L'occidentalisation du monde - Serge LATOUCHE

L'occidentalisation du monde
Essai sur la signification, la portée et les limites de l'uniformisation planétaire

Serge LATOUCHE

Au terme d'une histoire multiséculaire complexe, l'Occident s'est transformé en une « machine sociale » non contrôlable, ayant la certitude d'être universelle parce qu'elle est reproductible. Croissance illimitée des marchandises, multiplication des réseaux de communication, urbanisation intensive, changements techniques continuels, éclatement de la famille-souche, émancipation des femmes, État-providence, scolarisation forcée, démocratie parlementaire : le modèle occidental est persuadé d'être le meilleur. Il joue de la fascination qu'il exerce sur les élites et les peuples pour s'exporter au Sud et à l'Est. L'universalisation du modèle se heurte pourtant à des résistances et à des obstacles de toutes natures. Son triomphe même engendre des ferments de décomposition qui suscitent des alternatives possibles, que l'auteur tente d'explorer dans ce livre.

Version papier : 8,50 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Préface de Serge LATOUCHE
Collection : La Découverte Poche / Essais n°203
Parution : mai 2005
ISBN : 9782707145918
Nb de pages : 182
Dimensions : 125 * 190 mm
Façonnage : Broché

Serge LATOUCHE

Serge Latouche est un économiste et philosophe français. Professeur émérite à la faculté de Droit, économie et gestion Jean Monnet (Sceaux) de l’université Paris-XI, il est Objecteur de croissance et président de l’association des amis d’Entropia (Revue d’étude théorique et politique de la décroissance). Il est aussi l’un des « contributeurs historiques » de La Revue du MAUSS.
Il est notamment l’auteur de L’Occidentalisation du monde : Essai sur la signification, la portée et les limites de l’uniformisation planétaire (La Découverte, 1989), L’Autre Afrique, entre don et marché (Albin Michel, 1998), Justice sans limites (Fayard, 2003), L'invention de l'économie (Albin Michel, 2004), Survivre au développement : De la décolonisation de l’imaginaire économique à la construction d’une société alternative (Mille et une nuits, 2004), Décoloniser l'imaginaire. La pensée créative contre l'économie de l’absurde (Parangon, 2004), Le pari de la décroissance (Fayard, 2006), Petit traité de la décroissance sereine (Mille et une nuits, 2007).

Extraits presse

« L'Occidentalisation du monde, écrit par un théoricien de la décroissance, apporte les outils nécessaires à la compréhension des impasses de l'universalisme. À juste titre, l'auteur le définit comme "un particularisme de l'Occident", dangereux quant au repli qu'il engendre dans nos propres valeurs. »
LA MONTAGNE

PRESSE

 

Table des matières

Avertissement - Préface à l'édition de 2005 - Introduction - 1. L'irrésistible montée de l'Occident : la revanche des croisés - I. Les flux et reflux anciens - De l'échec des croisades au triomphe des conquistadores - La course au drapeau - La faillite des 3 M et la crise de l'ordre ancien - II. Le triomphe du modèle universel - L'apothéose planétaire de la science et de la technique - La domination de l'économie : le marché unique et le mythe du développement - L'invasion « culturelle » - La standardisation de l'imaginaire - 2. L'Occident introuvable - I. L'Occident : un espace et un destin - De la péninsule européenne à la Trilatérale - Le fardeau de l'homme blanc - Sous le signe de la croix - Le message éthique ou philosophique de l'Occident - Occident et capitalisme - II. La spécificité occidentale - Culture « culturelle » et culture « culturale » - La culture contre la civilisation - L'Occident comme anticulture -3. L'occidentalisation comme déracinement planétaire - I. Déculturation et sous-développement - La déculturation et l'ethnocide - II. Les agents du déracinement - L'industrialisation - L'urbanisation - Le « nationalitarisme » - Occidentalisation, modernisation et développement - 4. Les limites de l'occidentalisation du monde - I. L'échec du développement - II. La crise de l'ordre occidental - Le concept de nationalité économique - La crise de la nationalité économique et des sociétés industrielles - La «déterritorialisation » sociétale et la « transculturation » - La fin de la société des nations - 5. Au-delà ou ailleurs - I. Survivances, résistances et détournements - II. La montée des perspectives nouvelles - La drise du forme et sa signification - Société et socialité informelle - Conclusion générale - Faut-il sauver Babel ? - Au-delà du désir d'apocalyspe - La nostaligie de l'universel.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites