La Mégamachine
Raison technoscientifique, raison économique et mythe du progrès

Serge LATOUCHE

« La plus extraordinaire machine jamais inventée et construite par l’homme n’est autre que l’organisation sociale. Sous l’égide de la main invisible, techniques sociales et politiques, d’une part — de la persuasion clandestine publicitaire au viol des foules par la propagande, démultipliées par les autoroutes de l’information —, techniques économiques et productives, d’autre part — du fordisme au toyotisme, de la robotique à la biotechnologie —, s’échangent, fusionnent, s’interpénètrent. « Elles s’articulent désormais en un gigantesque réseau mondial mis en œuvre par des firmes et des entités transnationales qui soumettent États, partis, sectes, syndicats, ONG, etc. L’emprise de la rationalité technoscientifique et économique donne à l’ensemble une ampleur inédite et en fait une “mégamachine” jamais vue dans l’histoire des hommes. Sur le thème de l’unité et de la diversité de la Mégamachine planétaire, ce livre rassemble des essais qui s’inscrivent dans le cadre du grand débat contemporain sur le statut de la technique. » Ainsi se présentait, il y a dix ans, cet ouvrage devenu introuvable et que beaucoup tiennent pour prophétique. C’est à lui que renvoient nombre des débats qui font rage aujourd’hui dans le monde entier autour du thème de la « décroissance » : si le progrès et la croissance sont insoutenables et mortifères, n’est-il pas grand temps d’amorcer une « décroissance conviviale » ? Dernière chance avant l’apocalypse ?

Version papier : 22 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Postface de Serge LATOUCHE
Collection : Recherches / M.A.U.S.S.
Coédition : La Découverte/M.A.U.S.S.
Parution : octobre 2004
ISBN : 9782707144447
Nb de pages : 204
Dimensions : 135 * 220 mm
Façonnage : Broché

Serge LATOUCHE

Serge Latouche est un économiste et philosophe français. Professeur émérite à la faculté de Droit, économie et gestion Jean Monnet (Sceaux) de l’université Paris-XI, il est Objecteur de croissance et président de l’association des amis d’Entropia (Revue d’étude théorique et politique de la décroissance). Il est aussi l’un des « contributeurs historiques » de La Revue du MAUSS.
Il est notamment l’auteur de L’Occidentalisation du monde : Essai sur la signification, la portée et les limites de l’uniformisation planétaire (La Découverte, 1989), L’Autre Afrique, entre don et marché (Albin Michel, 1998), Justice sans limites (Fayard, 2003), L'invention de l'économie (Albin Michel, 2004), Survivre au développement : De la décolonisation de l’imaginaire économique à la construction d’une société alternative (Mille et une nuits, 2004), Décoloniser l'imaginaire. La pensée créative contre l'économie de l’absurde (Parangon, 2004), Le pari de la décroissance (Fayard, 2006), Petit traité de la décroissance sereine (Mille et une nuits, 2007).

Extraits presse

« Lorsque nous serons morts… il sera trop tard pour lire Serge Latouche. Ce serait dommage ! Un essai dont on sort plus intelligent qu’en entrant. Il faut lire ce livre. »
CHARLIE-HEBDO

« Si [...] tout en appréciant le "confort moderne", il ne suffit pas à vous combler, s'il vous arrive même d'envier des relations sociales qu'on ne trouve plus qu'au sein de sociétés moins techniciennes, lisez La mégamachine. Vous vous sentirez moins seul, moins étranger à votre époque en découvrant l'analyse de Serge Latouche. [...] Paru pour la première fois il y a dix ans, cet ouvrage devenu introuvable s'avère a posteriori prophétique. Il s'inscrit dans les grandes interrogations actuelles sur le rôle et le bien-fondé des techniques. »
LES ÉCHOS

PRESSE

 

Table des matières

Préface à la seconde édition - Remerciements - Introduction - I. Technique, culture et société - 1. La Mégamachine et la destruction du lien social - La Mégamachine infernale - La machine humaine - Le caractère infernal de la Mégamachine - La destruction du lien social - L'uniformisation/conformisation - Le déracinement - La destruction du politique - 2. La technoscience et la société technicienne - Émergence et signification de la technoscience - De la technique à la technoscience - La signification de la technoscience - La logique de la technique - L'auto-accroissement de la technique - L'absence de choix des techniques : le triomphe de l'efficience unique - Autodynamique et absence de régulation - Le système technicien - Le phénomène technique comme système - Les « lois » du système technicien - 3. Les enjeux et les dangers du progrès technique - L'ambivalence : le prix à payer - La pollution et la dégradation de l'environnement - Les nuisances esthétiques - La disparition des produits anciens - La dévalorisation des compétences, des savoir-faire et des statuts - Les contraintes sociales - La montée des problèmes - L'inséparabilité des effets néfastes et des effets positifs - L'imprévisibilité des effets du progrès technique - Imprévision et imprévisibilité relative - Les conditions et les raisons de l'impossibilité de prévoir - 4. Raison technique, raison économique et raison politique - Rationnalité économique et rationalité technicienne - Le problème de la rationalité juridico-politique face à la rationalité technicienne - Les limites du totalitarisme technicien - II. La technique et le mythe du progrès - 5. Le progrès et l'imaginaire de la modernité - L'historicité du progrès - L'absence de mots pour le dire - L'ère et le concept - L'être et l'éthique - De quand date le progrès ? - Les étapes de la \" mise en place \" du progrès - Les obstacles et les adversaires du progrès - L'irrésistible progression du progrès - L'avenir d'une illusion - 6. La métaphysique du progressisme - Le progrès et les preuves de l'existence de Dieu - La perfectibilité ou l'essence du progrès - L'incarnation du progrès : la technique et le développement économique - 7. Domination du progrès et pluralisme culturel - La révolution néolithique - La mutation des Temps modernes et la culture - Y a-t-il un autre progrès que le progrès ? - Changer l'homme du progrès - Choisir le progrès de l'homme - Quel autre progrès ? - Conclusion : ni technolâtrie, ni technophobie - La science et la technique entre jeu et perversion - La technique permet-elle à l'homme d'échapper à lui-même ? -Le risque technologique majeur - La destruction de l'écosphère -Bibliographie.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites