L'expérience de terrain
Pour une approche relationnelle dans les sciences sociales

Nadia MOHIA

Selon l’idée courante, l’ethno-anthropologie « moderne » se fonde sur l’expérience de terrain. En fait, c’est surtout l’enquête consacrée à la collecte des données ethnographiques qui occupe cette place déterminante, dans une démarche de connaissance dominée par le travail d’objectivation. Or, si l’on admet qu’il n’existe pas de réel humain en dehors de la relation à l’autre, alors il est temps de reconnaître l’expérience de terrain dans sa pleine réalité relationnelle et, ce faisant, de lui rendre sa juste place dans la démarche ethno-anthropologique.
Les expériences considérées dans ce livre ne sont ni abstraites ni anonymes : ce sont celles que rapportent Bronislaw Malinowski dans Journal d’ethnographe, Michel Leiris dans Afrique fantôme et Claude Lévi-Strauss dans Tristes Tropiques. Pour l’essentiel, et dans le style d’un essai plutôt que d’un ouvrage académique, ce livre montre ce que la pensée ethno-anthropologique tend à ignorer : la relation à l’autre, cela même qui constitue fondamentalement toute réalité sociale. Ainsi ce livre s’adresse-t-il aussi aux sociologues qui devront y trouver de quoi nourrir leurs réflexions méthodologiques et épistémologiques.

Version papier : 25,40 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Recherches / Terrains Anthropologiques
Parution : mars 2008
ISBN : 9782707153937
Nb de pages : 304
Dimensions : 135 * 220 mm
Façonnage : Broché

Nadia MOHIA

Nadia Mohia, après une thèse de doctorat en psychanalyse et psychopathologie soutenue à l’université Paris-VII, s’est orientée vers l’ethno-anthropologie. Ses recherches, dont témoignent plusieurs publications, sont nourries à la fois par sa formation de clinicienne et ses diverses expériences sur le terrain : dans sa Kabylie natale, en Guyane française (avec les Indiens Emérillon et Wayãpi de Camopi) et au Canada, dans l’Ontario (avec les Ojibwa de la réserve de Saugeen).

Extraits presse

« Selon l'idée courante, l'ethno-anthropologie "moderne" se fonde sur l'expérience de terrain. En fait, c'est surtout l'enquête consacrée à la collecte des données ethnographiques qui occupe cette place déterminante, dans une démarche de connaissance dominée par le travail d'objectivation. Or, si l'on admet qu'il n'existe pas de réel humain en dehors de la relation à l'autre, alors il est temps de reconnaître l'expérience de terrain dans sa plaine réalité relationnelle et, ce faisant, de lui rendre sa juste place dans la démarche ethno-anthropologique. Les expériences considérées dans ce livre ne sont ni abstraites ni anonymes: ce sont celles que rapportent Bronislaw Malinowski dans Journal d'ethnographe, Michel Leiris dans Afrique fantôme et Claude Levy-Strauss dans Tristes tropiques. Pour l'essentiel, et dans le style d'un essai plutôt que d'un ouvrage académique, ce livre montre ce que la pensée ethno-anthropologique tend à ignorer: la relation à l'autre, cela même qui constitue fondamentalement toute réalité sociale. Ainsi ce livre s'adresse-t-il aussi aux sociologues qui devront y trouver de quoi nourrir leurs réflexions méthodologiques et épistémologiques. Un livre sensible et intéressant. »
MÉTISSE

PRESSE

 

L’intuition de l’ethnologue Nadia Mohia est qu’il se passe quelque chose dans les enquêtes de terrain – « pratique indispensable dans les recherches sociologiques et ethno-anthropologiques » -, un quelque chose qui dépasse la manière dont elles sont posées classiquement, à savoir servir de fondement méthodologique de la connaissance ethno-anthropologique...

18/07/2008 - Vincent Duclert - La Recherche Blog des livres

 

Table des matières

Introduction - Le silence de l'expérience méthodologique - De la pensée ethno-anthropologique au processus de la « civilisation occidentale » - Le « grand partage » anthropologique - L'expérience accessible - 1. Bronislaw Malinowski. Journal d'ethnographe - L'évolution de l'expérience - L'ethnographe et le paysage - L'ethnographe et les indigènes - La lecture de romans - 2. Michel Leiris. L'Afrique fantôme - Du « journal intime » à l'expérience - L'expérience éthiopienne - 3. Claude Levi-Strauss. Tristes tropiques. L'invention de l'anthropologie - De l'expérience subjective à l'élaboration théorique - Les Structures élémentaires de la parenté (1967) - Le Totémisme aujourd'hui (1965) - La Pensée sauvage (1962) - Les Mythologiques (1964, 1966, 1968, 1971). Tristes tropiques ou la « dernière entreprise » d'Auguste - Conclusion - La fuite en avant - De l'impasse théorique à l'impasse sur le terrain - La « vocation ethnologique » : une question identitaire - Un obstacle épistémologique originel - Pour une expérience vraie - Bibliographie - Index des auteurs.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites