La guerre des identités
Grammaire de l'émancipation

Ernesto LACLAU

Grand inspirateur des stratégies politiques des gauches latinoaméricaines et aujourd’hui de Podemos en Espagne, Ernesto Laclau analyse dans ce livre les conséquences d’un prodigieux basculement politique initié dans les années 1990. Entre la fin du XVIIIe et la fin du XXe siècle, l’objectif premier de la lutte politique est resté celui de la libération : peuples, classes ou individus, tous les sujets de l’action politique n’aspiraient qu’à s’émanciper. Cette visée de la libération affirmait en même temps le principe de l’égalité de tous les êtres humains, dessinant ainsi la figure de l’universalisme : dans les « jeux de langage » de la politique moderne, l’égalité l’emportait sur les différences. Or, miné par ses contradictions internes, ce discours de l’émancipation s’est décomposé : la guerre des identités – de genre, d’origine, ou de culture – a pris le pas sur la lutte pour l’égalité. Partout, c’est la revendication de l’identité culturelle qui s’est affirmée et l’a emporté sur l’idéal d’égalité.
Pour comprendre ce qui se joue désormais à l’échelle planétaire, pour définir de nouveaux objectifs politiques prenant le relais de la tradition de la gauche, c’est l’ensemble des catégories centrales du discours politique hérité – la libération, l’universalisme, le particularisme, le pouvoir, l’idéologie, etc. – qu’il importe de soumettre à un examen critique. C’est ce à quoi s’emploie, avec une rare rigueur, cet ouvrage qui rassemble les éléments d’une théorie générale du politique organisée à partir du concept central d’hégémonie.

Version papier : 16 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Traduit par Claude ORSONI
Collection : Sciences humaines
Parution : novembre 2015
ISBN : 9782707188991
Nb de pages : 144
Dimensions : 135 * 220 mm

Ernesto LACLAU

D’origine argentine, Ernesto Laclau (1935-2014) est considéré comme un des principaux théoriciens du politique de ces dernières décennies. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont La Raison populiste (Le Seuil, 2008) et, avec Chantal Mouffe, Hégémonie et stratégie socialiste (Les Solitaires intempestifs, 2009).

Table des matières

Préface
1. Sujet de la politique, politique du sujet
Multiculturalisme
La critique du fondationalisme et la question des contextes
Universalisme, particularisme et hégémonie
Dialectique de l'université
Impasses croisées du différentialisme et du fondationalisme
Gouvernement et université : quatre moments
2. Au-delà de l'émancipation
Logique de la logique...
... Et logique du social
Les discours classiques de l'émancipation
Le christianisme - Le marxisme
Mort de l'émancipation ?
Émancipation et division constitutive
3. L'universalisme, le particularisme et la question de l'identité
Universalité et particularité dans une perspective historique
L'impossible victoire des particularismes sur l'universel
Trois conclusions politiques
4. De l'importance des signifiants vides en politique
Le système et son dehors. Vraies et fausses limites
L'hégémonie
Hégémonie et démocratie
5. Mort et résurrection de la théorie de l'idéologie
L'impossible extériorité à l'idéologie
Distortion et dislocation constitutives
Signifiants flottants et signifiants vides
Moralité dense et moralité fine
La logique de l'équivalence
Le mysticisme, l'inexprimable et les équivalences
Incarnation, déformation et idéologie. Le mythe selon Georges Sorel
Inéradicable idéologie.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites