La Découverte Live
Twitter
Youtube
Facebook
Catalogue / Histoire contemporaine / Clinique de l'écriture     
Version numérique

Clinique de l'écriture

Philippe ARTIÈRES

présentation
infos techniques
auteur
table des matières


Imprimer la fiche

 

De 1850 à 1914, les médecins constituent l’écriture des déviants en objet de vérité. En lisant les écritures ordinaires, ils découvrent des objets inquiétants : des écrits échappent à leur grille de lecture, des signes graphiques semblent témoigner du caractère anormal de leur scripteur et enfin des gestes graphiques révèlent des pathologies inconnues.
On entreprend donc de décrypter les écrits des déviants pour identifier leurs caractéristiques. On tente de repérer des signes indiquant le degré de normalité du scripteur. On observe le geste graphique afin d’isoler des pathologies propres au mécanisme de l’écriture. Enfin, devant l’engouement pour la graphologie, la médecine s’efforce de clarifier les grilles qu’elle utilise.
Les médecins font ainsi entrer l’écriture au laboratoire. Ce savoir induit plusieurs modifications dans la société du tournant du siècle : l’expertise est repensée, l’enseignement de l’écriture est renouvelé et sa pratique professionnelle modifiée.
Utilisant les outils inventés par Michel Foucault, cet essai montre précisément comment la médecine s’est saisie de l’écriture pour opérer un nouveau partage entre le bien et le mal, le vrai et le faux, le naturel et l’artificiel, le normal et le pathologique.

Préface
Introduction. L’écriture à fleur de peau
1. L’écrit, discours de l’absent
2. Le signe graphique, miroir de l’anormalité
3. L’écriture, prose du corps
4. L’acte graphique soumis à l’expérience
5. L’écriture à l’épreuve de la technique
6. La rationalisation de la lecture du signe graphique
7. L’expertise en écriture repensée
8. L’enseignement de l’écriture renouvelé
9. La limitation de l’hégémonie graphique
Conclusion. La fin d’un regard

WRITING CLINIC
A History of the Medical Examination of Writing

From 1850 to 1914, doctors established the writing of deviants as an object of truth. How did the field of medicine attempt to discern the pathological in writing ? What experimental methods did it develop ? What were the numerous social consequences of this \"writing clinic\" ? Inspired by Foucault's work, this essay, which was initially published in 1998 and is now reedited, shows how and why medicine seized upon writing in order to create a new division between good and evil, truth and falsehood, the natural and the artificial, normal and pathological.


Philippe Artières is director of research at CNRS and a former resident at the prestigious Villa Medici in Rome (2011-2012). He is notably publication director and co-author of 68, une histoire collective (68, A Collective History) (La Découverte, 2008), and the author of La police de l’écriture (The Writing Police) (2012).


Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com
 
 
Mentions légales - Plan du site - Crédits - Éditions La Découverte, 2017