Aux origines, l’archéologie
Une science au coeur des grands débats de notre temps

Jean-Paul DEMOULE

À quoi sert l’archéologie ? L’archéologie fascine, elle fait partie des métiers que voudraient faire les enfants, vœu que très peu réaliseront. Les enfants en effet s’interrogent sur l’origine, et tous les adultes à leur tour. Car, au fond, la question est bien celle de l’origine : du monde, des humains, de chaque société. Et pour élucider ces mystères, depuis le XIXe siècle, l’archéologie s’est progressivement substituée aux religions et assure une mission essentielle : elle construit le passé, le territoire et la légitimité historique de chaque nation.
C’est ce que montre cet essai, où l’archéologue engagé Jean-Paul Demoule rend compte de la double fonction de cette discipline, scientifique d’une part, idéologique de l’autre, avec des frontières qui parfois se brouillent. En témoignent les débats français autour de l’enseignement de l’histoire et du « roman national », puis de l’« identité nationale », marqués depuis les années 2000 par l’irruption des « Gaulois », des « Barbares » et des manipulations de l’histoire dans les discours politiques et médiatiques.
En témoignent également, dans de nombreux pays, les manières dont agit l’archéologie, tant dans ses interprétations historiques que dans sa mise en œuvre sur le terrain, avec sa contamination croissante par les idéologies ultralibérales de la concurrence généralisée. On verra ainsi, dans le cas spécifique de la France, comment la convergence des intérêts économiques à court terme, de l’idéologie ultralibérale mais aussi des incuries administratives met en danger le sauvetage d’un patrimoine archéologique gravement menacé.

Version papier : 19,90 €
Version numérique : 13,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Cahiers libres
Parution : janvier 2020
ISBN : 9782707197320
Nb de pages : 240
Dimensions : 140 * 205 mm
ISBN numérique : 9782348058370
Format : EPUB

Jean-Paul DEMOULE

Jean-Paul DEMOULE
Jean-Paul Demoule, archéologue et ancien président de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), est professeur émérite à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont Mais où sont passés les Indo-Européens ? Le mythe d’origine de l’Occident (Seuil, 2014), Trésors. Les petites et grandes découvertes qui font l’archéologie (Flammarion, 2019) et Aux origines, l'archéologie (La Découverte, 2020). Il a également codirigé le monumental collectif Une histoire des civilisations (La Découverte, 2018).

Extraits presse

La vérité est dans le sol ! [...]«Si l'on veut réfléchir à l’histoire de l’Humanité dans la profondeur du temps, seule l'archéologie le permet !», explique Jean-Paul Demoule. Pour l’auteur de cet essai engagé, cette discipline scientifique permet aujourd'hui, grâce à l'explosion et à la diversité des découvertes, de se placer au cœur de thèmes aussi actuels que les questions d’identité, de roman national ou de religions.

01/02/2020 - Sciences et avenir

 

Jean-Paul Demoule est un bretteur redoutable. Ses piques touchent d’autant plus qu’il les porte avec une ironie – et des faits – imparable. L’archéologue (professeur émérite à Paris-I Panthéon-Sorbonne) en apporte une nouvelle illustration avec un recueil de textes publiés sur son blog depuis 2011. Il y distille ses convictions sur le rôle de sa discipline dans la constitution d’un savoir partagé, et sur les risques de récupération dont elle fait l’objet de la part des obsédés de l’identité nationale. [...] La mise en recueil de textes [...] est parfaitement cohérente, et constitue une défense sans concession d’un bien commun face à la logique marchande néolibérale.

29/01/2020 - Hervé Morin - Le Monde

 

Jean-Paul Demoule nous raconte ici comment l'archéologie, devenue science à part entière, est un outil indispensable pour nous conter les faits au plus près de la réalité. [...] L'ouvrage fait largement écho aux débats d’actualité, mais il nous interroge aussi sur des concepts généraux comme la démocratie et le changement climatique. [...] Avec en point d’orgue un message d’espoir : l’archéologie nous enseigne que tous les régimes oppressifs finissent par tomber.

01/02/2020 - La Recherche

 

Pour parler clair sur l’archéologie, il faut non seulement être un grand archéologue, comme l’est Jean-Paul Demoule, mais encore posséder la force de frappe d’un polémiste. C’est son cas dans Aux origines, l’archéologie. [...] L’extrême plaisir de lecture qu’apporte ce livre tient donc en grande partie à sa puissance démonstrative, due tant au refus des lénifiantes précautions oratoires en usage dans les cercles académiques qu’à un sens de la charge drolatique [...] Jean-Paul Demoule est un savant combatif.

10/03/2020 - Maurice Mourier - En attendant Nadeau

 

Vidéos






 

Table des matières

Introduction. Pour comprendre le présent, la science du passé
Les récits des origines – La double fonction de l’archéologie
I. Archéologie et « identité » : les manipulations de l’histoire
1. L’Histoire, la France et l’archéologie : quand les présidents de la République s’y intéressent
Politique et archéologie – Trois thèmes de réflexion – À propos des origines de la France – Les responsabilités des archéologues et des historiens
2. Alésia ou la « défaite fondatrice »
François Fillon : « Alésia est devenu une légende » – Mission impossible à Alésia ? – Comment médiatiser une « affaire » scientifique ? – Débats truqués
3. Éternelle, la France ?
« Du fond des âges » – Une Maison qui fait problème
4. L’histoire, l’archéologie et les programmes scolaires
Controverses, simplifications et ignorances… – « Vague brune sur l’histoire de France »…
5. Histoire et archéologie : les manipulations continuent
De l’art du détournement – Migrations et métissages – Les Gaulois, toujours, et la nature, aussi
6. De l’État, du droit au blasphème et des boucs émissaires
L’intolérance monothéiste – La religion comme névrose – De l’usage des boucs émissaires
7. Usages et mésusages des Gaulois (nos ancêtres ?)
Manipulations de l’histoire – Les Gaulois en otages –Des élus habités par la détestation du passé – On a retrouvé la maison du petit Jésus
8. « Barbares » et « civilisations »
La récurrence des délires historiques : les barbares sont dans nos murs – Les « invasions barbares » ont-elles existé ? – L’archéologie et les barbares – Les « races » dans l’histoire
9. Le passé comme marchandise
Armagnacs ou Bourguignons, qui étaient les « Français » ? – Notre seconde patronne
10. Des différentes manières de tuer ses semblables
La mouche et l’éléphant – Tous les morts ne sont pas égaux, ni les meurtriers
II. L’archéologie, l’Europe, le monde et les fantômes de l’histoire
11. L’Europe et l’archéologie
Deux conceptions des services publics – Un Livre vert tardif et sans lendemain – Les aléas de l’archéologie commerciale : les aménageurs, clients ou débiteurs ? – Questions en suspens
12. La Grèce comme ligne d’horizon ?
Le plan de sauvetage… des créanciers – La Sainte Concurrence et ses entorses – Le « miracle grec » ?
13. L’archéologie des autres
World Archaeological Congress versus UISPP – Géopolitiques de l’archéologie
14. Le Japon comme un autre horizon
Après Fukushima, contaminations et bénéfices – Face à la déroute du modèle japonais d’archéologie préventive, la résistance
15. « Ce n’est pas ma faute », mais celle de la « concurrence libre et non faussée »
De Chauvet à Choderlos de Laclos – Bien public et social-démocratie
16. Retour vers le passé : de Compostelle au djihad
Pèlerinages, croisades et djihads – Renouer avec son passé ?
17. De San Francisco à Londres, postmodernisme et commerce
Des effets de mode dans l’archéologie nordaméricaine – Le sol ou le sang : nouveau dilemme pour l’archéologie – Un futur archéologique de cauchemar, déjà là
18. De la destruction de l’histoire et dans l’histoire
Les destructions de Daech, « monstre providentiel » – De la manipulation des morts
19. La démocratie a-t‑elle existé ?
Le pouvoir de la force versus les choix du peuple – Le risque d’un « despotisme doux » – Consommateurs ou citoyens ?
20. La liberté du renard et la culture
La « caste », son idéologie, ses pratiques – La culture privée payée par le public
III. Sauver notre passé : une incapacité politico-administrative française
21. Janvier 2011 : l’amer anniversaire de la première loi sur l’archéologie préventive
Trente ans de luttes pour l’archéologie – La contre-offensive et la loi de 2003 – Les deux urgences de 2011
22. Septembre 2012 : vers une nouvelle réforme ?
La nouvelle commission sur l’archéologie préventive – Les vraies questions, toujours en suspens
23. Un rappel préliminaire : à quoi sert l’État ?
Les comptes de la Cour des comptes – L’Inspection générale des finances, garante de l’idéologie libérale – Le Conseil d’État : un point de vue différent
24. Le Livre blanc de 2013, déroulement et bilan
Axes et méthodes de travail de la commission – De sérieuses réserves (prémonitoires)
25. Automne 2013 : enlisement de la réforme et nouvel appel des archéologues
Un nouvel appel des archéologues – Le « référé » de la Cour des comptes et sa réponse – Pendant les travaux (parlementaires), les destructions continuent – L’archéologie française à l’étranger
26. Réforme de l’archéologie préventive : comment le ministère de la Culture jouait la montre
Les inquiétudes des services de collectivités – L’Inrap n’est-il qu’un « opérateur » ? – Neuf raisons pour refuser l’archéologie commerciale – Bruxelles comme argument et chiffres introuvables
27. L’archéologie face au « choc de simplification » d’octobre 2014
Sancta Simplicitas ! « Lorsque la nature du terrain est peu encline à l’existence de vestiges… » – Comment ne pas trouver de sites archéologiques ? – Cent fois sur le métier…
28. L’ultime rapport, le rapport Faure ?
Quarante-deux (?) rapports en quarante ans – Le constat est accablant, les propositions aussi – Une dégradation régulière
29. Le désolant naufrage final de la loi sur le patrimoine
Un fort timide projet de loi – Le « marché » des fouilles, entre faillites et rachats – Le retour de la Cour des comptes – En guise d’épilogue provisoire : en finir avec un monde où il n’y a que des perdants
Conclusion. Il n’est pas trop tard pour être optimiste.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites