les fonctionnaires ont portes ouvertes au Palais-Bourbon et organisent des colloques avec les principaux députés UMP. Ou comment d’éminents ministres acceptent des amendements législatifs déjà rédigés par des organisations patronales. Un livre indispensable pour comprendre comment la droite au pouvoir depuis 2002 poursuit une entreprise de grande envergure au profit d’une minorité.

Version papier : 15,30 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Cahiers libres
Parution : mars 2004
ISBN : 9782707141965
Nb de pages : 216
Dimensions : 135 * 220 mm
Façonnage : Broché

Michaël MOREAU

Michaël MOREAU

Michaël Moreau est journaliste. Il a notamment publié aux éditions La Découverte, Le Gouvernement des riches (2004) et avec Aurore Gorius, Les Gourous de la com'(2011, 2012 pour le poche).

Extraits presse

« Le titre de cette enquête dans les coulisses du gouvernement, de l'UMP, des clubs libéraux et des milieux patronaux est accusateur. Il est servi par une implacable démonstration. De la limitation de l'accès aux droits des chômeurs à la réforme du statut des intermittents du spectacle, en passant par la baisse des impôts sur le revenu et la fortune ou la diminution de l'aide aux personnes âgées, l'auteur dresse un premier bilan du gouvernement Raffarin. Il essaie surtout de comprendre par quel "extraordinaire tour de passe-passe politique et médiatique" ces mesures ont été présentées comme des attentes de la "France d'en bas" quand elles ne sont que la marque d'une "entreprise de grande envergure entamée au profit d'une minorité".
POLITIS

« De l'art de faire passer des lanternes libérales pour des vessies sociales, voilà précisément ce que met à jour le livre opportun de Michaël Moreau [...] Tout le mérite du livre est justement de décrypter très précisément les rouages de cette nébuleuse politico-économique, sans complaisance mais sans virulence non plus, simplement en s'en tenant aux chiffres (implacables) ainsi qu'aux déclarations (confondantes) des acteurs du système (ministres, élus, représentants patronaux, syndicalistes) que l'auteur a fait parler.
Résultat : on en apprend de belles sur ces petits arrangements entre amis [...] D'où la nécessité de lire ce livre accablant, qui n'est pas non plus un brulôt. »
FRANCE SOIR

« Un bilan documenté des mesures antisociales du gouvernement et une enquête sur le poids des patrons dans les sphères de direction politiques. »
REGARDS

« L'ouvrage de Michaël Moreau apporte, de manière très convaincante, une preuve supplémentaire de l'imbrication étroite entre l'État et une certaine société civile. »
LE BLEU DE PROFESSION POLITIQUE

« Du travail d'artiste. »
MARIANNE

« Selon son tempérament, le lecteur sera assommé ou entrera dans une colère froide. »
ROYALISTE

« Le livre de Michaël Moreau donne de très nombreuses pistes, nous emmenant parmi les relations étroites qui unissent la majorité et les élites économiques. L'ouvrage fourmille d'informations et de témoignages recueillis par l'auteur, journaliste à France Soir. »
ALTERNATIVES ÉCONOMIQUES

« Plongée dans l'envers du décor. Celui que l'on entrevoit que trop rarement. Là où les affinités, les ambitions ou les inimitiés forgent ou brisent les décisions politiques et économiques, qui s'imposeront ou non aux Français. Pour cela, l'ouvrage de Michaël Moreau ne peut se résumer à son titre provocateur. [...] Ceux qui seraient tentés de passer à côté, sous prétexte qu'ils s'attendent à un réquisitoire "contre les patrons" et le Gouvernement actuel se tromperaient. Le ton est direct. Les anecdotes fourmillent. Les 200 pages, étayées par un style plaisant et un travail d'enquête efficace, se dévorent. »
L'USINE NOUVELLE

PRESSE

 

Table des matières

Prologue - I. Avant la bataille - 1. Des groupes de pression libéraux à l'assaut du Parlement - Lellouche, Fourgous, Novelli et les autres - Libéralisez, et vite ! - Des amendements signés CGPME - Liaisons dangereuses avec l'extrême droite - 2. Le Medef, un réseau au-dessus des réseaux - Réorganisation avant la bataille - Deux objectifs : thatchérisme et flexibilité - « Reprendre l'offensive » : l'élection triomphale du baron - Les vraies relations entre Seillière et Jospin - Et le Medef drague les intellos - Le patronat lâche EAS - 3. Et le Medef « harcèle les politiques » - L'exemple à suivre : l'Italie - Le Medef se présente aux élections - Chirac, mauvais interlocuteur - La colère avant l'heure de Francis Mer - Seillière dénonce une « manipulation politique » - 4. « Un social-démocrate au gouvernement », se plaignent les libéraux ! - La carte Juppé contre Sarkozy - Les tête-à-tête Chirac/Chérèque - Francis Mer et les malentendus - Libéraux contre juppéistes à Bercy - II. Antisocial, le récit - 5. Offrandes fiscales aux plus aisés - Au secours, Chirac est seul aux manettes ! - Pourquoi Francis Mer ne veut pas baisser les impôts - La leçon keynésienne de Chirac à Mer - ISF, les amendements Medef repris par Bercy - Baisser l'ISF, c'est pour les chômeurs ! - Et les autres impôts ? - 6. Avec Seillière, le « partenariat » au quotidien - Comment Raffarin apporte un appui politique à EAS - Le gouvernement s'inspire de Kessler - On s'échange aussi les hommes ! - Le Medef ne veut plus négocier - Moins d'indemnités pour les victimes de liquidations - Seillière va bientôt partir - Tractations d'une plume moins-disante - Pourquoi Fillon et Seillière se détestent - 35 heures, une offensive en trois temps - « Les 35 heures favorisent l'alcoolisme » (un économiste) - Ferry-Seillière : l'école et l'entreprise - 7. Sécu, retraites... le trompe-l'œil des pas comptés - Et Raffarin parle d'assurance privée... - Jean-François Mattei conseillé par AXA ! -Retraites, bientôt une deuxième facture - Négociations secrètes à Matignon - Les communistres travaillent pour le Medef ! - 8. On a oublié l'emploi ! - La mauvaise solution de la baisse des charges - « La France n'est pas un parc de loisirs » (Raffarin) - Francis Mer, la bête noire du minisètre du Travail - Les emplois-jeunes transférés au privé - Une task force contre les charrettes - Le lobbying patronal pour restructurer sans plans sociaux - La traque des chômeurs - Le RMA n'est pas un contrat de travail - 9. Haro sur les fonctionnaires ! - Le ministre qui ne reçoit pas le Medef - Le dénigrement tous azimuts - « Supprimez des emplois sans que cela se sache ! » - Jacques Chirac, la raison de sa prudence - Le Forum de Davos pour réformer le public - Francis Mer « ne comprend pas » les chercheurs - Y a-t-il une « fatalité » de l'échec des négociations salariales ? - Le salaire au mérite, une idée signée Thatcher - 10. Au gouvernement, Fillon se bat seul pour les minima - Pourquoi le Medef juge le SMIC trop « élevé » depuis 1970 - « On revient à la situation d'avant 1968 » (la CGT) - La gauche peut avoir des remords - Jour férié : la vraie histoire de la gaffe Fillon - Baisse des aides aux personnes âgées, juste avant la canicule - Épilogue.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites