Archéologie de la mort en France

Lola BONNABEL

L’archéologie de la mort, à la croisée des sciences humaines et sciences naturelles par ses méthodes, alimente les sciences sociales par ses résultats. Elle s’est développée à partir des années 1980 grâce à l’essor de l’archéologie préventive, qui a permis d’appliquer des méthodes d’analyse issues de la recherche fondamentale à des échelles de temps et d’espace démultipliées, ouvrant ainsi des champs de recherche renouvelés.
À travers une approche thématique et chronologique, Archéologie de la mort en France aborde la question du sens des gestes mortuaires. En effet, toutes les sociétés humaines ont dû affronter la mort de ses membres, les implications de leur disparition et le devenir de leurs cadavres. Le processus mortuaire se caractérise par une succession d’étapes significatives et de messages de la communauté et des proches du défunt. Ce qui va être déposé dans la tombe, l’architecture de celle-ci, sa mise en scène, ostentatoire ou discrète, sont des témoignages de la société, de son idéologie, de la place qu’y tenait le défunt et des pratiques de son groupe social. Le « monde des morts » n’est pas le reflet du monde des vivants, mais exprime le discours de ceux-ci, qui organisent une représentation, certainement idéalisée, de leur propre monde. L’archéologie permet d’aborder ces phénomènes avec une grande profondeur de champ.

Version papier : 23 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Archéologies de la France
Parution : mars 2012
ISBN : 9782707171481
Nb de pages : 176
Dimensions : 150 * 210 mm

Lola BONNABEL

Lola Bonnabel est archéo-anthropologue à l'Inrap. Elle a mis en place en Champagne-Ardenne une équipe d'archéologues spécialisée dans la fouille et l'étude de structures comprenant des restes humains. Elle coordonne plusieurs programmes de recherche, notamment sur le Néolithique et l'âge du Fer, périodes sur lesquelles portent ses travaux.

Extraits presse

Le grand public s'interroge parfois sur la légitimité des fouilles archéologiques, quand elles impliquent le déplacement d'ossements ne peut-on laisser ces personnes reposer en paix ? Ce livre, dirigé par l'archéoanthropologue Lola Bonnabel (Institut national de recherches archéologiques préventives), rappelle que ces restes humains auraient dans la plupart des cas été livrés aux elles mécaniques des aménageurs, infiniment moins respectueuses que les instruments des chercheurs. Il présente aussi toute la richesse de l'archéothanatologie, qui vise à ressusciter des sociétés disparues par l'étude de leurs morts et du traitement qui leur a été réservé. Un fascinant voyage dans le monde des morts.

10/03/2012 - Le Monde

 

Cet ouvrage enrichit une collection que La Découverte a mis en place il y a quelques années et qui remporte un franc succès de par son aspect synthètique et complet: il replace l'archéologie au sein des sciences humaines et c'est ce qui en fait un livre de référence.

01/05/2012 - Gaëlle-Anne Verliac - Archéologie et sciences des origines

 

Un petit ouvrage grand public tout à fait pasionnant.

26/05/2012 - Luc Le Chatellier - Télérama

 

Table des matières

Avant-propos
I / Champ de discipline : concepts et mise en oeuvre
II / Les pratiques funéraires au fil du temps
III / Percevoir le temps des funérailles : le cas des crémations
Mise en perspective
Les lieux des morts pour les vivants
Tableau chronoculturel - Cartographie
IV / Autour du mort
V / Le corps, un témoignage objectif
VI / Déchiffrer l'organisation des sociétés
Conclusion
Bibliographie
Index.