Combattre, punir, photographier
Empires coloniaux, 1890-1914

Daniel FOLIARD

À l’évocation des mots photojournalisme ou photographie de guerre, la mémoire convoque des icônes dont les plus anciennes remontent aux années 1920 et 1930. On imagine ainsi que les conflits d’avant la Grande Guerre n’ont été que peints, dessinés et gravés ; figés dans un héroïsme un peu innocent avant que les violences du XXe siècle ne soient saisies sur pellicule dans leur réalisme cauchemardesque.
Des albums privés des soldats coloniaux aux fonds des premières agences d’images, ce livre, véritable archéologie de la photographie de conflit, est une invitation, et une éducation, à lire l’image-choc pour la désarmer plutôt que la subir. L’auteur se focalise sur les clichés de la violence physique et de la destruction armée, pris non pas comme de simples illustrations mais comme les supports d’une relation sociale. Dans ce monde de la fin du XIXe siècle, les conflits se multiplient de façon inédite et les abus coloniaux ponctuent les conquêtes. En les capturant, l’appareil photographique, devenu portable et abordable, transforme profondément l’économie visuelle de la violence, et ce bien avant 1914.
Au-delà d’une histoire des photographies des corps brutalisés et des violences armées, cet ouvrage, loin d’une pornographie du désastre, est aussi une proposition. Comment présenter des photographies montrant les atrocités indicibles pour les penser et en faire l’histoire ? L’observateur, y compris lorsque son regard plonge au cœur des ténèbres, peut retrouver dans les photographies les hommes et les femmes du passé, et non des victimes passives et anonymes figées sur le papier.

Version papier : 23 €
Version numérique : 15,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : SH / histoire-monde
Parution : septembre 2020
ISBN : 9782348059636
Nb de pages : 380
Dimensions : 140 * 205 mm
ISBN numérique : 9782348059643
Format : EPUB

Daniel FOLIARD

Daniel Foliard est maître de conférences HDR à l’université Paris-Ouest-Nanterre. Il a notamment publié, en 2017, un livre sur les liens entre la cartographie britannique et l’invention du Moyen-Orient, Dislocating the Orient : British Maps and the Making of the Middle East, 1854-1921 (University of Chicago Press).

Extraits presse

À l'issue de fascinantes investigations dans les archives britanniques et françaises, il nous raconte l'avènement de la photographie de guerre en contexte colonial. Avec une grande précision, il nous montre comment les expéditions lointaines des années 1890-1914 - les mal nommées « petites guerres » - ont radicalement transformé les représentations de la souffrance des autres. [...] Loin de tout sensationnalisme, ce livre, paru dans la nouvelle collection « Histoire-monde » des éditions La Découverte, est une rigoureuse démonstration sur le pouvoir conjoint du Kodak et des empires.

01/09/2020 - Sylvain Venayre - L'Histoire

 

Dans un essai brillant, Daniel Foliard livre une subtile histoire de la violence et de ses représentations. Le navire à vapeur, la quinine, la mitrailleuse : à ces outils ayant permis les conquêtes coloniales des Occidentaux à la fin du XIXe siècle, il faut désormais ajouter l’appareil photo. Telle est l’une des leçons de Combattre, punir, photographier, de Daniel Foliard, consacré aux images de violence issues des impérialismes d’avant 1914. [...] En refermant ce livre aussi puissant qu’exigeant, on ne regardera plus de la même façon les photos de violence, qu’elles soient historiques ou contemporaines.

02/10/2020 - André Loez - Le Monde

 

Table des matières

Introduction
1. Répulsions, effacements et pertes de contraste

La photographie arrachée
Problèmes de mise au point : fixer la violence
La violence : points de vue
Problèmes de focale : le monde hors de soi
2. La photographie comme force : pouvoirs et contre-pouvoirs
Pressions photographiques
Sortir du cadre : pouvoir aux sujets
Sujets démunis et humiliations en héritage ?
3. Profondeur de champ : la chambre noire au front avant les années 1890
Conflits insaisissables (fin des années 1840-fin des années 1850) ?
Expériences pionnières dans les contextes coloniaux (fin des années 1850-années 1860)
Armée et photographie : aux commencements
Tournant colonial et nouveaux usages (fin 1860‑1880)
Premiers effets de seuil
4. Les conflits armés face à l’objectif (années 1890-Première Guerre mondiale)
Modernités photographiques loin de l’Europe
Nouveaux angles
Années 1890 : porosités
1898‑1901 : clarifications
Années 1900‑1914 : une nouvelle économie visuelle
5. Le public et l’intime : régimes de visibilité
L’image pour soi : autour de deux albums de soldats du rang
Régimes de visibilité et expériences coloniales
Des angles morts insignifiants ?
Privatisations de la guerre : réflexions autour du Maroc
Gradations, censure et autocensure
6. Subversions, dénonciations et contournements
Images renversées
Photographier pour dénoncer
Questions d’échelles
Tendancieuses images
7. Corps ennemis
Corps recadrés
L’objectif et la punition : glossaire du châtiment
Des violences coloniales ? Le prisme de la photographie
8. Cimetières de papier
Souffrir et mourir au loin
Succédanés photographiques
Victimes invisibles versus visions du martyr
9. Guerres invisibles ? Reflets des conflits extra-européens en France et en Grande-Bretagne
Les guerres extra-européennes ont bien eu lieu
À propos de « cultures coloniales »
Un « vulgaire musée des horreurs » ?
Entr’apercevoir la guerre
Conclusion : Ceci n’est pas une illustration
Remerciements
Bibliographie

1. Documentation primaire
2. Documentation secondaire.

Droits étrangers

FIGHT, PUNISH, PHOTOGRAPH
Colonial Empires, 1890-1914

From the private albums of colonial soldiers to the collections of the first photographic agencies, this work presents a veritable archaeology of conflict photography. It focuses on photographs of physical violence and armed destruction, the purpose of which was not simply to illustrate, but to support a social relationship.
Daniel Foliard’s presentation of these photos shows that, far from being a pornographic illustration of disaster, they allow the observer who plumbs their depths to discover the men and women of the past rather than passive, anonymous victims frozen on paper.


Daniel Foliard is an HDR senior lecturer at the Université Paris Ouest Nanterre. In 2017 he published a book on the connections between British cartography and the invention of the Middle East, Dislocating the Orient: British Maps and the Making of the Middle East, 1854-1921 (University of Chicago Press).


Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites