Faire vivre et laisser mourir - Dominique MEMMI

Faire vivre et laisser mourir
Le gouvernement contemporain de la naissance et de la mort

Dominique MEMMI

Demander une assistance médicale à la procréation, recourir à l’avortement pour des raisons diverses, contrôler après coup une conduite sexuelle à risque par une pilule du lendemain, et bientôt peut-être exiger d’être euthanasié : depuis que l’État s’est engagé dans un processus de dépénalisation de ces pratiques médicales, on peut aujourd'hui faire beaucoup de choses de son propre corps quand il s’agit du début ou de la fin de vie. Cette liberté s’exerce néanmoins à une condition, toujours la même : se présenter devant un médecin. Et que vous demande ce médecin ? Presque rien, semble-t-il. Il vous demande de vous asseoir et de parler de votre état, de votre demande. Bref, de ce qui vous amène là. C’est ce « presque rien » dont il est question dans cet ouvrage. Un « presque rien » qui révèle, en réalité, un nouveau système de surveillance dans lequel le médecin prodigue informations et conseils à un sujet jugé désormais capable de prendre seul des décisions souveraines en matière de vie et de mort. Un face-à-face où apparaît le malaise de ceux qui assument la délicate mission de recueillir l’expression du désir ou de la détresse. À partir d’une longue enquête dans le secret des cabinets médicaux, l’auteur explique comment la régulation juridique a laissé place à des formes de pouvoir beaucoup plus sophistiquées, un dispositif souple de gouvernement des conduites qui laisse toute sa place à l’autocontrôle et à l’intériorisation par les individus des normes sociales. Elle montre ainsi comment, du cabinet du praticien jusqu’au Comité consultatif national d’éthique, c’est une nouvelle administration du vivant qui se met en place.

Version papier : 30 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Textes à l'appui / Politique et société
Parution : janvier 2003
ISBN : 9782707139337
Nb de pages : 312
Dimensions : 135 * 220 mm
Façonnage : Broché

Dominique MEMMI

Dominique MEMMI

Dominique Memmi, directrice de recherche au CNRS, est notamment l’auteur des Gardiens du corps (EHESS, 1996).

Extraits presse

« Sous un titre un peu énigmatique, un problème grave : qu'en est-il de l'évolution des pratiques concernant la vie et la mort en France ? À la charnière de la philosophie, de la psychologie et de la sociologie, cette enquête est l'une des plus importantes menées au cours des dernières années sur le sujet. Comment cela se passe-t-il, concrètement, dans les hôpitaux ? Mais, surtout, qui décide ? Voilà l'objectif premier de la sociologue : moins éclairer les soubassements philosophiques, que décrire des pratiques. Moins mettre en oeuvre une réflexion morale, que se donner le temps d'observer lucidement les façons de faire. Une grande attention est donc portée aux dialogues entre médecins et patients. Les premières conclusions sont sans appel [...]. Décidément, ces régulations de la vie et de la mort "honteuses d'elles-mêmes" sont à revoir. Merci à cette forte étude de nous en faire franchement prendre conscience. »
LA CROIX

« Il est des livres, rares, qui aident à mieux penser et ouvrent de nouvelles perspectives. L'ouvrage de Dominique Memmi répond à ces attentes. Son ouvrage s'affirme d'emblée comme un livre de référence. »
DECISION SANTÉ

« Quand il s'agit du début de la vie, une femme peut aujourd'hui faire beaucoup de choses de son propre corps : obtenir une fécondation artificielle, avorter, user d'une pilule du lendemain. À condition de se présenter devant un médecin, de lui parler de son état, de sa demande, de ses raisons. Presque rien, semble-t-il. C'est à ce « presque rien » que Dominique Memmi a consacré un livre [...]. Ces entrevues nourrissent des analyses minutieuses et passionnantes de ce gouvernement des conduites par la parole. »
LE MONDE DES LIVRES

« L'ouvrage sort des sentiers battus de l'étude de l'évolution des moeurs et des interrogations éthiques pour nous proposer une analyse de sociologie politique dont l'originalité est réjouissante. Pour tous ceux qui souhaitent autre chose que des réflexions rapides ou des indignations éthiques, ce livre viendra combler un vide. »
LA QUINZAINE LITTÉRAIRE

« Une enquête précise et passionnante sur la situation actuelle concernant le choix entre la vie et la mort à propos de l'interruption volontaire de grossesse, de la contraception, de la stérilisation, de l'aide médicale à la procréation et de l'euthanasie. »
ÉTUDES

« Une observation attentive des consultations. Les trois chapitres qui leur sont consacrés sont les plus novateurs du livre. Le propos est clair et convaincant. »
MOUVEMENTS

« Ce livre sur l'administration du vivant, et ses enjeux sociaux et politiques, est passionnant parce qu'il parvient fort bien à éprouver des questions théoriques [...] à partir des situations singulières que le terrain révèle. »
LA RECHERCHE

PRESSE

 

Table des matières

Remerciements - Introduction - I. Un bel édifice juridico-politique - 1. Sous le regard du médecin ou du juge ? - Le recul de la punition - La médicalisation - L'irrésistible dilatation du « médical » : des mots pour le faire - Un gouvernement par la parole - Une surveillance autobiographique - Persistances de la sanction : les tensions du dispositif - L'avenir peut durer longtemps - 2. Vers un gouvernement généralisé des conduites - Un gouvernement non autoritaire - Un gouvernement par autocontrôles - Du praticien au Comité de « Sages » : un appel à la modération - Un cadre interprétatif provisoire : Michel Foucault et le « biopouvoir » - 3. Vers une confession laïque autour de la naissance et la mort ? - Un rapprochement troublant - Une comparaison abusive ? - 4. Une autre douce pédagogie des excès : la désincitation financière - Une prise en charge apparemment paradoxale - Une nouvelle définition des interventions légitimes sur la santé - Une régulation originale, par retraits de gratifications financières - Une pédagogie des usages légitimes du corps procréateur - Quelle est la portée de l'analyse ? - II. Les ruses de la pratique - 5. Stratégies discursives autour de l'interruption volontaire de grossesse - Éducation du regard et police discursive - Une pédagogie du sujet - Des stratégies discursives socialement situées ? - Les effets du dispositif - Corps et non-corps, corps de soi et corps d'autrui - Un État civilisateur - 6. Sonder les âmes ou radiographier les corps ? - La régulation du « désir d'enfant » pour l'aide médicale à la procréation - Sonder les âmes - Une intenable mission sociale - Radiographier les corps - 7. La fabrication d'un sujet qui « opine » : l'interruption médicale de grossesse - Un pouvoir écrasant - Des conflits objectifs - Fixer l'imaginaire par l'image - Une gymnastique incessante - 8. Infirmières et pharmaciens : les sans-grade ont leurs mots à dire - Professionnels du soin : une dilatation de compétence - Un mode original de régulation - Interdits de parole - « J'allais vous dire ça » - « Il y en a qui prennent ça comme des bonbons » - III. Les ferments sociaux du dispositif - 9. Une histoire sans fin - À la recherche d'une clef d'interprétation - Un processus à long terme - Une accélération à partir de la fin des années 1960 - La honte devant l'« impropre » - La rationalisation - Du divin au thérapeutique : des interdits plus proches de l'homme - L'interventionnisme de l'État, un moment dans une histoire sans fin - 10. Parler du « corps » : une diposition sociale ? - Ni trop grands ni petits : le bonheur d'une rencontre - Un giron médicalisé - 11. Le corps comme destin : un récit institutionnalisé - Débuts et fins de vie : êtres à plaindre et doléances d'aujourd'hui - Un généraliste du malaise sociétal - Le corps comme destin - Une révolte généralisée ? La « bio-individuation » - Une « bioréflexivité » ? - Où le « souci de soi » fait retour à l'État - Conclusion : qui dit mot consent ou la politesse de la Mégère.

Droits étrangers

Giving life, letting die
The government of birth and death in contemporary society

Medically assisted reproduction, abortion, euthanasia…In contemporary society, individuals appear to hold a degree of freedom over their own bodies.
However, through a study of the doctor-patient relationship, the author establishes the existence of a form of \"behaviour government\" that leads to self-regulation and the internalising of social standards of behaviour by the patient.


Dominique Memmi is head of research at the CNRS (national centre for scientific research).


Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites