Intervenir auprès des jeunes en errance

François CHOBEAUX

Âgés pour la plupart de seize à trente ans, les jeunes dits en errance ? ou « zonards », comme ils se définissent souvent eux-mêmes ? sont apparus de manière massive et visible dans l’espace public au cours des années 1990, en investissant les marges des grands festivals, les centres-villes de destinations estivales, les abords des gares… Même s’ils revendiquent en général leur mode de vie, ces jeunes apparaissent comme les produits et les victimes d’un affaiblissement des liens sociaux et de fragilités familiales.
Ce livre présente la synthèse des travaux conduits depuis le début des années 1990 auprès de ces jeunes en rupture sociale et propose des manières de travailler avec eux. Après avoir retracé l’évolution de ce phénomène de l’errance juvénile et de sa prise en compte par les politiques publiques, l’auteur propose des réflexions et méthodologies, issues d’expérimentations et de pratiques collectives, sur les façons d’entrer en contact et d’accompagner ces jeunes, en abordant toutes les questions qui les concernent (logement, travail, maladie, chiens, etc.) et en n’hésitant pas à pointer les tensions et contradictions qui existent sur ce sujet.

Version papier : 17 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Préface de Julien DAMON
Collection : Alternatives sociales
Parution : août 2009
ISBN : 9782707158352
Nb de pages : 156
Dimensions : 135 * 220 mm
Façonnage : Broché

François CHOBEAUX

Responsable national des secteurs Social et Jeunesse des Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active (Ceméa), François Chobeaux a été à l’initiative des premières actions conduites en France auprès des jeunes en errance au début des an-nées 1990 et il est aujourd’hui animateur du réseau professionnel national « Jeunes en errance ». Il est l’auteur de Les Nomades du vide (La Découverte/Poche, 2004) et de L’Errance active (ASH, 2001).

Extraits presse

« C'est sur ses marges qu'une société se laisse questionner; ainsi en est-il des jeunes en errance, seuls ou en groupe, qui dans la radicalité du choix qu'ils disent assumer, nous interrogent. Et dérangent. Depuis 1991, François Chobeaux, aujourd'hui responsable du réseau national "Jeunes en errance", n'a cessé de les rencontrer, pour les connaître, les soutenir, les accompagner. Spécialiste de la question, ce troisième livre qu'il leur consacre propose une synthèse de vingt ans de recherches et d'expérimentation, d'échanges entre professionnels et scientifiques. Comment les aborder, quelles réponses apporter ? L'auteur remonte à l'Allemagne du début du XX° siècle avec le mouvement méconnu des Wandervögel, ces "oiseaux migrateurs", propose des pistes de réflexion, pointe les tensions et contradictions sur le sujet. Car dans leur prise en charge, rien n'est jamais gagné. Il n'y a de recette ni pour décrire ni pour intervenir et la seule attitude qui tienne repose sur l'accompagnement individuel: avec comme unique certitude, le temps qu'il faut se donner et la prévention du mal-être des adolescents. Un défi ! »
L'ÉCOLE DES PARENTS

PRESSE

 

Table des matières

Préface
Introduction
Connaître
La scène française de l’errance
Les années 1980 : premières visibilités festivalières, premières réponses publiques - Les années 1990 : l’explosion de la visibilité sociale - L’invention des réponses publiques coordonnées - Depuis 2000, des dynamiques de sédentarisation - Nouvelles formes d’errances et nouvelles étapes de la mobilisation publique
Comment et pourquoi catégoriser
L’approche binaire « choisi/non choisi » - Une échelle professionnelle : « choisi/assumé/subi » - La valse des errances - La mise en question des grandes catégories descriptives - Ceux qui se cherchent, ceux qui se fuient, ceux qui se perdent - Une catégorie de l’action sociale et des politiques publiques
Des mauvais pauvres
Le sédentaire et l’errant - Une mise en question des normes de l’insertion - Une mise en question des normes de l’accompagnement social
Agir
L’installation des relations
Les moyens d’une connaissance réciproque - Libre adhésion, anonymat, non-institutionnalisation - Une inconditionnalité relative - De quel travail s’agit-il ? - Le travail de/dans la rue - Action individuelle, action collective - Demande et non-demande - Bénévoles et professionnels
Des réponses techniques
S’appuyer sur les compétences des personnes - Les maladies du corps - Les maladies de l’esprit - Habiter, se loger - Emploi, boulot - Faire, créer, exprimer - Insertion ou stabilisation - À propos des chiens
Se questionner
Les limites du travail de premier rang
Quelles réponses ensuite dans le système de droit commun ? - La stabilité des moyens de travail - Isolement et fatigue des équipes - Des questions d’éthique professionnelle
Contrats et modes d’évaluation
La notion de « contrat » - Limites évidentes et intérêts éventuels des évaluations par objectifs - Évaluer à la fois un déroulement et un aboutissement
Des certitudes éphémères
Des dynamiques mouvantes - Des publics qui évoluent en permanence
La prévention des dérives juvéniles
Quelle prévention primaire ? - Le besoin d'« espaces de transgression raisonnable »
Conclusion
Bibliographie

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites