Ceux qui restent
Faire sa vie dans les campagnes en déclin

Benoît COQUARD

Qui sont ces hommes et ces femmes qui continuent d’habiter dans les campagnes en déclin ? Certains y fantasment le « vrai » peuple de la « France oubliée », d’autres y projettent leur dégoût des prétendus « beaufs » racistes et ignorants. Mais « ceux qui restent » se préoccupent peu de ces clichés éculés. Comment vit-on réellement dans des zones dont on ne parle d’ordinaire que pour leur vote Rassemblement national ou, plus récemment, à l’occasion du mouvement des Gilets jaunes ?
Parmi les nouvelles générations, ils sont nombreux à rejoindre les villes pour les études, puis il y a ceux qui restent, souvent parce qu’ils n’ont pas les ressources nécessaires pour partir. Ceux-là tiennent néanmoins à ce mode de vie rural et populaire dans lequel « tout le monde se connaît » et où ils peuvent être socialement reconnus. Comment perçoivent-ils alors la société qui les entoure ? À qui se sentent-ils opposés ou alliés ?
À partir d’une enquête immersive de plusieurs années dans la région Grand-Est, Benoît Coquard plonge dans la vie quotidienne de jeunes femmes et hommes ouvriers, employés, chômeurs qui font la part belle à l’amitié et au travail, et qui accordent une importance particulière à l’entretien d’une « bonne réputation ».
À rebours des idées reçues, ce livre montre comment, malgré la lente disparition des services publics, des usines, des associations et des cafés, malgré le chômage qui sévit, des consciences collectives persistent, mais sous des formes fragilisées et conflictuelles. L’enquête de Benoît Coquard en restitue la complexité.

Version papier : 19 €
Version numérique : 13,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : SH / L'envers des faits
Parution : octobre 2019
ISBN : 9782348044472
Nb de pages : 216
Dimensions : 135 * 220 mm
ISBN numérique : 9782348055065
Format : EPUB

Benoît COQUARD

Benoît COQUARD
Benoît Coquard est sociologue à l’Institut national de la recherche agronomique (Inra). Il travaille depuis plusieurs années sur les milieux ruraux et sur les classes populaires.

Extraits presse

Les campagnes en déclin, ces villages où tous les commerces ont disparu et où la population ne cesse de diminuer d'année en année, sont-elles aussi “mortes” qu'elles n'y paraissent ? Comment s'organise la vie sociale des jeunes, dans ces zones désertées, où l'emploi est rare et les difficultés économiques nombreuses ? Le sociologue Benoît Coquard livre les résultats d'une enquête ethnographique au long cours riche d'enseignements à ce sujet. Depuis 2010, il s'est immergé au sein de “bandes de potes” dans ces zones rurales populaires du Grand-Est, dont il est originaire. "L'envers des faits" (c'est le titre de la collection dans laquelle il est publié) est éloquent : s'il n'y a plus d'usines, de bars, ni d'associations dans ces espaces minés par la désindustrialisation, d'autres formes d'intégration et de solidarités se tissent, entre amis, chez “les uns les autres”. Le livre de Benoît Coquard porte un regard déchargé de tout misérabilisme sur ces nouvelles générations qui restent vivre dans les campagnes en déclin, et leur donne simplement la parole - chose peu ordinaire pour une “classe parlée plus qu'elle ne parle”. Alors que le discours médiatico-politique sur la "France périphérique" est omniprésent dans le débat public, il tord le cou à de nombreuses idées reçues.

22/10/2019 - Les Inrockuptibles

 

Voici un travail exceptionnel sur plusieurs années dans la région Grand-Est. Benoît Coquard, sociologue à l’institut national de la recherche agronomique propose une «enquête immersive» au sein des classes populaires d’un monde rural trop souvent déconsidéré. Il montre que, malgré des difficultés économiques souvent écrasantes et la «lente disparition» des services publics, des usines et des cafés, «des consciences collectives persistent», même si elles sont «fragilisées », voire «conflictuelles ». Un ouvrage essentiel pour mieux connaître ces citoyens largement ignorés.

24/10/2019 - Politis

 

Peut-on encore débattre sereinement du destin des campagnes en déclin après le mouvement des Gilets jaunes ? Observés depuis les centres de pouvoirs urbains, les milieux ruraux font l'objet de tous les fantasmes. Organisations sociales archaïques à oublier pour les uns, sacro-saint bastion culturel d'une « vraie » France fantasmée pour les autres… les campagnes semblent aujourd'hui crouler sous les représentations à la sincérité discutable. Mais à quoi pensent les habitants des campagnes en déclin ? À quoi ressemble leur quotidien ? Comment entretiennent-ils l'amitié ? Et lorsque l'on a grandi dans ces campagnes, pourquoi choisit-on de rester ou de partir ? C'est à ces questions que répond Benoît Coquard, sociologue à l'Institut national de la recherche agronomique, dans son ouvrage Ceux qui restent, paru aux éditions de La Découverte. Ce livre est un juge de paix pour qui veut comprendre le monde rural en déclin. La preuve que l'on peut trouver les mots pour décrire avec justesse une France qui ne réclame ni gloire ni compassion. Ceux qui restent se lit comme un récit d'ethnologie contemporaine, la description limpide d'un monde que l'on refuse de voir tel qu'il est.

28/10/2019 - Clément Pétreault - Le Point

 

[La] position singulière [de Benoit Coquard] explique la précision de son regard sur des espaces au mieux ignorés, au pire méprisés comme «reculés et hors du temps», alors que s’y jouent pourtant certains des «grands bouleversements économiques et sociaux de notre époque». [...] L’histoire des espaces ruraux en déclin reste fort peu écrite et les réalités locales sont longtemps restées dans l’ombre...

13/11/2019 - Joseph Confavreux - Mediapart

 

Bel exemple de sociologie immersive dans laquelle s’est investi le chercheur Benoît Coquard. Il est à la fois assez loin du milieu enquêté pour en saisir les fondements et nourrir sa réflexion de nombreuses références bibliographiques ; mais aussi assez proche pour y être toléré avec sa batterie de questions lors d’entretiens. Nulle arrogance dans ce tableau des campagnes françaises en déclin, en l’occurrence le grand Est désormais dépouillé de son tissu industriel, où restent néanmoins ceux qui n’ont pas assez de diplômes pour partir en ville.

19/11/2019 - Élisabeth Chamblain - En attendant Nadeau

 

Table des matières

Introduction
Une enquête par immersion
Là où l’on existe
Avant les Gilets jaunes
Ceux qui partent et ceux qui restent
Le « déjà, nous » des « bandes de potes »
1. La partie fluorescente de l’iceberg
« Sauver l’honneur »
L’irruption de la France populaire
Des affinités transclasses
L’expérience du mépris
2. « C’était mieux avant »
Les « bonnes années » des parents : le sentiment d’une autonomie perdue
Une nostalgie masculine
Un sentiment d’entrave
« Un homme qui ne travaille pas ne vaut rien »
Chez les femmes, le poids du passé
La peur de ressasser un passé honteux chez les plus précaires
3. De « ceux qui partent » à « ceux qui restent » : la fabrique de la sédentarité
Des classes populaires qui ne s’en remettent pas à l’école
Dispersion géographique et distinction sociale
Normes scolaires versus normes locales
Une autochtonie de la précarité
4. Les « ailleurs » possibles et impossibles
L’eldorado suisse
Militaires, pompiers de Paris : les voies nationales d’une honorabilité locale
« Paris ? jamais de la vie ! »
5. « Chez les uns les autres »
La fin des bistrots
La peur de la « sale réputation »
L’ambivalence du repli sur le foyer
Un entre-soi concurrentiel
Au foyer des sociabilités populaires
Du foyer conjugal au foyer amical
Le rôle social du pastis
Le foyer des hommes
6. L’économie amicale, entre solidarité des collectifs et renforcement des inégalités
Des hommes qui ont le « beau rôle »
Devenir des hommes, devenir une femme
Apprendre à être « un vrai pote sur qui compter »
L’entretien de marges d’autonomie
7. « Déjà, nous » : une conscience politique du nécessaire
Du « eux/nous » au « déjà, nous » : un glissement des classes populaires
Ne pas « être des bisounours »
Tensions amicales et affinité interclassiste
Une assurance en temps de précarité
Le « déjà, nous » d’une affinité politique
« Lui, il est comme nous » : la tension autour du racisme
Conclusion. Un espace relégué, mais un espace d’autonomie
Dans l’escarcelle de l’extrême droite ?
Vers un « Trump français » ?
Remerciements.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites