Bienvenue à Hénin-Beaumont
Reportage sur un laboratoire du Front national

Haydée SABERAN

Sous l’oeil des caméras, Hénin-Beaumont, au cœur du Pas-de-Calais, est devenu un symbole. Symbole de la désindustrialisation, tant ce territoire a été affecté par la crise du secteur minier et par des délocalisations qui, à l’image de Metaleurop en 2003 et de Samsonite en 2006, ont durablement marqué les esprits. Symbole de la faillite d’un Parti socialiste qui, jadis triomphant dans la région, est aujourd’hui embourbé dans les affaires judiciaires. Symbole de la progression électorale du Front national, au point que sa présidente, Marine Le Pen, tente depuis plusieurs années de faire de cette commune de 27 000 habitants son « fief ».
Et d’élections, il en est beaucoup question à Hénin-Beaumont. Deux ans après le médiatique « duel Mélenchon-Le Pen » aux législatives de 2012, le dirigeant local du parti d’extrême droite, Steeve Briois, brigue la mairie en mettant en avant des slogans qui brouillent les lignes idéologiques traditionnelles. Après avoir fait de la ville le laboratoire de sa reconversion « sociale », le FN en fera-t-il la vitrine de sa gestion municipale ?
En se faufilant dans les usines, les cafés et les rayons des grandes surfaces, en nous accompagnant dans les familles, les salles de bal et les coulisses du conseil municipal, Haydée Sabéran redonne la parole aux habitants de la ville, trop rarement écoutés. Et raconte avec subtilité une histoire plus singulière qu’on ne pourrait l’imaginer.

Version papier : 15 €
Version numérique : 9,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Cahiers libres
Parution : février 2014
ISBN : 9782707177858
Nb de pages : 180
Dimensions : 135 * 220 mm
ISBN numérique : 9782707182333
Format : EPUB

Haydée SABERAN

Haydée Sabéran, journaliste, est la correspondante de Libération à Lille. Elle est l’auteure de Ceux qui passent (Carnets Nord/Montparnasse, Paris, 2012).

Extraits presse

Depuis quelques semaines, le grand Barnum médiatique est de retour à Hénin-Beaumont avec ses cohortes d’hommes pressés plantant qui un micro, qui une caméra devant des Héninois réduits au rang de rat de laboratoire. De ce fameux laboratoire FN dont la presse du monde entier aimerait comprendre pourquoi il s’acclimate si bien à l’air héninois… Face à ces confrères qui ne font que passer et répéter les mêmes clichés, il y a la méthode Haydée. Correspondante de Libération dans le Nord-Pas-de-Calais, Haydée Saberan a choisi le mode de l’immersion pour comprendre in situ ce qui explique ce vote héninois. L’air d’Hénin, elle l’a emprisonné dans Bienvenue à Hénin-Beaumont, fruit de cette passionnante enquête.

24/02/2014 - Pascal Wallart - La Voix du Nord

 

C’est une monographie précise et utile, un reportage fouillé et haletant. Haydée Sabéran, correspondante de Libération, embarque ses lecteurs à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), où «amis, famille, tout le monde connaît quelqu’un qui a déjà voté FN». Elle s’attarde à la maison de quartier Maurice-Thorez, dans les rayons d’Auchan, dans les kebabs de la ville, au conseil municipal ou au sein de la permanence du Front national avec ceux qui se sentent «pestiférés» ou s’imaginent «en révoltés du Bounty». Elle prend le temps de faire parler longuement des dizaines d’habitants, un technicien de maintenance chez Renault, une gérante de friterie, un ancien ouvrier à Samsonite, usine fermée en 2007… «Si le vote FN ne s’avoue pas facilement, le parti d’extrême droite est devenu banal, omniprésent, tranquille», constate-t-elle. Grâce à ce travail minutieux et subtil, on comprend mieux les ressorts de la montée du Front national dans cette terre du Nord sinistrée, et la figure du frontiste Steeve Briois, qui, en lice pour la mairie, prospère sur la décomposition du paysage politique.

27/02/2014 - Libération

 

Il y a Hénin et Beaumont. Sans doute faut-il être de là-bas, comme Octave Nitkowski, qui signe Le Front national des villes & le Front national des champs, pour savoir que son plus important réservoir de voix, le FN l'a trouvé à Beaumont, la moitié la plus rurale (presque 63 % au second tour des législatives de 2012). Ou alors, il faut s'y être perdu plus d'une fois, comme la journaliste Haydée Sabéran, correspondante de Libération dans le Nord - Pas-de-Calais, qui fait part, au beau milieu de son passionnant récit, « Bienvenue à Hénin-Beaumont », de son désarroi devant la disparition des noms historiques des quartiers au profit de zones répertoriées comme « Sud », « Nord-Ouest », « Est »… [...] Plus que la nostalgie ou la honte, c'est la gêne le premier sentiment qui sourd des pages d'Haydée Saberan. Celle qu'éprouvent les habitants de Hénin-Beaumont à vivre sous la loupe des commentateurs politiques, sans cesse auscultés. Le malaise, aussi, ressenti du côté des électeurs FN. C'est le précieux enseignement du reportage. Allant à la rencontre des habitants, la journaliste saisit bel et bien une forme d'embarras - quelque chose de plus subtil que ne le laisse penser le terme de "dédiabolisation".

28/02/2014 - Julie Clarini - Le Monde des Livres

 

« Si le Front national ne réussit pas, je me reconvertis dans le communisme », lance Catherine à la correspondante de Libérationà Lille, auteure de ce livre. Catherine est l’ex-amie de Farid, délégué CGT (Confédération générale du travail) de Metaleurop. Haydée Sabéran décrit la lente érosion du Parti communiste, les errements d’un Parti socialiste tout-puissant et le travail de fourmi du candidat FN Steeve Briois, élu municipal depuis vingt ans, tandis que la thématique principale du parti d’extrême droite passait de l’immigration au social. Cette enquête montre néanmoins que la droite a fourni autant de troupes que la gauche au FN. Dans cette commune de vingt-sept mille habitants, ce dernier est devenu « banal, omniprésent, tranquille ».

01/05/2014 - Christophe Goby - Le Monde diplomatique

 

Vidéos


mercredi 12 mars 2014

Le Front national mis à nu par Mediapart


 

mercredi 26 février 2014

Haydée Sabéran: Bienvenue à Hénin-Beaumont par bassinmine


 

Table des matières

Avertissement
1. « Les révoltés du Bounty»
2. « Je vous présente le futur maire »

« L’avant-garde des Français »
« La politique, c’est vendre un idéal »
Un « enfant du pays »
Le « nouveau FN »
Grignoter à droite, à gauche
« Hénin-Beaumont, c’est l’avenir »
3. La conquête tranquille
Jouer la carte « Hénin-Beaumont »
« Moi, je suis un métèque »
« Elles sont toutes jalouses, alors je leur rends »
« Toute la ville est quadrillée »
« Vous pouvez m’avoir un autographe ? »
4. « Hénin, c’est mort »
« Auchan »
Une ville pour initiés
5. La nostalgie des communistes
« À partir de la barrière, c’était le Parti communiste »
« Le Front national, c’est la même haine qu’avant »
« Nous, c’est la gauche »
L’échec de Jean-Luc Mélenchon
6. Les socialistes et leur « cheptel »
« Oh, moi, je suis en CDD... »
« Vous prenez le bulletin François Hollande, vous allez dans l’isoloir... »
L’invention d’une tradition guesdiste
Sourdes batailles
7. La « descente en enfer »
Gérard Dalongeville et la « rose mafia »
« Payés pour bien voter »
Le maire arrêté
« Ce paillasson, il vaut cher »
Rendez-vous nocturne sur un parking
Faire le lit du FN
La guerre interne
Suites judiciaires
« Le raciste ou le magouilleur ? »
8. Jamais plus mineurs, mais toujours pas majeurs ?
« Si une place se libère... »
Mines, paternalisme et « remise de soi »
Dalongeville et le clientélisme municipal
« Une situation urgente »
9. L’autre Hénin-Beaumont
« Mon voisin, il est Arabe »
Un vote invisible
« Je leur ai rappelé que Lahoucine, il était Français »
« Moussa et Gonzalez, c’était la guerre des frites »
« Il y en a pas tant que ça, des fachos »
10. La fin des usines
« L’impression d’être un fainéant »
Quand l’emploi industriel s’évapore
Patrons voyous
« Quand je rêve, je rêve de Samsonite »
Marine Le Pen à l’usine
« Parler social »
« Ch’est tout minteux ». 109
« Vous travaillez pour un musée ? »
11. La confusion
« Mélenchon au premier tour, Le Pen au second »
« Certains, on leur accorde tout »
« Le Medef qui cherche à massacrer les travailleurs »
Amis, parents, voisins : le FN de proche en proche
« Affadissement »
12. « On est pestiféré »
« Avant, on riait »
« Ils la regardaient, ça lui faisait peur »
« On aura les balles perdues »
13. La gauche effondrée
Un maire dépassé
« Un filet pour compter les points »
« On vous verraà l’œuvre »
« Monsieur Dalongeville, vous avez été mal entouré »
« Binaisse, il serre pas la main »
« Sortir de cette idée des intérêts particuliers »
14. La vitrine d’un frontisme municipal ?
Se « dé-FN-iser » pour arriver au pouvoir
Une politique d’extrême droite en terre de gauche
« Vous prendrez bien un p’tit Rom ! »
« Une ville saine, propre, où les gens sont bien »
« Les trois I : impôt, immigration, insécurité »
« Associer l’école de musique pour les marches militaires »
Épilogue. « C’est ça qui bouffe le monde ».