Le déchaînement du monde
Logique nouvelle de la violence

François CUSSET

Le monde est déchaîné. La violence n’y a pas reculé, comme le pensent certains. Elle a changé de formes, et de logique, moins visible, plus constante : on est passé de l’esclavage au burn-out, des déportations à l’errance chronique, du tabassage entre collégiens à leur humiliation sur les réseaux sociaux, du pillage des colonies aux lois expropriant les plus pauvres... L’oppression sexuelle et la destruction écologique, elles, se sont aggravées.
Plutôt qu’enrayée, la violence a été prohibée, d’un côté, pour « pacifier » policièrement les sociétés, et systématisée de l’autre, à même nos subjectivités et nos institutions : par la logique comptable, sa dynamique sacrificielle, par la guerre normalisée, la rivalité générale et, de plus en plus, les nouvelles images. Si bien qu’on est à la fois hypersensibles à la violence interpersonnelle et indifférents à la violence de masse. Dans le désastre néolibéral, le mensonge de l’abondance et la stimulation de nos forces de vie ont fait de nous des sauvages d’un genre neuf, frustrés et à cran, et non les citoyens affables que la « civilisation » voulait former. Pour sortir de ce circuit infernal, et de l’impuissance collective, de nouvelles luttes d’émancipation, encore minoritaires, détournent ces flux mortifères d’énergie sociale. Mais d’autres les convertissent en haines identitaires et en replis patriotes. Qui l’emportera ? De quel côté échappera toute la violence rentrée du monde ?

Version papier : 20 €
Version numérique : 9,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Cahiers libres
Parution : mars 2018
ISBN : 9782707198150
Nb de pages : 240
Dimensions : 135 * 220 mm
ISBN numérique : 9782348035500
Format : EPUB

François CUSSET

François CUSSET

François Cusset est historien des idées, professeur à l'université de Paris-Ouest Nanterre, et l'auteur de nombreux ouvrages remarqués dont à La Découverte, French Theory (2003) et La Décennie (2006).

Extraits presse

Dans cet essai alerte, François Cusset (université Paris Ouest-Nanterre) veut avertir, faire prendre conscience et inciter à agir avant qu'il ne soit trop tard. Car pour lui, ces autres formes de violence quotidienne masquées par l'hyperviolence terroriste mettent à mal nos démocraties et ne profitent en fin de compte qu'aux extrêmes, les seuls à pouvoir tirer les marrons de ce feu frénétique.

02/03/2018 - Livres Hebdo

 

Notre monde n’a jamais été aussi peu violent, disent les chiffres et certains essayistes. S’en remettre à des éléments statistiques quantitatifs est insuffisant, rétorque François Cusset. « La violence, c’est l’effet durable d’un coup porté, même si l’on n’en meurt pas. » Et de citer Simone Weil dans la foulée : « Le plus dur est ce qui ne tue pas encore. » Historien des idées et professeur de civilisation américaine à l’université de Nanterre, l’essayiste et romancier français décrypte les nouveaux mécanismes de la violence contemporaine dans Le Déchaînement du monde. Logique nouvelle de la violence. Un essai limpide et percutant, qui montre que si la violence a quitté les discours officiels et le vocabulaire conceptuel, c’est pour mieux travailler de l’intérieur le corps social. Car loin d’avoir reculé, elle est partout. Mais elle a changé de formes et de logique.

22/03/2018 - Anne Pitteloud - Le Courrier

 

C’est précisément la rationalité de la violence du 21ème siècle que se propose d’étudier François Cusset, en explorant les multiples champs de son déploiement contemporain, des nouvelles formes du travail à la nouvelle pauvreté, de la sociabilité quotidienne aux haines ordinaires, des oppressions de genre à la destruction écologique, du terrorisme à l’effondrement des psychés, des violence obstétricales aux camisoles biopolitiques… Plutôt que de se livrer à un exercice de statistiques trop biaisé et artificiel pour être suffisamment éclairant, il identifie les règles réinventées de la circulation de la violence au coeur de nombreux champs sociaux.

19/03/2018 - Jean-Marc Durand - Les Inrocks

 

La violence n’a pas reculé, elle a changé de visage. Elle n’est plus irruption soudaine, mais elle infuse notre quotidien. Elle n’est plus un accident mais un rouage de notre système. Encouragés par le marché, nous sommes devenus de « nouveaux sauvages ».

21/04/2018 - Sonya Faure - Libération

 

Vidéos






 

Table des matières


Préambule. Arracher le masque de la violence
1. Les métamorphoses de la violence-monde

Guerre-monde et nouveaux exodes
Derrière l’écran du terrorisme
Les voyous ont muté
Marchés en guerre et tournant sécuritaire
Hiérarchie postcoloniale
Les oppressions de sexe et de genre se portent bien
L’écocide en cours
2. La nouvelle brutalité systémique
L’économisme sacrificiel
Épargne, travail, école, santé : violence des structures
L’arme du droit
La camisole biopolitique
La restriction des possibles
3. « Pacification » et décivilisation
L’autorépression, une autre histoire de la modernité
Elias contre Elias
Politique et État : le chaud et le froid
Les nouveaux sauvages
4. Un circuit énergétique saturé
Les promesses intenables de l’abondance
Stress, fureur diffuse
Le peu qu’il nous reste, ou la catharsis entravée
Violence scopique et tyrannie de la visibilité
5. Violence émancipatrice ?
Les explosions de la misère
Un demi-siècle de prohibition
Les nouvelles logiques de la contre-violence
Une erreur de jeunesse ?
Mémoire des luttes et illusions de la non-violence
Remerciements.

Droits étrangers

A RUTHLESS WORLD
New forces of violence

We could think that violence is being eradicated from our daily lives but, if we look closely, that is certainly not the case. While violence perpetrated by individuals is, in fact, by strong police mechanisms, the economic, social and political violence imposed by neoliberalism persists happily and even tends to melt into the background. In this short essay, François Cusset, interprets these new forces of violence with which we live in spite of ourselves.
This is the first in-depth examination of the unthinkable truth that is hidden behind the obsession with terrorism: today’s violence is both global and subjective, economic and geopolitical, social and visual. This study is inspired by political necessity: if new forms of resistance fail, this pattern of violence will benefit fascists and identitarians.


François Cusset, a historian of ideas, is a professor at the Université de Paris-Ouest Nanterre, and the author of numerous important works including, with La Découverte, French Theory (2003) and La Décennie. Le grand cauchemar des années 1980 (The decade. The nightmare of the 1980s) (2006).


Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites