Engagements adolescents en guerres mondiales

REVUE LE MOUVEMENT SOCIAL

Le premier enjeu de ce numéro est de revenir sur une évidence historique : la présence d’enfants ou, plutôt, de très jeunes gens sur les champs de bataille est loin d’être une spécificité de notre temps, a fortiori du continent africain. Sans remonter jusqu’aux Spartiates ou aux pages médiévaux, dans un raccourci chronologique qui confinerait à l’anachronisme, l’ère contemporaine offre de nombreux exemples d’engagement de très jeunes gens dans des conflits armés. Des écoles d’enfants de troupes ou d’élèves-marins existent, à partir du XIXe siècle, dans la plupart des pays occidentaux.
Les articles réunis dans ce numéro s’attachent davantage aux engagements illicites, c’est-à-dire ceux qui sont contractés en marge des formes légales de mobilisation, voire à l’encontre des instructions explicites des états-majors.
L’enjeu de ce dossier est d’étudier, à travers des exemples variés, une réflexion commune, l’impact des guerres mondiales sur les adolescents et sur les représentations que les acteurs sociaux en ont.

Version papier : 16 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Revue Le Mouvement social n°261
Parution : avril 2018
ISBN : 9782707197924
Nb de pages : 136
Dimensions : 155 * 235 mm

REVUE LE MOUVEMENT SOCIAL

Revue trimestrielle fondée par Jean Maitron en 1960, puis dirigée de 1971 à 1982 par Madeleine Rebérioux, Le Mouvement social est publié par l’association du même nom, avec le concours du CNRS et avec la collaboration du Centre d’histoire sociale du XXe siècle (ex-Centre de recherche historique des mouvements sociaux et du syndicalisme de l’université Paris-I-CRHMSS), et diffusé avec le concours du Centre national du livre.
Le Mouvement Social rend compte des développements récents de l’histoire sociale : à l’histoire des engagements collectifs et des organisations professionnelles, qui constituait à l’origine sa raison d’être et qui demeure l’un de ses principaux centres d’intérêt, s’ajoutent d’autres approches d’histoire sociale et d’autres champs d’étude : l’histoire du travail et de l’économie, l’histoire sociale du politique et de l’État, l’histoire culturelle et des imaginaires sociaux, celle des rapports de genre, celle, aussi, de l’immigration et de toutes les formes de mobilité. La revue embrasse l’époque contemporaine dans toute son ampleur, des premières années du XIXe siècle au début du XXIe siècle.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites