Comment nous avons ruiné nos enfants

Patrick ARTUS, Marie-Paule VIRARD

Depuis les années 2000, les nouvelles générations sont plongées dans un grand désarroi et leur soutien au système se délite progressivement : les jeunes de banlieues constatent qu’ils n’ont rien à en attendre, les étudiants que leurs diplômes ne leur garantissent pas l’emploi, les trentenaires que l’ascenseur social est en panne. Tout se passe comme si la France avait sacrifié sa jeunesse pour préserver coûte que coûte son « modèle social », lequel profite essentiellement aux baby boomers.
Dans ce livre incisif, Patrick Artus et Marie-Paule Virard montrent que depuis les années 1970, les politiques économiques menées en France n’ont pas préparé l’avenir. D’où le noir aujourd’hui : productivité déclinante et vieillissement démographique, permanence du chômage de masse, déséquilibres structurels des systèmes de protection sociale, repli de l’industrie dans la compétition internationale, argent public consacré au financement des priorités du passé dans un contexte de déficits et d’endettement élevés… La génération au pouvoir n’a-t-elle pas « ruiné » l’avenir de ses enfants ?
Les auteurs expliquent pourquoi le statu quo n’est plus possible face aux défis actuels — en particulier le « boom » économique chinois — et proposent des pistes de réflexion susceptibles de redonner espoir aux jeunes générations. Mais qui constituent aussi une interpellation difficile à ignorer pour les responsables politiques, de quelque bord qu’ils soient.

Version papier : 7,20 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : La Découverte Poche / Essais n°275
Parution : février 2008
ISBN : 9782707153807
Nb de pages : 168
Dimensions : 125 * 190 mm
Façonnage : Broché

Patrick ARTUS

Patrick ARTUS

Patrick Artus est directeur de la recherche de Natexis, professeur à l'École polytechnique et professeur associé à l'université Paris-I-Panthéon-Sorbonne. Il a publié, avec Marie-Paule Virard, à La Découverte, deux livres à succès : Le Capitalisme est train de s'autodétruire (2005) et Comment nous avons ruiné nos enfants (2006).

Marie-Paule VIRARD

Marie-Paule VIRARD

Marie-Paule Virard, journaliste, a été rédactrice en chef du magazine Enjeux-Les Échos de 2003 à 2008. Elle a publié, avec Patrick Artus, à La Découverte deux livres à succès : Le Capitalisme est train de s'autodétruire (2005) et Comment nous avons ruiné nos enfants (2006).

Extraits presse

« ...Moins polémique, moins radical, l'approche de Patrick Artus et Marie-Paule Virard, part foncièrement d'un constat -recul de l'industrie, perte de productivité...- assez peu différent. À savoir que le staut quo et la politique de l'autruche mène au chaos (k.o), favorisé tout particulièrement par l'émergence violente et massive de la Chine et "l'implosion douce de la coopération européenne."
OUEST FRANCE

« L'écriture est carrée, les chiffres martèlent le raisonnement avec une efficacité redoutable. »
LES ECHOS

« Dans la pile des livres "la France va mal et c'est pas près de changer", prière d'ajouter le dérnier opus de Patrick Artus et Marie-Paule Virard. »
ALTERNATIVES ÉCONOMIQUES

« On pourrait croire que cet ouvrage au titre accrocheur (pas vraiment dans le genre de La Découverte !) sacrifie à l'un des deux feuilletons préférés des magazines, celui de la guerre des générations, avec la peopolisation de la politique (voir le succés de Sexus Politicus, un ouvrage qui n'apprend rien à personne !). Bien au contraire, ce livre témoigne d'une concision et d'une lucidité remarquable sans pour autant scrifier à l'expertise. »
ESPRIT

« Dans un livre décapant, Comment nous avons ruiné nos enfants (La Découverte), Patrick Artus et Marie-Paule Virard dressenr un constat sans indulgence de la politique économique des 30 dérnières années, qui a aboutit à la crise du CPE. »
L'EXPRESS

« ...l'alliance d'un des meilleurs économistes français (Ixis) et d'une journaliste économique solide et pédagogue, rédactrice en chef d' "Enjeux Les Echos" nous offre un livre éclairé et humaniste. »
L'USINE NOUVELLE

« Patrick Artus et Marie-Paule Virard tirent la sonnette d'alarme des politiques actuelles qui dessinent un avenir désespérant pour les jeunes prêts à entrer dans la vie active. Leurlivre, Comment nous avons ruiné nos enfants, est explicite. Pour les auteurs, les baby-boomers français ont cadenassé "leur" modèle social au point "d'enfanter" des baby-loosers. Dur. »
LA TRIBUNE

« Comment le court terme des politiques menées depuis les années 1970 a conduit à une crise bien plus profonde qu'on ne le dit. C'est ce que démontre ce livre décapant dont le titre résume bien le propos des auteurs. »
LE PARISIEN

« Anxieux s'abstenir ! L'ouvrage de l'économiste Patrick Artus et Marie-Paule Virard s'ouvre sur ce que les deux auteurs appellent le cauchemar de 2030. »
LE MONDE

« La génération des babys-boomers - dont fait partie nos auteurs - est à l'âge des bilans. »
PAGE

« Pour le directeur de la recherche et des études d'Ixis Corporate & Investment Bank (Patrick Artus), la France n'a pas su accompagner sa jeunesse vers l'emploi. Et le paie aujourd'hui au prix fort. »
COURRIER CADRES

« ... les auteurs dépassent le lamento pour suggérer des solutions. »
LIRE

« L'interêt de ce petit ouvrage est, outre sa facilité de lecture fruit de l'association du professeur et de la journaliste, les quelques propositions égrénées au fil des pages...»
PROJET

« Contre les égoïsmes, un plaidoyer pour l'action collective. »
LA CROIX

« Si la France ne se ressaisit pas, les générations à venir devront payer la note du train de vies de leurs ainés. Mais tout espoir n'est cependant pas aboli. Patrick Artus et Marie-Paule Virard, qui tirent la sonnette d'alarme, proposent aussi des solutions. [...] Pour les auteurs, il appartient à l'Etat de soutenir à la fois la formation et le revenu des personnes à qui la mondialisation a coûté leur emploi. Un programme aussi urgent qu'ambitieux. »
ENTREPRISE ET CARRIERES

« La question de la solvabilité du déficit public français trouve aujourd'hui sa place dans le débat public. Parmi les différents ouvragesqui l'abordent, celui-ci présente l'avantage, d'une approche factuelle et documentée, qui n'empêche pas un certain sens de la dérision, mais évite de céder à un catastrophisme paralysant. »
ETUDES

« Un constat c'est bien, des solutions c'est bien mieux... Les "papys boomers" ne seraient-ils en définitive que des jouisseurs égoïstes ayant privilégié leur bien-être au détriment de l'avenir de leurs enfants ? C'est ce que l'on est tenté de croire à la lecture de cet ouvrage, à la limite du pamphlet dans son réquisitoire contre les politiques mlenés pour tenter de préserver le "modéle social" français dans une société qui ne pourrait plus se payer ce luxe. La génération née au sortir de la guerre est ainsi accusée d'être responsable de tout les maux sociaux et économiques de la France de ce début de XXI°siècle. »
SYNDICALISME HEBDO

« Les mouvements sociaux de 2005 et 2006 ont revélé une crise profonde: les jeunes de banlieue ont fait le constat qu'ils n'ont rien à attendre, les étudiants que leurs diplômes ne leurs garantissent pas l'emploi, les trentenaires que l'ascenceur social est en panne. Tout se passe comme si la France avait sacrifié sa jeunesse pour préserver coûte que coûte son "modèle social", lequel profite essentiellement aux babys-boomers. Comment en est-on arrivé là ? C'est à cette question que répondent Patrick Artus et Marie-Paule Virard. [...] Les auteurs montrent pourquoi le statu quo n'est plus possible et ils proposent des pistes de réflexion susceptibles de redonner espoir aux jeunes générations. Mais qui constituent aussi une interpellation difficile à ignorer pour les responsables politiques, de quelque bord qu'ils soient. »
LA TRIBUNE

« La France risque d'arriver en 2030 dans un piètre état. C'est la thèse de l'ouvrage quePatrick Artus a cosigné avec Marie-Paule Virard, et qui a remporté hier le prix des lecteurs du livre d'économie organisé par le Sénat. »
LE JOURNAL DU DIMANCHE

« Une enquête qui n'épargne personne, mais qui ne se contente pas du registre de la dénonciation. Les deux auteurs dressent aussi une série de propositions ambitieuses qu'aucun candidat à la presidentielle ne devrait ignorer... »
LE POINT

PRESSE

 

Table des matières

Prologue. Le cauchemar de 2030 - 1. Le temps des autruches - 1975 : la relance budgétaire, le classique des classiques - Été 1981 : les grandes vacances de la dépense publique - 1987-1992 : l'investissement première victime de l'Europe - 1998 : ils n'ont rien appris ! - Pauvres ménages ! - Le piège de la richesse comme source de croissance - 2. Bienvenue dans un monde de vieux ! - En 2050, la planète comptera 600 millions de « vieux » de plus qu'aujourd'hui - Capitalisation versus répartition : le vrai faux débat - La guerre des âges aura-t-elle lieu ? - Des contraintes complexes - Travailler plus, travailler mieux - 3. Le sacrifice des baby losers - Un étudiant sur deux quitte la fac sans diplôme - Le « déclassement » est au programme - Quand l'étudiant français « vaut » deux fois moins que l'américain... - Le « supérieur » du supérieur, clé de la croissance - Les jeunes ne veulent plus jouer les variables d'ajustement - 4. Quand la Chine nous réveillera... - 1,4 milliard de Chinois et nous, et nous, et nous... - En Chine, la rareté n'existe pas - L'inertie de l'outil industriel est mortelle - Les Français ne savent pas aller chercher la croissance là où elle est - Le salut passe par la créativité et l'innovation produit - 5. Quand l'Europe devient un handicap - Une Europe réduite aux acquêts monétaires et financiers - Le retour du « patriotisme économique » national - Une concurrence fiscale autodestructrice - Quand l'Allemagne joue contre l'Europe - 6. De la fragilité du monde - La machine à liquidités tourne à plein régime - L'accord de change fixe États-Unis/Chine au coeur du système - La bombe à retardement de l'endettement - Et si les pays émergents faiseint une OPA sur le capitalisme occidental ? - Un prix du pétrole multiplié par quatre en dix ans - Un sous-investissement inquiétant - 7. Vous avez dit rupture (s) ? - Une faiblesse de la croissance potentielle inquiétante - Mettre l'argent public au service de la croissance - Le « programme national de réformes »... à l'espagnole - « Libérer » le capital humain - Investir massivement sur les PME - Prendre soin des perdants de la mondialisation - Conclusion.