Global style battles
Modes et sud cultures urbaines

Daniele TAMAGNI

Ce livre est un mélange de situations spontanées. Son maître mot – identité – est illustré dans des contextes géographiques très différents, où est née une métaculture populaire, profondément enracinée, qui est à la fois un pied de nez à la culture coloniale ou occidentale et la source d’une grande créativité.
Le fil rouge est tissé des nombreuses interviews réalisées au cours de ses différents voyages par Daniele Tamagni, interviews qui rendent compte de façon personnelle des modes de vie, des styles et des rêves d’une autre identité, de la part des sujets photographiés. En choisissant des pays ou des villes loin du contexte habituel de la mode, le livre donne un aperçu du phénomène de globalisation des styles, mais aussi de la résistance et de la préservation des traditions.
Le livre détaille le quotidien de différentes populations dont le rapport à la mode est signe d’un activisme créatif et joyeux créatif. Les rockers du Botswana, les hipsters de Johannesburg, les dandys du Congo, les lutteuses de Bolivie, la jeunesse cubaine bling-bling, tous sont photographiés et se racontent dans la conscience de leur univers marginal dont ils veulent se démarquer. Être à la mode, se déguiser, est un outil plantaire d’identité.
Le livre vise à offrir un large éventail de pratiques urbaines, sans exclusion d’aucun aspect en termes de race, de sexe, d’âge ou de zones géographiques. Les gens sont dépeints dans différentes situations et contextes mais photographiés comme ils apparaissent naturellement dans un mélange des portraits posés, des portraits en mouvement et de détails. Les couleurs vives sont une des clés communes.
Chaque chapitre est introduit par un écrivain (journaliste, chercheur) qui a été au contact de chacune des communautés. Tous racontent la multiplicité des relations et des contradictions à l’œuvre : l'élégance vs kitsch, luxe / consumérisme vs pauvreté, tradition vs modernité, transformation vs uniformité, l'individuel / particularité vs généralité, originalité vs stéréotype.

Version papier : 35 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Dominique Carré
Parution : octobre 2015
ISBN : 9782373680096
Nb de pages : 292
Dimensions : 170 * 240 mm

Daniele TAMAGNI

Daniele Tamagni, de nationalité italienne, débute sa carrière comme historien de l’art avant de devenir photographe free-lance. Il se fait connaître en remportant en 2007 le Canon Young Photographer Award avec un reportage sur les dandys congolais. Il publie en 2009 Gentlemen of Bacongo avec une préface de Paul Smith, qui s’est inspiré de ses photographies pour sa collection printemps-été 2010. Il remporte en 2011 le World Press Photo in Arts & Entertainment avec son reportage sur les catcheuses de La Paz, en Bolivie. Depuis 2001, Tamagni centre son travail sur l’esthétique des différentes modes de la rue. Ses photographies ont été exposées dans les plus importants musées et galeries privées internationaux.

Extraits presse

« Personne ne connaît ta lutte ou ce que tu as laissé derrière toi. C’est comme tu vas te présenter au monde qui importe. » Et c’est la performeuse sud-africaine Manthe Ribane qui le dit, coupe au bol, ongles et lèvres bleu cyan, et col dentelle. Elle est l’une des modeuses shootées par la photographe italien Daniele Tamagni dans son livre Global Style Battles, relevé intense de la street fashion, versant postcolonial. Sapeurs congolais, gazelles dakaroises, punks birmans… c’est une cartographie explosive et mondialisée que dessine Tagmani ; En sous-texte ? La rue comme catwalk, la mode comme résistance et une identité globalisée capable d’absorber traditions, haute couture et culture populaire. Paul Smith ou Solange Knowles y ont déjà pioché leur inspiration. A qui le tour ?

18/09/2015 - Manou Farine - Elle

 

La mode est sans aucun doute le seul univers où l’artifice naît de l’authentique. A moins que ce ne soit l’inverse, on s’y perd un peu au vu de la rapidité à laquelle avancent les flux des « tendances ». Le livre Global Style Battles du photographe italien Daniele Tamagni, a quelque chose d’une encyclopédie. C’est moins une enquête qu’un répertoriage subjectif de lieux, de personnes, d’attitudes, en bref d’identités, partout dans le monde. Que voit-on ? Un crâne rasé et teint en vert, d’où pendent deux tresses bleutées, un digne monsieur africain avec une chemise col Mao, un jeune homme qui aime les bagnoles au point d’avoir le logo d’Audi à la boucle de sa ceinture, un chapeau bolivien serti de pierreries, un uniforme de guérillero pourvu d’une cagoule, des fans de metal du Botswana, des punks du Myanmar (photo)… La mode qui s’affiche sur les pages est celle d’un monde qui ne s’arrête pas de vivre, de se réinventer, de bouillir. Ce n’est pas la mode de la rue du Faubourg Saint-Honoré, même si c’est aussi là que les marques viennent piocher des idées. Dans l’internationale de la classe que présente Tamagni, il y a de tout. Et c’est tant mieux, car dans cette pluralité d’expressions se lit le look du monde : pluriel, bordélique et magnifique. Mais à la fois réel et fantasmatique, car sommeille toujours en nous l’envie d’être, pour une heure ou beaucoup plus, l’un ou l’une de ces apparitions.

01/10/2015 - Clément Ghys - Next

 

Flying Cholitas, Burma Punks, Afrometals… Autant de communautés de mode issues des pays les plus pauvres de la planète, de la Bolivie à la Birmanie en passant par le Botswana et le Congo. Dans certaines échoppes fleurit un art mixant vêtements tradi et modernes, se réappropriant et détournant les créateurs occidentaux. Les sapeurs du Congo avaient ouvert la voie avec leur costume aux couleurs flashy. Dans son ouvrage, l’Italien Daniele Tagmani rend hommage à ces irréductibles résistants excentriques et singuliers, contre exemple à l’uniformisation.

01/11/2015 - Marie Claire

 

Nous découvrons à travers les pages du nouveau livre de Daniel Tamgni, Global style battles, une avant-garde que l’on croit trop souvent l’apanage des grandes capitales de la mode […]. Mais derrière cette esthétique dite « du Sud » se cachent souvent de nombreux combats…un moyen d’exister.

25/10/2015 - Laurent Filippi - Géopolis

 

Des hipsters de Johannesburg à la jeunesse cubaine bling-bling en passant par les sapeurs congolais, c’est la multiplicité des contradictions à l’œuvre dans ces pays entre élégance et kitch, tradition et modernité, originalité et stéréotype mais aussi consumérisme et pauvreté, que nous propose cet ouvrage iconoclaste.

01/10/2015 - Dandy

 

Pour qui veut saisir une société, une culture, un pays, en percevoir le souffle, saisir les aspirations de ses populations, il n'y a rien de plus central que d'en lire les marges. Les esprits qui se prennent au sérieux auraient tort de se détourner de la mode et de ne pas feuilleter Global Style Battles.

29/11/2015 - Séverine Kodjo-Grandvaux - Jeune Afrique

 

Partout dans le monde, du Nord au Sud, naissent chez les jeunes des mouvements de mode. Ils se nourrissent des images qui parcourent la planète à l'heure d'Internet, expriment une quête de beauté, revendiquent une différence. L'air de rien, ils défient l'ordre établi, qu'il soit politique ou religieux. (…) Dans son livre Global Style Battles, paru aux éditions Carré, Daniele Tamagni a parcouru quelques-uns de ces pays dits du Sud, ou émergents, avec un regard à la fois artistique et documentaire, nourri de textes sociologues, de journalistes ou de critiques d'art. Ses images, ses portraits, magnifient les représentants de la nouvelle internationale du « cool » : sapeurs du Congo, punks de Birmanie, élégants de La Havane... Tous se livrent une bataille pacifique autour du style. Cinq exemples tirés de son livre.

10/02/2016 - Xavier de Jarcy - Télérama

 

Global Style Battles comble une grosse lacune sur les cultures urbaines du Sud. Centré sur la mode de rue en Afrique, mais aussi sur les formes d'expression populaires ailleurs dans le monde, (…) ce beau livre emmène du Cap à Dakar, en passant par Cuba et la Bolivie, à la découverte d'une créativité globale ponctuée par des articles de spécialistes. On y découvre les dandys flamboyants de l'Afrique du Sud, les disquettes à la plage de Dakar, les rockers métal du Botswana et les punks de Birmanie.

08/02/2016 - Afrique Magazine

 

Table des matières

Joburg Style Battles. Johannesburg, Afrique du Sud, par Asanda Sizani
Xaley Fashion et Dirianké. Dakar, Sénégal, par Emmanuelle Courrèges
Habaneros, corps et âme. La Havane, Cuba, par Antonio Eligio (Tonel)
Flying Cholitas. La Paz, Bolivie, par Véronique Marchand
Gentlemen of Transgression. Brazzaville, Congo, par Gerardo Mosquera
Burma Punks. Yangon, Myanmar, par Peter Popham
Afrometals. Gaborone, Botswana, par Karie Breen.