Varia

REVUE RÉSEAUX

Réseaux se propose de rendre compte ici de plusieurs recherches de qualité proposées à la revue selon leur propre agenda et n’ont pas réussi à s’intégrer au calendrier de nos numéros thématiques. Il peut s’agir de revenir sur des thèmes abordés récemment, comme l’analyse des réseaux, l’économie politique de la communication ou, au contraire, qui n’ont pas été présentés depuis longtemps, comme la presse, les séries télévisées ou la régulation d’internet.
L’analyse de réseaux ouvre de nouvelles perspectives aux sciences sociales. Pour mieux montrer les apports de ces nouvelles méthodes, Tommaso Venturini et alii reprennent une recherche de Luc Boltanski sur la situation de multipositionnalité des enseignants de l’IEP de Paris. Ils détaillent ainsi les caractéristiques et les avantages d’une sociologie de réseaux hétérogènes.
La recherche critique en communication s’inscrit dans plusieurs traditions, Christophe Magis se propose ici d’analyser les liens entre la théorie critique des médias de l’école de Francfort et l’économie politique de la communication.
La question des noms de domaine et au cœur de l’organisation d’internet. Contrairement au secteur des télécommunications, l’attribution de ces « adresses » n’est pas effectuée par la puissance publique, mais par une organisation internationale de droit privé : l’ICANN. Philippe Barbet et Patrick Maigron montrent comment est organisé ce marché des noms de domaine.
Eric Macé propose une lecture herméneutique de la série de télévision Homeland. Il étudie notamment les opérations de cadrage, de rupture de cadre qui offrent de multiples interprétations sur plusieurs registres.
Enfin deux textes s’intéressent à la presse. Ivan Chupin et Françoise Daucé étudient les journalistes russes et l’instabilité permanente de leurs carrières professionnelles qui les amène à passer des titres dominants favorables au pouvoir aux rédactions critiques et alternatives marginalisées. Kilian Mousset étudie lui la presse sportive du début de siècle et plus précisément comment L’Auto-Vélo et l’Auto ont hésité entre deux représentations du tennis de table : le divertissement de salon ou le sport moderne.

Version papier : 25 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Revue Réseaux n°199
Parution : octobre 2016
ISBN : 9782707191106
Nb de pages : 240
Dimensions : 160 * 240 mm

REVUE RÉSEAUX

La revue Réseaux.Communication - Technologie - Société, créée en 1982 par Patrice Flichy et Paul Beaud, s'intéresse à l'ensemble du champ de la communication en s'axant tout particulièrement sur les télécommunications. Les mass-médias et l'informatique sont également abordés. La télévision a notamment constitué le thème d'un nombre important de numéros. La réflexion sur la communication étant à l'origine de nombreux débats au sein des sciences sociales, des numéros sont aussi consacrés à des questions d'ordre théorique ou méthodologique. Bien qu'orienté plutôt vers la sociologie, Réseaux souhaite traiter les problèmes de la communication de façon pluridisciplinaire.

Table des matières

Les auteurs
Présentation
Dossier : Varia

• Hors champs
La multipositionnalité par l’analyse des réseaux, par Tommaso Venturini, Mathieu Jacomy, Audrey Baneyx etPaul Girard
• Économie politique de la communication et théorie critique des médias. Épistémologie d’un héritage théorique critique, par Christophe Magis
• Des cadres de guerre vulnérables ? La série Homeland, une heuristique critique de la « guerre au terrorisme », par Éric Macé
• De la rareté artificielle à l’offre pléthorique. Concurrence et marché des noms de domaine sur Internet, par Philippe Barbet et Patrick Maigron
• Par-delà la contrainte politique ? La banalité des bifurcations dans les carrières journalistiques
en Russie contemporaine, par Ivan Chupin et Françoise Daucé
• Le travail réputationnel. Une approche ethnographique du travail de production de la réputation
chez les grimpeurs professionnels, par Guillaume Dumont
• Divertissement de salon ou sport moderne ? Représentations du tennis de table dans L’Auto-Vélo et L’Auto (1900-1939), par Kilian Mousset et Jean-Nicolas Renaud
Notes de lecture
• Olivier Frayssé, Mathieu O’Neil (eds.), Digital Labour and Prosumer
Capitalism. The US Matrix
. Basingstoke (England) : Palgrave Macmillan,
2015, 232 p., par Serge Proulx
• Michel Lallement, L’âge du faire. Hacking, travail, anarchie, Paris : Le Seuil, coll. « La couleur des idées », 2015, 442 p., par Alexandre Blein
• Jonathan Sterne, Une histoire de la modernité sonore, Paris : La Découverte/La Rue musicale, coll. « Culture sonore »,traduit de l’anglais par M. Boidy, 2015, 506 p., par Sophie Maisonneuve
Résumés/Abstracts