La Découverte Live
Twitter
Youtube
Facebook
Catalogue / Enfance et famille / À l'école des dyslexiques     
Version numérique

À l'école des dyslexiques
Naturaliser ou combattre l'échec scolaire ?

Sandrine GARCIA

présentation
infos techniques
auteur
table des matières


Imprimer la fiche

 

Existe-t-il une différence de nature entre un mauvais lecteur et un enfant dyslexique ? Les méthodes ont-elles une responsabilité dans les troubles des apprentissages ? Certains incriminent ainsi la « méthode globale », tandis que d’autres imputent les difficultés de ces enfants à leur milieu social.
Les pouvoirs publics ont, de leur côté, tranché en faveur d’une approche médicalisante avec la loi de 2005. Sous couvert de « reconnaître » le handicap que constituent les troubles des apprentissages, ils ont en fait éludé la question pédagogique. Pourtant, il est aujourd’hui impossible d’affirmer que les problèmes de lecture d’élèves rapidement classés comme « dyslexiques » relèvent de dysfonctionnements cognitifs. Il semble au contraire nécessaire de considérer que la dévalorisation des aspects les plus techniques de l’apprentissage par les experts de la lecture a conduit à nier les difficultés réelles de cet apprentissage. En définitive, la frontière entre les enfants souffrant d’une pathologie de la lecture et les autres relève avant tout d’une construction sociale et d’un partage des territoires d’intervention entre les professionnels de l’éducation (enseignants) et de la rééducation (orthophonistes).
S’appuyant sur une enquête menée auprès de parents d’enfants dyslexiques, ce livre montre que les difficultés d’apprentissage sont toujours rapportées aux incapacités cognitives des élèves, qui se trouvent ainsi scolairement stigmatisés. Dès lors, le recours à la catégorie de dyslexie devient, pour les parents, une ressource paradoxale, leur permettant d’échapper à la stigmatisation et au renoncement pédagogique du système scolaire.

Remerciements
Introduction
I / L’histoire d’un débat
1. La rénovation de l’apprentissage de la lecture contre la dyslexie
Le tournant des instructions officielles de 1972
Freinet : la vie contre la mécanique
La construction d’une pédagogie marxiste
Le colloque du CRESAS : la victoire provisoire des pédagogues
2. L’invention du « petit lecteur génial »
Investir dans des ruptures avec le passé : être lecteur sans apprendre à lire
L’« enfant chercheur », artisan du monde de demain
L’inestimable valeur de l’intelligence
II / La dyslexie : une maladie de classe moyenne
3. De l’échec au handicap : l’investissement d’une catégorie médicale
La loi de 2005 : l’aboutissement tardif de la « cause des dys »
Des handicapés socialement situés
Un stigmate contre un autre
Valeurs expressives des « médiateurs culturels » et adhésion à la catégorie nosographique
4 .La construction sociale du diagnostic
L’entrée dans la carrière de dyslexique : de l’écart à la norme au parcours de soin
Une interprétation en termes de symptômes
Les associations : orientation vers le diagnostic et soutien aux familles
5. Des pratiques éducatives socialement situées
Des parents pédagogues ?
Des mères très dévouées
La question du genre et des dispositions favorables à l’apprentissage
III / Une pensée d'institution
6. Les lendemains d’une utopie
La défense d’une expertise
L’arrogance des chiffres et la disqualification d’un passé glorieux
Prescriptions des manuels vs. exigences du curriculum
7. Des enseignants partiellement désarmés
Grandeur de la littérature et misère des élèves
Les RASED : spécialistes de la difficulté scolaire ou de la réparation de soi ?
Des pratiques pédagogiques mixtes
Conclusion
Annexes
Traitement statistique des questionnaires remplis par les parents d’enfants dyslexiques
Profession et PCS des parents
Enfants dont les parents prennent en charge l’apprentissage de la lecture
Enfants qui redoublent la maternelle, le CP ou le CE1
Profession et PCS des grands-parents.

BORN DYSLEXIC
The medicalisation of reading difficulties

Is there a difference between a poor reader and a Dyslexic child? Do teaching methods have a responsibility in learning disorders or must we attribute these children’s difficulties to their social environment (cultural poverty, under developed language, etc.)?
According to current research, it is impossible to say that difficulties in learning to read (among students which will be quickly classified as \"Dyslexic\") are due to cognitive dysfunction. It seems important to realize that this underplaying of the more technical aspects of this skill by reading experts results in denying the real difficulties of learning to read.


Sandrine Garcia is lecturer in sociology at the University of Paris-Dauphine and teacher-researcher IRISSO (Institute for interdisciplinary research in social sciences). Her research focuses on expertise and the mobilization of scientific knowledge in social struggles and/or public policy. At La Découverte, she published in 2011 Mères sous influence. De la cause des femmes à la cause des enfants. Her research currently focuses on the naturalization of social forms.


Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com
 
 
Mentions légales - Plan du site - Crédits - Éditions La Découverte, 2017