Franz Kafka
Éléments pour une théorie de la création littéraire

Bernard LAHIRE

Est-il possible de percer les mystères de la création littéraire ? La sociologie peut-elle entrer dans la chair même des œuvres ? Est-elle en mesure de se confronter à des œuvres particulièrement difficiles, et même étranges, qui découragent plus d'un lecteur et soumettent habituellement à rude épreuve le travail des interprètes ?
Bernard Lahire s'est confronté à un monument de l'histoire littéraire. Considéré comme l'un des grands représentants mondiaux de la littérature d'avant-garde, Franz Kafka a laissé une œuvre jugée le plus souvent énigmatique et formellement inventive. Il y avait donc un véritable défi scientifique à montrer ce dont la sociologie est capable sur un terrain qui ne lui est, a priori, pas favorable.
Pourquoi Franz Kafka écrit-il ce qu'il écrit comme il l'écrit ? Pour répondre à la question, Bernard Lahire examine, grâce aux outils de la biographie sociologique, la fabrication sociale de l'auteur du Procès, depuis les primes expériences familiales jusqu'aux épreuves les plus tardives. En entrant dans les logiques mentales et comportementales de Kafka, il saisit non seulement les raisons qui le conduisent à être attiré par la littérature, mais il se donne les moyens de comprendre autant les propriétés formelles de son œuvre que la nature des intrigues qu'il déploie en faisant travailler une série de questions qui composent sa problématique existentielle.
Dans ce livre magistral qui, au-delà du cas de Kafka, pose les fondements d'une théorie de la création littéraire, les œuvres apparaissent comme autre chose que des solutions esthétiques à des problèmes formels ou que des manières de jouer des coups dans un « champ littéraire ». Les œuvres sont aussi des points de vue sur le monde, des manières formellement spécifiques de parler du monde mises en œuvre par des créateurs aux expériences sociales singulières.
« La naissance du lecteur doit se payer de la mort de l'auteur », écrivait Roland Barthes. Pour sa part, la lecture sociologique (ou historique), en tant que lecture scientifique, doit au contraire faire renaître l'auteur - un auteur socialisé et non sacralisé - pour rendre raison de ses textes.

Version papier : 27,40 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Textes à l'appui / Lab. Sciences Sociales
Parution : février 2010
ISBN : 9782707159410
Nb de pages : 636
Dimensions : 155 * 240 mm
Façonnage : Broché

Bernard LAHIRE

Bernard LAHIRE

Bernard Lahire est professeur de sociologie à l'École normale supérieure de Lyon, a publié une vingtaine d'ouvraes, parmi lesquels L'Homme pluriel (Nathan, 1998), La culture des lndividus (La Découverte, 2004, 2006), Franz Kafka. Éléments pour une théorie de la création littéraire (La Découverte, Paris, 2010) et Monde pluriel : penser l'unité des sciences sociales (Le Seuil, 2012).

Extraits presse

« Bernard Lahire s'était déjà penché sur Kafka dans La condition littéraire, un essai sur la "double vie" des écrivains, notamment ces écrivains à "second métier" dont la vocation est d'écrire, mais qui se socialisent par une autre activité: employé dans une compagnie d'assurance dans le cas du Praguois. Cette fois l'ambition est plus grande: le sociologue choisit Kafka pour faire la théorie et la pratique d'une "biographie sociologique" de l'écrivain. Bien qu'il se distingue de manière assez nette, il s'inscrit dans le sillage de Bourdieu analysant Heidegger et Flaubert ou dans celui de Sartre dont le monumental Idiot de la famille construit une approche "totale" de Flaubert. Si Kafka est le fil rouge de ce livre, l'exposé théorique occupe la première place: c'est à partir de l'écrivain que Bernard Lahire énonce sa méthode, la vérifie et parfois la modifie. [...] Bernard Lahire rend plusieurs fois hommage au grand livre de l'historien de la culture Carl E. Schorske, Vienne, fin de siècle. Schorske, toutefois n'ouvrait pas son atelier au public. Bernard Lahire le fait, si bien que la lecture de ce gros volume réserve plusieurs passages arides. Au terme desquels, toutefois, on est récompensé. »
LIVRES HEBDO

« Franz Kafka est le titre de ce livre; Élements pour une théorie de la création littéraire, son sous-titre. À la réflexion, le contraire eût été plus exact. C'est dire la vraie priorité telle qu'elle surgit à la lecture de cette biographie sociologique élaborée comme un modèle. Il faut saluer l'originalité d'une démarche par laquelle on peut consacrer 630 pages bien tassées à un écrivain en n'étant manifestement guidé ni par l'admiration, ni par la passion, ni par l'émotion, mais uniquement par la raison. Professeur à l’Ecole normale supérieure et directeur du groupe de recherches sur la socialisation au CNRS, Bernard Lahire est un sociologue reconnu de la culture et de la condition littéraire. Il avait déjà eu l’occasion de se frotter à l’auteur du Procès en tant que figure idéal typique de l’écrivain à vocation et à second métier. Mais c’est surtout par goût du défi à relever qu’il s’est aventuré dans ces parages littéraires. Un défi qu’il qualifie de « scientifique »en ce qu’il consiste à expliquer une œuvre en ne se limitant pas à des critères formels. Tout en en adaptant ses outils au champ littéraire, Bernard Lahire a appliqué à Kafka une méthode qu’il avait éprouvée avec des anonymes. A savoir : « la saisie de la complexité du patrimoine individuel de dispositions à voir, à sentir et à agir, de compétences et d’appétences ainsi que leurs articulations à des contextes d’action déterminés, des conjonctures ou circonstances les plus éphémères aux cadres sociohistoriques les plus larges et permanents ». »
LE MAGAZINE LITTÉRAIRE

« Depuis Proust et son cinglant Contre Saint Beuve, l'affaire semblai entendue: "L'homme qui fait des vers et qui cause dans un salon n'est pas la même personne". Autrement dit, une oeuvre ne reflète pas la vie de son auteur et ne peut se juger à l'aune des qualités ou des défauts de son créateur. Sinon, Céline, collabo et antisémite, n'aurait commis que de la littérature exécrable et, inversement, l'autobiographie de soeur Emmanuelle pourrait être considérée comme un chef-d'oeuvre. Aussi, chercher aujourd'hui à percer les mystères de la création littéraire en triturant le matériau biographique revient un peu à s'obstiner à expliquer la création du monde grâce à la Bible et donc à opter pour une interprétation à priori simpliste. C'est pourtant le défi que relève de façon très convaincante le sociologue Bernard Lahire en s'attaquant à l'une des oeuvres les plus énigmatiques du XX° siècle, celle de Franz Kafka. [...] L'entreprise est monstrueusement ambitieuse et c'est ce qui la rend si stimulante. Il s'instaure même une forme de suspense au fil de ces 600 pages, car on ne peut s'empêcher de se demander si, au terme de son enquête, Lahire va effectivement réussir à "entrer dans la chair même du texte" de Kafka, tant cela paraît une gageure, voire une provocation: un sociologue peut-il vraiment éclairer d'un jour nouveau une oeuvre déjà surdisséquée par d'innombrables spécialistes de la littérature ? [...] Le formidable travail d'élucidation de Bernard Lahire renouvelle en profondeur la connaissance d'un auteur dont on croyait tout savoir ou presque. »
LES INROCKUPTIBLES

« Une sociologie de la création littéraire: l'expression peut sembler paradoxale. Comment rendre compte de la singularité d'un écrivain selon une méthode accoutumée par définition à s'en tenir au plus au niveau de généralité ? C'est pourtant là que s'engage Bernard Lahire pour nous proposer une lecture attachante de Kafka, qui refuse, contre Bourdieu, de réduire l'auteur à sa position dans le champs littéraire et de traiter son oeuvre comme une pure et simple réponse à des concurrents impliqués dans le même jeu que lui. »
LE SOIR

« Bernard Lahire nous montre qu'il a non seulement lu tout Kafka, dans les moindres détails, mais aussi la plupart de ceux qui se sont intéressés à lui. Il joue du plan large et du zoom. Il examine Prague, l'époque et les oeuvres, les lectures et les influences; il utilise tout ce qui est à sa disposition, des éléments biographiques à l'histoire politique, culturelle ou religieuse, pour cerner cette silhouette droite au chapeau rond puisque "la vérité du texte n'est pas toute entière dans le texte". Dans cet ouvrage époustouflant par la quantité de savoir accumulée, l'auteur de "La Métamorphose" est en quelque sorte désacralisé, tout en ne perdant rien de la fascination qu'il exerce. [...] Le livre refermé, on se souvient que, quand on démonte une horloge, il arrive souvent que l'on trouve des pièces en trop au moment de la remonter. C'est pareil avec les écrivains décortiqués. A la fin, on ne sait jamais où va l'élément manquant pour que cela fonctionne; dans le cas de Franz Kafka, cela s'appelle le génie... »
LE NOUVEL OBSERVATEUR

« A chacun son idéal-type. Pierre Bourdieu, dans Les Règles de l’art, avait choisi Gustave Flaubert, un écrivain bourgeois (rentier, ne se laissant pas distraire par de quelconques tiraillements économiques ou matériels), jouant pleinement son rôle dans, par et pour le seul champ littéraire. Bernard Lahire, lui, se livre à une acrobatie de haut vol avec Franz Kafka, un auteur réputé socialement mystérieux, de grande obscurité et à l’univers fantasmagorique difficilement interprétable. Une galère conceptuelle. Ici, il tente une "biographie sociologique" de l’auteur insaisissable du Procès. Qu’est-ce à dire?? Le sociologue a cherché à rompre avec le compartimentage des disciplines, soit celle de l’expertise littéraire qui s’interdit, depuis le structuralisme, de traiter d’une œuvre en lien avec son auteur, soit celle des sociologues qui eux se défendent de pénétrer dans le texte et cantonne l’écrivain au strict champ littéraire. Or, le pari de B. Lahire est justement d’expliquer les pulsions créatrices de Kafka par la sociologie. Certes, l’auteur intègre à l’occasion quelques outils de l’histoire, de l’anthropologie, de la psychanalyse, mais en tenant fermement le cap de sa propre discipline. Cercle concentrique après cercle concentrique, la biographie proposée par B. Lahire articule de nombreuses dimensions de la socialisation d’un créateur singulier. »
SCIENCES HUMAINES

« Qu'on soit d'accord ou non avec Bernard Lahire, il faut reconnaître que son approche sociologique de Kafka est documentée, fouillée, claire (même pour un non initié en sociologie), et constitue véritablement un défi, tant l'écrivain tchèque a donné du fil à retordre à bien des interprètes de toutes obédiences. Défi d'autant plus grand pour un sociologue que Bernard Lahire ne se contente pas d'étudier ce qu'il appelle "la fabrique sociale de Kafka", mais aussi et surtout sa "fabrique littéraire", soit le contenu et la forme de ses écrits, en entrant "dans la chair même du texte". Contre les approches formalistes, le sociologue défend un retour dépoussiéré à l'auteur, considérant qu'"on ne voit pas comment le texte pourrait jaillir miraculeusement de la plume d'un auteur sans rapport avec ce qu'il a vécu". Le livre s'attache donc à décrire minutieusement la "biographie sociologique" de Kafka et à en dégager les grandes problématiques existentielles : les rapports ambivalents père-fils, les liens complexes de Kafka avec les femmes et le mariage, les contradictions entre sa vie professionnelle et la solitude indispensable à sa vocation littéraire, sa perception des rapports de domination... Et montre dans le détail comment ces problématiques se trouvent transposées, projetées, mises en intrigues, dans ses écrits. Les interprétations de Bernard Lahire s'avèrent souvent stimulantes, éclairantes, et prêteront sûrement à controverse (tant mieux!). »
LIVRE ET LIRE

« Dans la perspective, non d'une lecture neuve, mais d'une possibilité d'infini renouvellement de la lecture de Kafka, voici un ouvrage exemplaire. Je lis en ce moment, transi, un monument réputé illisible et qui se dévore : L'Idiot de la famille (Flaubert par Sartre). Le Franz Kafka de Bernard Lahire s'inscrit, mais dans une problématique sociologique et non historique dans cette tradition des livres qui font date dans l'obsession monographique. Kafka, chez Lahire 'est enfin rendue à sa vraie liberté: il ne s'agit plus de l'enfermer dans une analyse définitive, de le figer dans une interprétation (qu'elle soit métaphysique, talmudique ou prospective), mais de montrer comment le génie de Kafka est précisément de générer une réflexion sur la création littéraire et son potentiel interprétatif: ce qui entre dans une oeuvre, c'est du macroscopique rapetissé et, à l'inverse et simultanément, du microscopique exagéré. [...] C'est une méta-biographie de Kafka, une méta-monographie de son oeuvre, qui, avouons-le, constitue à ce jour, n'en déplaise à ses exégètes renvoyés ici poliment à leurs brumes, la meilleure étude jamais publiée sur l'auteur du Château. »
LE FIGARO LITTÉRAIRE

PRESSE

 

Avec sa biographie sociologique de Franz Kafka, Bernard Lahire approfondit une démarche de plus de quinze ans : entrer dans la complexité sociale qui fait la singularité des individus.

05/02/2010 - Sciences humaines

 

Table des matières

Dédicace et remerciements
Prologue
I / Éléments pour une théorie de la création littéraire
1. L’enfermement dans le champ

Un champ sans habitus : le cas Heidegger
Les limites étroites du champ et l’oubli du hors-champ
Dérives structuralistes de la théorie des champs
Le champ contre la biographie : le cas Flaubert
Que fait Sartre ? - Que fait Bourdieu ?
2. L’enfermement dans le texte
Remarques sur l’influence littéraire et l’intertextualité
L’éthique et l’expérience autant que l’esthétique
3. Étude de cas et biographie sociologique
Construire théoriquement un cas singulier
Une étude de cas dictée par l’objectif de connaissance
Un cas relié et structuré : pour une biographie sociologique
Mettre en relation biographie sociologique et œuvre
Une problématique existentielle transposée
De la spécificité du domaine d’expression littéraire
Personnalisation des œuvres et méthode biographique
Quelques principes méthodologiques
II / La fabrique de Franz Kafka
4. Prague 1880-1924

Pas de texte sans contexte
Classes, nations, langues et religions
Les Juifs germanophones
Philosophes, journalistes, artistes et écrivains praguois
Le rapport de Kafka aux langues et au judaïsme
5. Expériences socialisatrices
Le monde primitif : Kafka saisi dans sa configuration familiale
Branches paternelles et maternelles - Les mauvaises conditions d’héritage - L’héritier refusant l’héritage - Comparaison avec les oncles maternels
Expériences scolaires
La littérature, le bureau et l’usine : une « existence double et terrible »
Solitude
Kafka et les femmes
Felice Bauer : la première tentative de mariage - Julie Wohryzek, Milena Jesenska et Dora Diamant - Sexualité(s) - Des amours de papier - Le mariage : un combat de soi contre soi
Les malheurs du célibataire
Souvenir du chemin de fer de Kalda (août 1914) - Un célibataire entre deux âges (février 1915) - Communication à une académie (avril 1917)
6. Lettre à son père : un exercice de réflexivité
Les conditions historiques de mises en exergue du conflit père-fils
Un père méritant et des enfants jamais à sa hauteur
Le père et le fils, le positif et le négatif
Un héritage sans héritier
Une méthode d’éducation… et d’humiliation
L’attente inquiète de la menace imminente
Le père comme obstacle
La dépendance au père jusque dans les tentatives d’indépendance
Des moyens de résistance
Le rôle de la mère
Des persécuteurs aimants
7. Mises en scène littéraires des rapports père-fils
Le Verdict (22-23 septembre 1912) - La Métamorphose (1912) - Le Souci du père de famille (1917) - Le Couple [Une scène de famille](fin automne 1922)
III /In litteris veritas
8. Jeu littéraire, style et procédés de fabrication littéraire
Kafka dans le jeu littéraire
Un style ascétique : nourriture, sport, habitat, argent et littérature
La fabrique littéraire de Kafka
Une littérature désingularisée - Jouer avec des images
9. À quoi sert l’écriture littéraire ?
Précision de l’écrit
Observation, description, connaissance et transformation de soi
Plongée dans les bas-fonds pestilentiels et expulsion des saletés
Libérer les puissances obscures et combattre ses démons
De l’art comme moyen d’atteindre une vérité
Une mission : le réveilleur de conscience
Bond hors du rang des meurtriers
Kafka, l’institution littéraire et la sociologie
Histoires de littérature
Le Maître d’école de village [La Taupe géante] (fin décembre 1914-janvier 1915) - Un jeune étudiant ambitieux (début 1915) - Première souffrance (fin 1921-mi-1922) - Les Recherches d’un chien (second semestre 1922) - Un artiste de la faim (1922) - Dans notre synagogue (1922) - Le Terrier (hiver 1923-1924) - Joséphine la cantatrice ou le peuple des souris (mars 1924)
10. Kafka lecteur : les expériences au travail
Biographies, auto-biographies, journaux et correspondances
Des goûts littéraires
Gustave Flaubert : L’Éducation sentimentale - Heinrich von Kleist : frère de condition - Franz Grillparzer : Le Pauvre Ménétrier- Soren Kierkegaard : l’impossibilité du mariage et le sentiment de culpabilité - August Strindberg : les désajustements - Thomas Mann : Tonio Kröger - Robert Walser : L’Institut Benjamenta - Franz Werfel : de l’admiration à la colère - Bozena Nemcova : Grand-mère
IV / Domination et point de vue des dominés
11. Structure psychique clivée et sentiment d’infériorité

Auto-dépréciation, indécision, peur et sentiment de culpabilité
Combat intérieur, déchirement, dédoublement ou entre-deux
Les luttes de soi contre soi : mises en scène littéraires
Description d’un combat (1903-1910) - Conversation avec l’homme en prière (Description d’un combat, 1906) - Mes deux mains commencèrent la lutte (avril 1917) - Une petite femme (fin 1923)
La maladie spirituelle comme issue au combat intérieur
Le « parti du personnel »
Des moments de maîtrise
12. Le désenchantement du pouvoir
La contribution du dominé au maintien de sa condition
La servitude involontaire
L’Amérique ou L’Oublié (1912-1914) :Les personnages ; Le soutier : le travailleur d’en bas et le déficit rhétorique ; L’oncle milliardaire ; De la chute au métier de groom et du métier de groom à la chute ; L’état de domesticité ; Le Monde enchanté du théâtre d’Oklahoma - À la colonie pénitentiaire (octobre 1914) - Le Procès (1914) - Lors de la construction de la muraille de Chine (mars 1917) - La Requête (automne 1920) - Le Château (1922) : Histoire et personnages ; Une lutte pour la reconnaissance ; L’examen du pouvoir ; L’arpenteur-écrivain ; La figure de l’étranger ; Le désenchantement ; Pouvoir de vie et de mort
Épilogue : Formes, Propos, Interprétations
La forme et ce que peut en dire la sociologie
Ce dont Kafka nous parle
Lecture créatrice et lecture historique
Bibliographie
Liste des textes littéraires étudiés par ordre chronologique d’écriture
Liste des matériaux biographiques étudiés
Index des noms d’auteurs
Index thématique et conceptuel

Droits étrangers

KAFKA


Bernard Lahire has set himself to study a monument of literary history : Considered as one of the world's greatest writers of the Avant-Garde, Franz Kafka has left us a often enigmatic and formally inventive work. Showing what sociology is capable of on such a difficult subject posed a real scientific challenge. Using the tools of sociological biography, Bernard Lahire proceeds to show why Franz Kafka wrote as he did, examining the social fabrication of the author of \"Trial\", from primal family experiences to later-life trials.


Bernard Lahire is a lecturer in sociology at École normale supérieure Lettres et Sciences humaines and the director of the Groupe de recherche sur la socialisation (CNRS). Amongst his books : L’Homme pluriel (Nathan, 1998), L’Invention de l'’« illettrisme » (La Découverte, 1999, 2005), La Culture des individus (La Découverte, 2004, 2006) and LaCondition littéraire (La Découverte, 2006, 2010).


Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com