Dé-penser l'économique
Contre le fatalisme

Alain CAILLÉ

La fatalité revêt aujourd’hui les traits de la nécessité économique : nous n’aurions plus d’autre choix que de nous y soumettre. Comment échapper à ce destin funeste ? En critiquant le discours économique dominant, assurément. Mais si ce discours triomphe partout, n’est-ce pas que sa critique a échoué ? Il lui a manqué, en définitive, de ne pas assez rompre avec les postulats fondateurs de la vision économique du monde : la certitude que l’être humain est d’abord un Homo œconomicus ; la croyance à la clôture de l’ordre économique sur lui-même ; la foi dans la visée d’une science économique. D’où ces multiples projets, toujours avortés, de créer une « autre éco-nomie », plus rationnelle ou plus humaine, ou d’édifier une autre science économique, plus scientifique. Or, viser une « autre économie », c’est encore accréditer l’idée que l’essentiel serait d’ordre économique. Aspirer à une « autre science économique », c’est encore croire en la science des économistes et contribuer à sa consolidation. Plutôt que d’élaborer des alternatives aussi fracassantes que décevantes, Alain Caillé se propose donc ici d’apprendre à « dé-penser » l’économique, en le soustrayant au monopole des économistes pour le placer sous les regards croisés de l’anthropologie, de l’histoire, de la philosophie et de la sociologie. Au bout du compte, l’économique se trouve ainsi replacé dans la perspective du politique. Que gagne-t-on à ce déplacement du regard, à la fois modeste et ambitieux ? Rien, diront sans doute certains. Le principal, penseront peut-être quelques autres…

Version papier : 23,40 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Recherches / M.A.U.S.S.
Coédition : La Découverte/M.A.U.S.S.
Parution : mars 2005
ISBN : 9782707145185
Nb de pages : 320
Dimensions : 135 * 220 mm
Façonnage : Broché

Alain CAILLÉ

Alain CAILLÉ

Alain Caillé, professeur émérite de sociologie à l’université Paris-Ouest-La Défense, est le fondateur et directeur de La Revue du MAUSS (Mouvement anti-utilitariste en sciences sociales). Il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont, à la Découverte, La Quête de reconnaissance. Nouveau phénomène social total (2006), Anthropologie du don. Le tiers paradigme (Poche, 2007), ou encore Théorie anti-utilitariste de l’action (2009) ; et, aux éditions Le Bord de l’eau, Pour un manifeste du convivialisme (2011).

Extraits presse

« Dé-penser l'économique mobilise l'histoire européenne, l'anthropologie, la sociologie et la philosophie politique pour déboulonner l'impérialisme de la science économique, et démontre avec clarté que l'Homo Economicus n'est qu'un postulat sans valeur scientifique. Voilà un livre qui fera date, dans la lignée d'un Pierre Chaunu ou d'un Fernand Braudel. »
RÉSUMÉS

« Recueil actualisé de conférences et articles écrits depuis vingt-cinq ans, l'ouvrage d'Alain Caillé [...] est une excellente introduction aux différentes thèses théoriques et politiques du Mouvement anti-utilitariste dans les sciences sociales (MAUSS) qu'il anime depuis ses origines. »
L'HUMANITE

« Ce qui manque à la critique, c'est de ne pas être remontée jusqu'aux racines de ce qu'elle prétend contester. Parler de "mondialisation alternative", "d'économie solidaire", de "développement durable", c'est encore rester dans le cadre de l'économie, et donc se condamner à manquer sa cible. Plutôt que de rechercher une solution à partir de ce qui constitue le problème, il faut donc "dé-penser" l'économique -"élaborer une vision non-économiciste de l'économie". C'est ce à quoi s'emploie l'auteur dans ce recueil de textes, dont le lecteur ne manquera pas d'apprécier la précision, le sens pédagogique et la clarté. »
ÉLÉMENTS

PRESSE

 

Table des matières

Introduction : à contre-destin - Insuffisances de la critique héritée de l’économique - Contre le naturalisme économique - Qu’il n’y a pas de tout-autre ou tout-ailleurs de l’économique - Voie du milieu versus révolutions imaginaires - En guise de prologue : bonheur, richesse et utilité. L'argent fait-il le bonheur ? - Une trajectoire de pensée - Du triomphe intellectuel de l’économisme… - … Au mégacapitalisme - De l’utilitarisme - Qu’opposer à l’utilitarisme ? - De l’obligation de donner, recevoir et rendre - Naissance de l’utilitarisme et de l’économisme - Bonheur profane et bonheur céleste - De la religion à l’économie - Le produit national brut est-il le bonheur national brut ? - Deux représentations du sujet humain - Richesse et gratuité - Des sources du bonheur et de la richesse - I / Hier, ailleurs -1. La rareté reconsidérée - Son apparante évidence - La liquidation ethnologique de l’évidence - 2. Le don contre le marché - L’échange symbolique : rappels en forme de typologie rapide - L’échange symbolique contre l’accumulation -L’échange symbolique contre l’utilité - L’échange symbolique contre l’équivalence - Quand le marché naît-il ? - 3. Naissance du marché (I). Une critique de Fernand Braudel - Des choix méthodologiques et théoriques discutables - Empires-mondes et économie-monde - Une conception trichotomique de l’économie - Objections empiriques - Un marché moins omniprésent qu’il n’y paraît - Des prix qui ne sont pas des prix de marché - Objections empirico-théoriques -Comment penser l’existence du marché ? - Commerce d'aventure, commerce administré et commerce de marché -4. Naissance du marché (II). Marché et capitalisme - Objections théoriques - Un évolutionnisme discret - La question de la monnaie - Pourquoi le capitalisme n’est-il pas universel ? - L’ambiguïté de Marx et la notion de petite production marchande - Inconcevabilité d’un marché sans capital - Échange cérémoniel, échange traditionnel et échange marchand - Le marché comme corollaire de l’égalisation des conditions - 5. Naissance du marché (III). Marché et démocratie - Thèse 1 : Le marché est d’origine récente - Thèse 2 : Le marché est d’origine immémoriale - Thèse 3 : Le marché est d’origine récente et immémoriale - Les liens de la démocratie et du marché - De quelques implications - II / Considérations intermédiaires Introduction : Quelques limites de la nouvelle sociologie économique - 6. De l'idée de contrat - Vers une contractualité généralisée ? - La nouvelle norme contractuelle - De l’indétermination relative de l’idée de contrat - Le halo sémantique du contrat et son flou - Les pôles du contrat - Le paradoxe du contrat - Quelques leçons des sauvages - Le contrat comme don inversé (et inversement) - 7. Esquisse d'une analytique du don - Les modalités élémentaires du don élémentaire - La structure développée du don - L’inverse du don : le don négatif - Le contraire du don -8. Monnaie des sauvages et monnaie des modernes - Au-delà des évidences - Monnaie monofonctionnelle et monnaie multifonctionnelle - Consubstantialité de la monnaie moderne et de la démocratie - 9. Embedded ou disembedded ? Contextualité et indépendance des ordres - Autonomie des ordres et/ou efficace du contexte - Facteurs de la décontextualisation et de l’actualisation des ordres - Hypothèse Hayek versus hypothèse Polanyi - III / Ici et demain : au-delà de l’économique - Introduction : Que l'alternative à l'économie capitaliste ne peut pas être économique - 10. Incertitudes de l'économie solidaire - Unité et hétérogéneité des partisans de l’économie solidaire - L’unité en creux - L’hétérogénéité - 11. Les deux sens du concept d'économie et leur coalescence tendancielle - La définition formaliste dominante - L’économique substantiel - La question de la matérialité - Deux conceptions de l’utilité - 12. Esquisse d'un concept synthétique de l'économie - Thèse 1. La définition de l'activité économique Commentaires, implications et corollaires - Thèse 2. La dissolution contemporaine de l'économique substantiel et formel - Commentaires, implications et corollaires - Thèse 3. Ne pas confondre l’économique et ses modes d’institution - Commentaires, implications et corollaires - Brève conclusion sur l’économie, l’économie solidaire et l’alteréconomie - 13. Sur l'idéal du développement durable - Un débat ancien - L’idéal du développement durable dans les limites de la simple raison économique - Les prix, mesure de toute chose ? - Le hiatus entre utilité individuelle et utilité collective - Comment résorber ce hiatus ? Incomplétude du marché généralisé - Y a-t-il des alternatives économiques ? - Au-delà de l’économique - L’écologie au risque de l’idéologie - Les limites de la précaution face à l’incertitude radicale (métaphysique du temps) - 14. La question du développement durable comme question politique. Illimitation et irréversibilité - Du développement durable à la démocratie durable - Des divergences théoriques plus faibles qu’il n’y paraît Insuffisante mais nécessaire : la démocratie - (Re)construire des États durables - 15. Ambiguïté et impasse de la mondialisation - Est-elle bonne ? Est-elle mauvaise ?- Mondialisation versus internationalisation - Une nouvelle phase du capitalisme ? - Où la liquidation du politique génère le chaos - Droit-de-l’hommisme et empire du chaos - Persistance de l’échelle étatique nationale - L’instrumentalisation étatique de la mondialisation - Le déclin du public et la limitationdes marges de jeu étatiques - 16. Quelle autre mondialisation ? - L’illusoire dépérissement des États - Pour une Europe politique - La question de l’illimitation - Vers un nouveau décalogue ? - Conclusion.Un modèle à l'échelle humaine est-il encore possible ? - Que faire ? (I) Revenu minimum et revenu maximum - Que faire ? (II) Vers une Europe politique effective. Bibliographie - Textes originels.

Droits étrangers

UN-THINKING ECONOMICS


Nowadays, economic necessity seems to holds us inexorably bound. Why has critical study of economical theory failed up to now ? Perhaps because of continued adherence to the idea that the human being is a \"homo oeconomicus\" above all else. Trying to devise an \"alternative economy\" is still lending weight to the idea that everything essential is economical. Alain Caillé suggests we should learn to un-think economics and study it through the looking glass of anthropology, history, philosophy and sociology.


Alain Caillé runs the journal MAUSS (Mouvement anti-utilitariste en sciences sociales), and is a lecturer in sociology at Paris X-Nanterre, where he is in charge of the study group SOPHI(A)POL (Sociology, (anthropology) and political philosophy). The author of numerous books and articles, he recently published Anthropologie du don. Le tiers paradigme (Desclée de Brouwer) ; Le bonheur et l’utile. Histoire raisonnée de la philosophie morale et politique (under the direction of A. Caillé, Ch. Lazzeri et M. Senellart ; La Découverte, 2001) ; Paix et démocratie (preface by B. Boutros-Ghali, Unesco, 2004).


Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com