Danser   - Pierre-Emmanuel SORIGNET

Danser
Enquête dans les coulisses d'une vocation

Pierre-Emmanuel SORIGNET

Alors même que la carrière des danseurs est fortement soumise à la précarité et dépendante de leur capacité corporelle, de plus en plus de jeunes se présentent sur ce marché du travail. Comment comprendre cet apparent paradoxe ? Ce livre offre un éclairage inédit du métier de danseur et du style de vie qui lui est lié, en s’intéressant en particulier aux rétributions symboliques (plaisir de la scène, jubilation d’éprouver son corps, relative absence de routine…) qui expliquent que les danseurs vivent leur profession comme une vocation, parfois façonnée dès l’enfance.
L’auteur, sociologue et danseur, s’est immergé dans l’univers de la danse contemporaine pendant dix ans, partageant l’activité professionnelle des danseurs et danseuses enquêtés, mais aussi tous les moments hors travail qui souvent prolongent une façon d’être artiste. Les auditions, l’entraînement quotidien, le travail de création, le rapport à la scène sont ainsi analysés « de l’intérieur ». Grâce aux très nombreux témoignages recueillis et à une approche très fine des trajectoires des personnes enquêtées, cet ouvrage permet d’ouvrir la boîte noire de la « vocation », d’en montrer les recompositions tout au long des cycles professionnels traversés, jusqu’à la sortie du métier.

Version papier : 12,50 €
Version numérique : 11,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : La Découverte Poche / Sciences humaines et sociales n°367
Parution : mai 2012
ISBN : 9782707173904
Nb de pages : 336
Dimensions : 125 * 190 mm
ISBN numérique : 9782707174604
Format : EPUB

Pierre-Emmanuel SORIGNET

Pierre-Emmanuel Sorignet est sociologue, maître de conférences à l’université Toulouse-III. Il collabore en tant qu’interprète, depuis une dizaine d’années, avec différentes compagnies de danse contemporaine.

Extraits presse

Pierre-Emmanuel Sorignet décortique avec force de détails, jamais ennuyeux, des pratiques « en train de se faire ». L’analyse n’est d’ailleurs pas uniquement descriptive. L’écriture ethnographique inclut l’explicitation des appuis théoriques De ce point de vue, l’ouvrage est « armé » sur le plan sociologique, combinant l’objectivation des scènes sociologiques et des remarques subjectives relatives à l’implication personnelle de l’auteur dans le métier et le plus souvent dans les scènes décrites.

04/06/2012 - Delphine Moraldo - Liens socio

 

" Un métier de vocation que l'on vit "corps et âme" et pour lequel "on sacrifie une existence sociale stable". Ce résumé est celui de la profession de danseur. Il est fait par le sociologue Pierre-Emmanuel Sorignet, à la suite d'une longue enquête de terrain - plus d'une centaine de rencontres et d'entretiens. Ce dernier, qui a interrogé des danseurs contemporains sur leur parcours depuis l'enfance jusqu'à la sortie de la vie professionnelle, publie ses recherches dans Danser : enquête dans les coulisses d'une vocation. Cette enquête complète des études quantitatives et statistiques, dont la plus connue est celle menée par le ministère de la culture en 2004. Le travail "ethnographique" de Sorignet opte pour une approche sensible de la vie de danseur. D'autant que ce maître de conférences à l'université Toulouse-III est également danseur depuis dix ans. La technique, il connaît. Il a aussi l'empathie pour collecter les témoignages au plus près de l'intimité des danseurs. En 1997, lorsque Sorignet commence son enquête, il n'existe pas de travaux sociologiques sur le danseur, relégué dans l'ombre du chorégraphe. Pourquoi devient-on danseur ? Qu'est-ce que créer en dansant ? "Plaisir de la scène, jubilation d'éprouver son corps, absence de routine, profits narcissiques et émotionnels...", sont des réponses. Mais aussi souffrance, blessures physiques, rapports de force avec les chorégraphes, chômage, reconversion ultrarapide... »

LE MONDE

 

« C’est à une véritable plongée dans le champ de la danse contemporaine que nous invite Pierre-Emmanuel Sorignet. Il livre le fruit de dix ans de recherche où il a pu mener une centaine d’entretiens avec parfois les mêmes danseurs à plusieurs années de distance. La grande force de l’enquête ethnographique tient aussi à l’implication de l’auteur lui-même. Si dès le départ, il opte pour la méthode de l’observation participante, il bascule vite, comme il l’explique, «?dans une participation observante?», puisqu’il est recruté dans des compagnies de danse contemporaine en parallèle de ses recherches en sociologie. Il vit dans son corps même ce métier où règne en maître le discours de la vocation. Mais P.?E. Sorignet nous invite à découvrir les coulisses d’une activité qui oblige à faire de lourds sacrifices, à se dévouer corps et âme, jusqu’à l’épuisement, à faire l’expérience de la précarité en dépit du prestige symbolique. [...] Un pied dedans, un pied dehors. L’un pour comprendre, l’autre pour interroger et déconstruire les fausses évidences d’une vocation. C’est presque un grand écart que parvient à réaliser ici P.?E. Sorignet, danseur et sociologue, sociologue et danseur. Avec une indéniable virtuosité. »

Sciences Humaines

 

Table des matières

Remerciement
Introduction

Une brève histoire de la danse contemporaine
Un métier précaire
Un métier qui se vit « corps et âme »
Un enquêteur et ses enquêtés
1. « J’ai toujours voulu danser » : formation et vocation
Former des corps et des esprits : le poids des grandes écoles
CNSMD et CNDC : « académisation » versus « formation des créateurs de demain »
L’usage des cours privés
De la danse classique à la danse contemporaine
Des danseurs autodidactes ?
Une vocation pour classe moyenne et supérieure
Jugements sociaux et sélection
Des inégalités de genre à l’entrée
Le rôle de la famille et des enseignants
Stratégies familiales
Une jeune fille de bonne famille
Trajectoires improbables
2. Les audtions : savoir « se placer » sur le marché du travail
La transformation des « droits d’entrée »
Acquérir l’information : le jeu « du bouche à oreille »
La généralisation de la présélection sur CV
« Elle est vraiment jolie, je la garde ! »
L’audition : la mise en jeu d’une technique corporelle
La « présence » ou l’« authenticité » en acte
À la recherche du feeling
Se remettre en cause
Le mythe de la rencontre : des modalités intermédiaires
Maintenir une identité d’artiste : le travail mutuel de dénégation du classement
3. Le danseur et son travail
La course à l’intermittence
L’usage des « petits boulots »
Logique du don et incertitude dans le métier de danseur
Interprète ou exécutant ?
Négocier son salaire
Le rapport à la santé : une traduction des relations de travail
4. Le chorégraphe et ses danseurs : des relations ambivalentes
L’émergence de la figure du chorégraphe « créateur »
Le charisme du chorégraphe
Une emprise toute relative : le cas des « ruptures »
Le chorégraphe, un créateur qui gère de la main-d’œuvre
Le rôle de l’administration au côté du chorégraphe
Ma « petite entreprise » : crise de légitimité et apprentissage du rôle de « patron »
« Tu peux venir chez moi ce soir, on travaillera sur la création »
5. Pouvoir et création
Incorporer
De l’intime au collectif
Créer une compétence sociale
Le chorégraphe : celui qui fait les choix
Trouver et négocier sa place
Le temps de la scène
Fragilité du chorégraphe
Un essai de contournement du chorégraphe
Comment danser une pièce que l’on n’aime pas et tirer son épingle du jeu
Retour sur un travail de création : un danseur et son chorégraphe
6. Une vie d'artiste
Un rythme de vie hors norme
Une jeunesse éternelle ?
Carrière amoureuse et socialisation professionnelle
Les aléas de l’amitié 198 Mère et danseuse, un double engagement
Être père
Vivre sans enfants
Se loger : un enjeu majeur dans un métier de mouvement
Apprendre à vivre avec son corps
7. « La danse, c'est pour les filles et les pédés »
Un fils d’ouvrier maghrébin dans la danse contemporaine
Construction de l’identité sexuelle et socialisation professionnelle
Destin sexuel, destin social
L’appartenance à un style de vie « hors norme »
Corps de sportifs/corps de danseurs : la féminisation du masculin
Usages sociaux, professionnels et esthétiques du corps masculin
8. « Après la danse, je fais quoi ? » Vieillissement et sortie de métier
La « reconversion » vue par les institutions d’emploi
Faire le deuil de l’« artiste »
La peur du déclassement
Une remise en jeu perpétuelle
Précarités
Vieillissement et blessure
Érosion de la vocation
Prolonger la « vie d’artiste » : les carrières artistiques et para-artistiques
Enseigner : un métier où l’on danse
La conversion d’un savoir du corps
Conclusion
Postface à l'édition de 2012

Des réceptions différenciées
« Alors... chorégraphe maintenant ? »
Retours critiques
« Un monde sans mémoire »

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites