Le travail politique par et pour les médias

REVUE RÉSEAUX

Dossier coordonné par Clément Desrumaux et Jérémie Nollet

Ce numéro vise à rassembler des contributions qui prennent pour objet le travail politique effectué en direction des médias, que la littérature anglophone désigne comme media-driven politics. Il s’agit des travaux qui analysent empiriquement les usages de l’accès au champ journalistique, tant dans le travail gouvernemental ou parlementaire, que dans celui des élus locaux ou des institutions internationales, dans les campagnes électorales ou les mouvements sociaux.
Il est traditionnellement tenu pour acquis, dans la littérature en communication ou en sociologie politiques, que les médias ont profondément changé les façons de faire de la politique. Ce phénomène est protéiforme et concerne les agents politiques selon une intensité variable : le « média-training » est devenu une pratique courante pour le personnel politique ; les tribunes de presse accueillent une partie du débat idéologique d’un parti politique ; les politiques publiques sont fréquemment accompagnées d’une stratégie de communication ; les prises de positions des responsables politiques sont de plus en plus cadrées par des « éléments de langage » ; certaines mobilisations sont mises en scène pour offrir des images prêtes à illustrer les reportages ; le rôle de porte-parole des partis politiques se spécialise vers la parole médiatique, etc.
Habituellement, les études qui abordent les interactions médias-politique s’inscrivent davantage dans la sociologie du journalisme et analysent les agents politiques en tant que source d’information, plutôt que dans une perspective de sociologie du métier politique. L’objectif est donc ici, au contraire, d’étudier ce que les professionnels de la politique font pour et avec l’accès aux médias. Pour le dire autrement, en quoi consistent les stratégies d’accès aux médias des divers agents politiques ? En quoi permettent-elles d’agir en politique ? Il convient aussi de questionner l’attention réelle portée aux médias par les agents politiques dans leurs pratiques, la dimension stratégique de leur action et les réactions des journalistes.
En proposant de raisonner en termes d’usages des médias dans le champ politique, ce numéro vise à porter l’analyse au plus près des pratiques politiques, dans une perspective de sociologie du métier politique.

Version papier : 25 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Revue Réseaux n°RSX
Parution : décembre 2014
ISBN : 9782707182722
Nb de pages : 260
Dimensions : 160 * 240 mm

REVUE RÉSEAUX

La revue Réseaux.Communication - Technologie - Société, créée en 1982 par Patrice Flichy et Paul Beaud, s'intéresse à l'ensemble du champ de la communication en s'axant tout particulièrement sur les télécommunications. Les mass-médias et l'informatique sont également abordés. La télévision a notamment constitué le thème d'un nombre important de numéros. La réflexion sur la communication étant à l'origine de nombreux débats au sein des sciences sociales, des numéros sont aussi consacrés à des questions d'ordre théorique ou méthodologique. Bien qu'orienté plutôt vers la sociologie, Réseaux souhaite traiter les problèmes de la communication de façon pluridisciplinaire.

Table des matières

Les auteurs
Présentation

Quelques apports, limites et dépassements des théories de la «mediatization» du politique, par Clément Desurmaux et Jérémie Nollet
Dossier : le travail politique par et pour les médias
Construire des manifestations de papier. L'action des buralistes face à la lutte contre le tabagisme, par Caroline Frau
« Passer à la télé ». Analyser la présence des professionnels de la politique au sein des émissions conversationnelles, par Pierre Leroux et Philippe Riutort
Modernité de la communication politique ou simple «moment New Labour »? Flux et reflux du «spin» chez les travaillistes britanniques (1994-2007), par Clément Desurmaux
La production des formes de capital médiatique interne et externe. L'étrange cas de David Cameron au sein du champ politique britannique, par Aeron Davis et Emily Seymour
Varia
Cadres et messageries : du flux subi au renforcement de l'activité bureaucratique, par Sophie Bretesché, François de Corbière et Bénédicte Geffroy
Les cartes numériques comme support de remédiation d'une catastrophe nucléaire. Le processus de cartographie de radiation sute à l'accident de la centrale de Fukushima Daiichi, par Jean-Christophe Plantin
Penser la diversité des pratiques médiatiques. Le réseau comme catégorie conceptuelle pour la recherche sur les audiences et les publics, par Geoffroy Partriarche et Marie Dufrasne
Notes de lecture
Les rêves cybernétiques de Norbert Wiener, suivi de Un savant réapparaît, de Pierre Cassou-Noguès, Le Seuil, Paris, coll. Science ouverte, 2014, par Mathieu Triclot
S'informer à l'ère numérique
, dir. par Josiane Jouët et Rémy Rieffel, Presses universitaires de Rennes, Rennes, coll. Res publica, 2014, par Jérémy Nicey
La fabrique des sciences modernes, XVIIe-XIXe siècle,
de Simon Shaffer, traduit de l'anglais par Frédéric Aït Touati, Loïc Marcou, Stéphane Van Damme, Le Seuil, Paris, coll. Science ouverte, 2014, par Jérôme Baudry
Résumés/Abstracts.